Sommaire
Senior Actu

Santé et solidarité : soutenir les plus fragiles, tribune libre de l’UMP

L’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) revient dans un récent communiqué sur les questions de santé et de solidarité qui préoccupent les Français et rappelle les engagements du gouvernement en la matière…


Les priorités de justice sociale qui fondent notre cohésion sociale seront financées

Notre modèle de protection sociale a été modernisé depuis 2007 pour s'assurer que les générations futures en profiteront elles aussi et pour permettre de financer les priorités de justice sociale qui fondent notre cohésion sociale. Avec Nicolas Sarkozy, notre majorité est aux côtés des accidentés de la vie : c'est la juste contrepartie d'un discours exigeant sur le travail et sur la lutte contre l'assistanat.

Sauvegarder notre système de retraite par répartition

La réforme des régimes spéciaux de retraite (SNCF, RATP, Banque de France, etc.) que l'on disait impossible a été conduite dès 2007 pour davantage d'égalité dans notre système. Cela a permis de soulager les comptes des régimes de retraite du secteur public, de 500 millions d’euros d'ici à 2012, et ensuite de 500 millions d’euros par an. La réforme du régime général de retraite a été rendue nécessaire par la dégradation des comptes sociaux à cause de la crise et la perspective de déficits catastrophiques des régimes de retraite pensions, il fallait avoir le courage d'agir. C'est ce que le gouvernement a fait en 2010 afin d'assurer la pérennité du système par répartition.

Grâce au report progressif de l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans et de 65 à 67 ans de l'âge maximal de départ sans décote, notre système retrouvera son équilibre en 2018, sans augmentation des cotisations et sans baisse des pensions. Dans un souci d'équité et de justice, les hauts revenus et des revenus du capital ont été mis à contribution: taux marginal d'imposition a été relevé à 41 %.

Les stock-options, les bonus et les retraites chapeau sont davantage taxés

Par ailleurs, grâce aux mesures sur les carrières longues et la pénibilité, près de 160.000 personnes ayant commencé à travailler tôt ou ayant effectué des travaux difficiles, pourront partir à la retraite à 60 ans. Quant aux personnes ayant commencé à travailler entre 14 et 17 ans, elles pourront continuer à partir à 60 ans si elles ont un nombre d'années de cotisations suffisant. Enfin, les pensions de réversion ont été revalorisées avec un taux à 60 % (contre 54 %), soit un gain moyen de 200 euros par an. Le minimum vieillesse augmente également chaque année avec un objectif de +25 % en cinq ans.

Accompagner nos aînés

Avec le plan de prévention et de recherche de la maladie d'Alzheimer (lancé en 2008, avec 1,6Mdseuros), 12 000 places en établissement spécialisé seront créées. Le vieillissement de la population rend indispensable la réforme de la dépendance, en particulier pour soutenir les familles qui n'ont pas les moyens de prendre en charge leurs aînés dépendants.

Permettre à chacun l'accès à des soins de qualité

Avec la réorganisation des hôpitaux et la création des agences régionales de santé (ARS), notre paysage sanitaire est simplifié et régionalisé, pour améliorer l'offre de soins et renforcer les liens entre la médecine hospitalière et la médecine de ville au plus près du terrain et des besoins.

Le soutien à la médecine libérale et à sa présence sur l'ensemble du territoire a été accentué : revalorisation de la consultation à 23 euros, programme d'aide à 250 nouvelles maisons médicales pluridisciplinaires et mise en place de bourses nouvelles pour les étudiants de médecine prêts à s'engager à exercer dans des zones rurales.

La rémunération des infirmières est augmentée : plus 2.100 euros à l'embauche et plus 2.800 euros en fin de carrière. Les malades les plus modestes sont pris en compte : ces derniers sont exonérés des franchises médicales. Un chèque santé (entre 100 et 400 euros) facilite l'accès des ménages modestes à une assurance complémentaire santé. Enfin, grâce au plan Santé des jeunes, ces derniers peuvent bénéficier de visites médicales gratuites.

Engagements tenus à l'égard des personnes handicapées

L'allocation adulte handicapé (AAH) a été revalorisée de 25 % en cinq ans, conformément aux engagements du Président : cela représente 150 euros de plus par mois en cinq ans pour plus de 1,4 Md euros supplémentaires en 2012 par rapport à 2007. Les personnes handicapées ont profité d'un doublement de la déduction fiscale accordée sur les intérêts des emprunts immobiliers. Enfin, 6 000 enfants lourdement handicapés ont bénéficié de la prestation de compensation handicap (1300euros pour des aides humaines ou techniques).


Publié le Mercredi 18 Mai 2011 dans la rubrique Chroniques | Lu 948 fois