Sommaire
Senior Actu

Thyroïde : la France en pointe sur les traitements

Le 14ème Congrès International de la thyroïde, qui se tiendra pour la première fois à Paris du 11 au 16 septembre 2010 au Palais des Congrès, est l'occasion de faire le point sur l’état des pratiques et des innovations au plan international et en particulier en France, où les maladies thyroïdiennes touchent plus de 15% de la population, ce qui en fait une problématique importante en santé publique...


En France, chaque année 4.000 personnes sont traitées pour cancer de la thyroïde par chirurgie et souvent par l’iode radioactif ; depuis quelques années les formes avancées bénéficient des thérapies ciblées qui sont accessibles dans une vingtaine d’établissements dans l’hexagone, ce qui fait de la France, un pays à la pointe du progrès dans la prise en charge de ce cancer.

Présentation et officialisation des recommandations (guidelines) internationales pour homogénéiser les bonnes pratiques de prise en charge et améliorer la qualité de vie des patients

Ces problématiques mettent en avant le besoin de l'officialisation des guidelines internationales. Il s’agit là d’un des points clés du 14ème Congrès International de la thyroïde. Le dimanche 12 septembre, un accord international sur les guidelines de la prise en charge des malades atteints de cancer différencié sera établi, puis le lundi 13 sur la prise en charge des malades atteints de nodules thyroïdiens et le mercredi 15 sur le cancer médullaire de la thyroïde. Les experts invitent les médecins généralistes et spécialistes de la France entière à en prendre connaissance et à les appliquer.

Des techniques de pointe pour le diagnostic sont en effet maintenant disponibles et peuvent être réalisées en une seule venue, alors que dans le passé il fallait souvent plusieurs semaines pour obtenir un diagnostic. L’utilisation de ces techniques, en accord avec les recommandations, devrait permettre de diminuer le nombre d’ablations chirurgicales partielles ou totales de la thyroïde pratiquées dans un but diagnostique.

Le nombre d’actes chirurgicaux pratiqués en France est en effet considérable et très nettement supérieur à celui pratiqué dans d’autres pays, avec des différences importantes selon les régions. Il faut toutefois rappeler la persistance d’une carence modérée en iode en France comme dans d’autres pays d’Europe, encore insuffisamment compensée dans notre pays, ce qui augmente la prévalence du goitre dont certains doivent être opérés.

Il en va aussi de la santé du système de sécurité sociale français, explique le Pr Martin Schlumberger, chef de service de médecine nucléaire à l’Institut Gustave Roussy et président du comité local d’organisation du congrès. L’application des guidelines permettra de réduire les coûts de prise en charge, en soignant mieux et en facilitant l’accès aux traitements couteux pour les patients qui en ont réellement besoin.

La France, un pays pionnier dans la prise en charge des patients atteints de cancer de la thyroïde grâce à une organisation originale et unique au monde

La France peut aussi se prévaloir d’être un pays au premier plan mondial en matière de traitements des cancers réfractaires de la thyroïde. Labellisé par l’Institut National du Cancer (INCA) en 2007, le réseau TUTHYREF est un système unique au monde composé de 26 centres répartis sur l’ensemble du territoire. Ces centres permettent aux patients, quel que soit le lieu ou ils habitent en France de bénéficier des dernières innovations en matière de traitement et de participer à des essais cliniques.

Des réunions nationales de concertation sont organisées deux fois par mois, afin d’améliorer la qualité des soins de manière uniforme et concertée. Cette notion de concertation entre professionnels de santé et d’accord sur les pratiques est un élément essentiel de ce congrès, durant lequel sera annoncée la création de la WTF (Fédération Mondiale de la Thyroïde) précise le Pr Martin Schlumberger, futur président de la WTF.


Publié le Mardi 7 Septembre 2010 dans la rubrique Santé | Lu 2901 fois