Sommaire
Senior Actu

Mercedes-Benz renouvelle sa gamme de SUV avec le GLC 250 4matic

Pour sa nouvelle gamme de SUV, Mercedes adopte de nouvelles dénominations. On ne parle plus de la Classe ML mais de la Classe GLE. Dans le même temps, le petit GLK devient GLC.


Désormais chez Mercedes, chaque gamme disposera d’une déclinaison SUV correspondant à la traditionnelle série des « Classe » en vigueur chez le constructeur allemand. Après le GLA, voici le GLC et le GLE qui se réfèrent respectivement aux Classe C et Classe E. En outre, le GLE est également proposé dans une version Coupé. Une pierre dans le jardin de BMW et de ses X5 et X6. Enfin, à  la fin de l’année arrivera le GLS évolution de la Classe S.
 
Lors de cet essai réalisé dans le sud de la France, c’est le GLC 250 4matic à motorisation essence qui nous a particulièrement séduit. Ses dimensions raisonnables associées à un volume intérieur généreux en font un excellent compromis. Une rupture totale de style par rapport au GLK.

Autant le GLK pouvait être abrupt, taillé à la serpe, voire à l’Opinel, autant le GLC offre des lignes fluides et souples. L’équilibre des portes à faux est harmonieux, et si l’empattement peut sembler un peu long, il n’en apporte que plus de confort et d’habitabilité aux passagers du véhicule.

La ligne de caisse assez haute est soulignée par un trait de style qui semble la rabaisser et apporte de la finesse à la silhouette. Mercedes propose un SUV de dernière génération qui n’aura aucune difficulté à plaire face aux générations déjà anciennes de la concurrence comme BMW ou VW et surtout, l’Audi Q5, son concurrent direct qui accuse son âge.

Dans l’habitacle, le rappel à la Classe C est flagrant. La planche de bord est totalement similaire et l’on retrouve l’écran multimédia posé au milieu d’une façon un peu incongrue. En revanche, la qualité des matériaux et des accotements est parfaite et il faut saluer l’ambiance moderne qu’ont su apporter les designers de Mercedes-Benz dans l’habitacle.

Un comportement routier parfait

Pour cet essai nous avons privilégié le quatre cylindres essence qui présente un excellent compromis. Sur un long parcours de plus de 200 kilomètres qui comprenait des petites routes de montagne, des trajets urbains ainsi que de l’autoroute, la consommation moyenne réelle s’est affichée à 9,8 L aux 100km. Cela reste tout à fait correct.
 
Associés à une boîte automatique à neuf rapports, les 211 ch de ce moteur conviennent parfaitement au GLC. On peut adopter une conduite coulée sans avoir à redouter les dépassements d’un camion sur une nationale.

​La puissance répond présent dès que l’on sollicite l’accélérateur. Un parcours varié qui nous a permis d’apprécier la suspension adaptative pneumatique qui propose deux options : sport ou confort et s’adapte en permanence aux conditions de roulage.
 
Un bon point également à la transmission automatique particulièrement réactive. Il devient inutile d’utiliser les palettes. Dans la position sport, l’intelligence de la boîte vous met toujours dans le bon rapport. On regrette simplement de ne pas disposer du système Dynamic Select Control de la GLE qui permet de jouer sur la gestion du moteur, de la boîte, de la direction et bien sûr de la suspension. Mais il faut savoir rester raisonnable comme a su le faire Mercedes-Benz en permettant de rester sous la barre des 55 000 euros pour un SUV moderne qui frise la perfection.
 
Joël Chassaing-Cuvillier

​Le Mercedes-Benz GLC 250 4Matic en quelques chiffres

Moteur essence 4 cylindres en ligne – 1 991 cm3 – alésage x course : 83mm x 92mm —155 ch à 5 500  tr/min – 350  Nm à 1200 tr/min – Boîte automatique à 9 rapports –
 
Dimensions : 465,6 x 189  x 168,5 cm, empattement : 287,3    cm
 
Poids : 1735 kg
 
Pneumatiques 235/65 R17
 
Vitesse : 223 km/h – Accélération de 0 à 100 km/h : 7,6 s
 
Émissions de CO2 : 166 gr/km
 
Prix : de 44 000 à 56 100 euros selon version 

Le coffre du GLE est une véritable soute où il est possible de ranger un vélo de course







Publié le Vendredi 16 Octobre 2015 dans la rubrique Automobile | Lu 4351 fois