Sommaire
Senior Actu

Une maison de retraite de Nice sécurise le circuit des médicaments de ses résidents…

Le groupe français de maison de retraite Seniors Santé vient d’annoncer dans un communiqué la mise en place d’une expérimentation dans le domaine de la délivrance des traitements médicaux destinés aux personnes âgées de sa résidence niçoise : l’idée, gérer les médicaments en préparant les pilules sous blister unitaire intégrées dans un pilulier hebdomadaire… Pour réduire les risques d’erreurs !


Plus précisément, le groupe met en place (pour la première fois en France) au sein de sa résidence Sorgentino située à Nice (Alpes-Maritimes), un système de sécurisation du circuit médicament permettant la dispensation nominative unitaire sécurisée des médicaments à chacun de ses résidents.

En effet, chaque année, des dizaines de milliers de personnes âgées sont hospitalisées suite à des effets indésirables engendrés par la prise de médicaments. Les maisons de retraite, qui accueillent des personnes de plus en plus âgées et dans leur très grande majorité polymédiquées sont particulièrement concernés par ce problème majeur de santé publique.

Ainsi, dès 2008, l’Académie Nationale de Pharmacie tirait la sonnette d’alarme : « Les résidents des structures d'accueil pour personnes âgées dépendantes présentent des spécificités. Ce sont des sujets polypathologiques, polymédiqués, avec une fonction rénale généralement altérée. Ils sont souvent handicapés par des troubles de la déglutition. Les problèmes se posent au niveau de l’administration des médicaments, de leur conditionnement et de l’adaptation des posologies ».

La sécurisation du circuit du médicament dans les établissements gériatriques qui accueillent ces populations fragiles est, de l’avis de tous, une nécessité. C’est dans cet esprit que le groupe Seniors Santé s’est décidé à expérimenter ce système de dispensation nominative unitaire sécurisée, appelé Oreus-pilulier.

Le principe de ce procédé –qui s’annonce « très novateur »- est aussi simple qu’efficace : il repose sur l’alliance d’un pilulier hebdomadaire dont chaque alvéole ne contient qu’un seul comprimé ou une seule gélule, et d’un logiciel, ce qui augmente la traçabilité, la facilité de la distribution, la connaissance des médicaments par les soignants et les résidents ainsi que la sécurité ; chaque alvéole comporte en effet tous les renseignements indispensables à une dispensation sécurisée, tout contact entre les médicaments est prévenu et la prise ou la non prise de chaque médicament est parfaitement contrôlée.

Le système permet par ailleurs une meilleure gestion des stocks de médicaments et une prévention du gaspillage ; si le médecin décide de suspendre ou d’arrêter le traitement, il suffit alors de supprimer l’alvéole concernée, sans être contraint de jeter l’ensemble des médicaments d’une prise.

De plus, la gestion des médicaments avec le pharmacien « référent », à laquelle incitent vivement les autorités sanitaires, est d’ores et déjà en oeuvre à Sorgentino : c’est le pharmacien qui vient sur place préparer les piluliers hebdomadaires, et qui assure le contrôle des interactions et des risques allergiques.

Par ailleurs, une étape supplémentaire sera bientôt franchie avec l’installation d’une webcam qui enregistrera sous forme de photos toutes les étapes de remplissage des piluliers, permettant, le cas échéant, d’identifier rapidement les causes d’un dysfonctionnement.

Avec la mise en oeuvre de ce procédé, ce groupe de maisons de retraite créé en 2001 entend bien diminuer la fréquence des accidents liés à la prise de médicaments chez les plus de 65 ans, qui sont aujourd’hui deux fois plus fréquents que dans la population générale. Et aussi évitables dans 60% des cas.


Publié le Jeudi 2 Avril 2009 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 8231 fois