Sommaire
Senior Actu

Dépendance : la FNEHAD fait valoir l’expertise de l’HAD en matière de coordination des acteurs de santé

Concernée par la problématique de la perte d’autonomie, comme tous les acteurs impliqués dans la prise en charge des malades et des personnes âgées et forte de l’expérience des quelques 300 établissements d’hospitalisation à domicile qui en 2010 ont pris en charge près de 100 000 patients, la FNEHAD* a souhaité apporter sa contribution au débat sur la dépendance des personnes âgées, initié en janvier dernier par le Président de la République.


Le constat est connu. Notre système de protection sociale, trop cloisonné, peu lisible s’avère peu adapté à la prise en charge des personnes âgées.

Or, une des particularités de l’hospitalisation à domicile est précisément d’être une passerelle entre des intervenants qui se méconnaissent, qu’ils appartiennent au champ médico-social ou sanitaire, qu’ils exercent dans le secteur hospitalier ou en ambulatoire.

Par son expertise de la coordination, le caractère global de la prise en charge réalisée et son mode d’organisation, l’hospitalisation à domicile (HAD) sait associer le « soin » et le « prendre soin ».

Au nom de ce principe la FNEHAD invite à réfléchir à une nouvelle approche articulée autour de trois notions : la prise en charge globale et coordonnée, le parcours de soins, la proximité, idées qui peinent à être opérationnellement mises en oeuvre faute de fluidité et de cohérence des dispositifs actuels.

A travers trois propositions structurantes, déclinées en actions, la FNEHAD entend non seulement rappeler le savoir faire des établissements d’HAD en matière de coordination mais également faire valoir la place essentielle que peut occuper l’hospitalisation à domicile comme outil de prise ne charge des personnes âgées à leur domicile ou en établissements médico-social.

Initier un parcours du patient en perte d’autonomie anticipé, coordonné et évolutif implique d’apprendre à raisonner selon les besoins de la personne et non en fonction des offres disponibles, de développer des référentiels cliniques permettant d’apprécier le mode de prise en charge le plus adapté aux besoins du patient, de former les professionnels à la coordination et à la transversalité.

Mais une meilleure fluidité de ce parcours ne peut être obtenue qu’en s’appuyant sur des systèmes d’information interopérables et ouverts, ce qui impose de rendre les systèmes d’information actuels plus communicants pour en faire des outils au service de la coordination et de développer des services d’aide à la décision et des solutions de télésanté.

Enfin, à l’intensité de la coordination et des soins, préconisée par l’ensemble des décideurs et acteurs du système de santé, doit correspondre un mode de financement pertinent et adapté. Ceci signifie qu’il faut rompre avec les tarifications actuelles et instituer un système de tarification gradué en adéquation avec l’intensité de la coordination et des soins sans oublier le nécessaire accompagnement de l’aidant.

L’assemblée générale de la FNEHAD, les 23 et 24 juin, à Nancy a également été l’occasion pour les établissements d’HAD de manifester leurs inquiétudes quant à leur avenir au regard des difficultés financières qu’ils rencontrent, pris en tenaille entre des tarifs gelés depuis 5 ans et une croissance de leurs dépenses liées au coût des prises en charge de plus en plus complexes des patients qui leurs sont confiés.

La FNEHAD appelle le gouvernement à mieux reconnaitre les missions de l’HAD et sa pertinence tant médicale qu’économique

L’HAD en quelques chiffres

• 292 établissements répartis sur l’ensemble du territoire national
• Plus de 97 000 patients pris en charge en 2010
• Près de 50% des patients ont plus de 60 ans
• Les soins palliatifs, les pansements complexes et les soins de nursing lourds constituent traditionnellement les 3 principales activités d’hospitalisation à domicile
• Près d’un tiers des patients atteints d’une pathologie cancéreuse
• Un coût moyen journalier d’environ 196 euros pour l’Assurance Maladie

*Créée en 1973, la Fédération Nationale des Etablissements d’Hospitalisation à Domicile a pour but de : promouvoir l’identité et le rôle de l’HAD ; oeuvrer au développement de l’HAD sur tout le territoire national afin d’en favoriser l’accès à toute la population ; et mutualiser et promouvoir l’expérience de ses adhérents ; représenter et défendre les intérêts de ses adhérents.


Publié le Lundi 4 Juillet 2011 dans la rubrique Chroniques | Lu 1899 fois