Sommaire
Senior Actu

Image catastrophique des maisons de retraite, pourquoi ? Chronique de Serge Guérin

Comme tous les deux ans, la Fédération Hospitalière de France (FHF) a commandité son sondage sur l’image des maisons de retraite. Succès garantie ! L’image continue de s’éroder et le chiffre choc est là : seulement 39% des personnes interrogées ont une bonne opinion des maisons de retraite, contre 52% qui en ont mauvaise ou très mauvaise (10%). En 2003, les Français étaient encore majoritaires à avoir une bonne opinion de ces établissements…


La puissance du désamour pour les maisons de retraite a de quoi décourager les milliers de professionnels qui, chaque jour, témoignent d’un dévouement incroyable, qui se battent pour assurer aux résidents des conditions de vie dignes, pour multiplier les activités, pour continuer d’inscrire les personnes âgées dans la société contemporaine ou simplement, pour décrocher des budgets auprès de collectivités publiques pas toujours très réceptives.

Pour expliquer ces (très) mauvais chiffres, signalons d’abord que le sondage donne des éléments de réponse : ainsi 97% des Français estiment que cela coûte cher d’aller en maison de retraite, 88% qu’il n’y a pas suffisamment de places disponibles et 82% que les personnes âgées ne souhaitent pas aller en maison de retraite. Fermez le banc !

Ce sondage a été effectué auprès de l’ensemble de la population. De fait, c’est un biais, car comment peut-on imaginer qu’une personne de 20 ans, par exemple, puisse avoir une bonne opinion d’un lieu si éloigné de sa réalité ? Plus largement, la maison de retraite nous renvoie à notre propre peur de vieillir, à notre angoisse de mourir. Comment peut-on alors avoir une bonne image de ces lieux si connotés, si associés au déclin de l’âge ?

Par ailleurs, la norme sociale aujourd’hui est de célébrer le vivre chez soi : on rêve d’un pavillon à soi pour toute la vie. La maison de retraite sonne comme un rappel désagréable que d’autres réalités existent. Une autre explication provient du fait que les enfants ont souvent mauvaise conscience à envisager la solution de la maison de retraite. Il y a là un synonyme d’abandon. Le sondage est clair : non seulement 82% des Français pensent que les personnes âgées ne souhaitent pas y aller mais 79% disent que l’on y met ses parents ou grands-parents à contrecœur.

Pour expliquer ces chiffres si négatifs, rappelons aussi le rôle des médias, en particulier la télévision, qui tendent à ne parler des maisons de retraite que lorsqu’un scandale éclate. Bien sûr que tout n’est pas rose dans cet univers. Oui, il existe des cas réels de maltraitance, d’abus, de traitements ignobles. Mais il faut rappeler qu’environ 15% des mauvais traitements se déroulent en institution, les autres se font ailleurs, en particulier en famille, entre proches, au sein des couples… Il est toujours plus facile de faire des effets de manche, de diligenter des enquêtes, de faire de la communication auprès d’une collectivité plutôt que de mettre chacun d’entre nous devant ses contradictions. Politiquement, c’est beaucoup moins payant.

Enfin, dernier élément qui vient expliciter ces chiffres si mauvais : le manque de recul. On regarde la maison de retraite avec nos yeux de 2009 gavés par la société de consommation, avec nos yeux sans mémoire. On oublie ce qu’était la condition des plus âgés dans les hospices d’il y a trente ans, dans les établissements d’il y a seulement vingt ans.

A mon sens, ce sondage indique d’abord la difficulté de la société française à faire face à la grande vieillesse.

Serge Guérin
Professeur à l’ESG
Vient de publier La société des seniors Editions Michalon
Image catastrophique des maisons de retraite, pourquoi ? Chronique de Serge Guérin


Publié le Lundi 25 Mai 2009 dans la rubrique Chroniques | Lu 4203 fois