Sommaire
Senior Actu

Téléphonie : quand les opérateurs arnaquent les personnes âgées

Futur scandale ? Le magazine 60 millions de consommateurs vient de publier une enquête qui indique qu’une quinzaine d’opérateurs de téléphonie –souvent installés en Gironde- auraient abusé de la crédulité des ainés dans l’ensemble de l’Hexagone. Déjà 3.500 plaintes officiellement déposées.


Téléphonie : quand les opérateurs arnaquent les personnes âgées
Les arnaques de personnes âgées sont de nos jours « monnaie courante » dans ce monde devenu totalement sans scrupule ! Mais généralement, ces abus sont réalisés par des escrocs sans envergures. Mais l’affaire dévoilée le 18 mars dernier par l’enquête de 60 millions de consommateurs est d’une toute autre ampleur… Il s’agit manifestement d’un réseau d’entreprises bien organisé et bien rôdé.   
 
Selon le magazine, une quinzaine d’opérateurs de téléphonie auraient donc abusé des ainés dans toute la France. Comment ? Par le biais d’un démarchage téléphonique « habile et insistant » souligne l’article. Et au final, après le coup de fil, les personnes âgées se retrouvent abonnées malgré elles « à l’offre d’un opérateur de téléphonie alternatif ». Le démarcheur, malin et bien entrainé, entretient un flou artistique en mentionnant France Télécom (l’ancien nom d’Orange) afin d’obtenir les coordonnées bancaires des victimes.
 
Jusqu’à maintenant, la plupart des noms des opérateurs impliqués se trouveraient en Gironde. Selon le journal, le parquet de Bordeaux auraient déjà reçu 3.500 plaintes de clients majoritairement âgés (majoritairement des septuagénaires et des octogénaires). Alors, si jamais vous recevez ce genre d’appel (ou vos parents), soyez particulièrement vigilants. Et surtout, ne donnez jamais vos coordonnées bancaires par téléphone !  Rappelons que ce genre de pratiques abusives peuvent être considérées comme de la maltraitance de personnes âgées.
 

Les victimes de ces agissements peuvent se signaler auprès de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) de Gironde au 05 56 69 27 27 ou par courriel à ddpp@gironde.gouv.fr
 
Suite à un démarchage téléphonique, le professionnel doit confirmer son offre par écrit et obtenir la signature du client (article L. 121-20 du code de la consommation). Si cela n’a pas été fait, la souscription peut être contestée. Si cela a été fait, il reste possible de résilier le contrat : faites-le par lettre recommandée, et signalez à votre banque que vous n’acceptez plus les prélèvements de l’opérateur.

Source


Publié le Lundi 23 Mars 2015 dans la rubrique Divers | Lu 1660 fois