Sommaire
Senior Actu

Suisse : les pratiques culturelles des seniors

Les seniors en Suisse sont-ils actifs sur le plan culturel et, le cas échéant, dans quels domaines ? Observe-t-on des différences selon les groupes d’âges ou la profession exercée durant la vie active ? Une enquête réalisée en 2008 par l’Office Fédéral de la Statistique (OFS) auprès de la population résidante permet d’analyser de plus près les pratiques culturelles des seniors.


Par Olivier Moeschler, Office fédéral de la statistique

Les résultats contredisent certains clichés habituels. Ainsi, jusqu’à l’âge de 74 ans, le degré d’activité culturelle s’avère en effet étonnamment élevé, sauf pour les pratiques culturelles exercées en amateur. Les nouveaux médias sont encore assez peu utilisés par les seniors.

De nos jours en Suisse, les personnes âgées sont pour la plupart en bonne santé. Avec la tendance aux retraites anticipées (voulues ou forcées), elles disposent de plus de temps et, libérées des obligations professionnelles ou familiales, elles peuvent l’investir dans les loisirs.

Plus que jamais, vieillir apparaît comme un processus dynamique, qui ne débouche pas seulement sur des pertes, mais qui offre aussi de nouvelles perspectives. Les pratiques culturelles sont aussi touchées par cette évolution. Selon la définition retenue dans des études européennes, la culture est prise ici au sens strict et comprend la visite d’institutions culturelles (théâtres, musées, cinémas, festivals), l’utilisation de médias imprimés et audiovisuels, ainsi que la pratique d’activités culturelles en amateur.

Visite d’institutions culturelles : une image inattendue

Les pratiques culturelles des seniors en Suisse font apparaître une image contrastée, qui surprend parfois. On observe ainsi des différences intéressantes entre les personnes âgées et les personnes plus jeunes, mais aussi entre les seniors eux-mêmes (sont désignées ici comme seniors les personnes de 55 ans ou plus. Ils se répartissent en trois groupes: les 55 à 64 ans, les 65 à 74 ans et les 75 ans ou plus).

Certaines institutions culturelles sont davantage fréquentées par les jeunes. C’est notamment le cas des cinémas, de certains types de concerts (rock, pop, dance, house, techno), des bibliothèques et médiathèques, de même que des festivals en tous genres. Ainsi, près de neuf jeunes sur dix sont allés au cinéma et plus de la moitié à un festival au cours des 12 mois qui ont précédé l’enquête. Les personnes d’âge mûr ou avancé, quant à elles, visitent aussi les musées, les monuments et sites historiques, et sont même proportionnellement plus nombreuses à se rendre à des manifestations plus « traditionnelles » (théâtre, spectacles de ballet et de danse, concerts classiques).

La visite d’institutions culturelles n’est pas pratiquée uniformément par tous les seniors. Ceux de 75 ans ou plus sont en général moins actifs. Les pratiques culturelles sont en chute libre à partir de l’âge de 75 ans. La baisse est toutefois un peu moins marquée dans le cas des concerts et des visites de musées et d’expositions. Les différences entre les taux de fréquentation par les 55–64 ans et les taux de fréquentation par les 65–74 ans sont dans la plupart des cas négligeables. En Suisse, les seniors sont très actifs jusqu’à passé 70 ans. On ne relève une différence statistiquement significative entre les groupes de seniors que pour les activités typiquement « jeunes »
(cinémas ou festivals).

Si l’on considère la dernière profession exercée, on relève des différences notables entre les seniors. A âge et à budget de temps libre comparables, ceux qui, avant de partir à la retraite, appartenaient à la catégorie des dirigeants et cadres supérieurs, qui exerçaient une profession intellectuelle et scientifique, ou qui travaillaient comme technicien, comptable ou dans une profession similaire sont nettement plus actifs sur le plan culturel que les anciens employés de commerce, artisans, agriculteurs et autres. Cela vaut pour toutes les institutions culturelles. .

L’enquête s’est aussi intéressée aux facteurs ressentis comme des obstacles par ceux et celles qui souhaiteraient fréquenter davantage des institutions culturelles. Les résultats montrent que, pour les seniors, ce sont moins le temps disponible ou les heures d’ouverture (à la différence de tous les autres groupes de personnes de moins de 55 ans), les coûts (contrairement, en particulier, aux jeunes) ou le contexte social ou familial (cas typique des personnes d’âge mûr) qui posent problème. Ce sont bien davantage des raisons personnelles (fatigue, désintérêt, maladie) ou des questions d’infrastructure et de logistique (absence de transports publics, difficultés d’accès, etc.).

Peu d’activités culturelles en amateur

Environ un cinquième des 55 à 64 ans et des 65 à 74 ans déclarent faire de la photo en amateur, alors que ce n’est le cas que de 10% à peine des plus de 75 ans. La différence entre les seniors les plus jeunes et les plus âgés est encore statistiquement significative dans le cas de la musique (deux fois plus de personnes de 55 à 64 ans jouent d’un instrument que de personnes de 75 ans ou plus). Pour toutes les autres activités en amateur, les différences de pourcentage ne sont pas significatives du point de vue statistique. Dans certains cas, l’échantillon considéré comprend très peu de seniors. Pour le théâtre amateur, il ne compte même aucun senior de 75 ans ou
plus.

Télévision: oui – Internet : plus rarement

Les médias offrent une image plus contrastée. L’utilisation des médias écrits –faible pour certains d’entre eux– est à peu près identique, quel que soit le groupe de seniors considéré. Plus de 80% des personnes d’un certain âge lisent quotidiennement le journal (5 à 7 jours par semaine), contre 60% seulement des moins de 45 ans. La moitié lit au moins une fois par semaine des magazines, contre un tiers des 15 à 24 ans. La lecture, surtout assidue, de livres pour les loisirs7 est un peu moins répandue chez les seniors: un cinquième lit en moyenne plus d’un livre par mois, une proportion qui reste toutefois constante même à un âge élevé. Les bandes dessinées (BD), assez prisées par les jeunes (environ un tiers des moins de 30 ans lisent des BD) rencontrent moins de succès.

On observe également des différences entre les seniors pour ce qui est des médias audiovisuels. Cependant, vu que ces derniers sont très utilisés, on ne relève des différences significatives que si l’on tient compte de la fréquence d’utilisation. S’agissant de la télévision, par exemple, le taux d’utilisation est identique chez tous les seniors (près de 100%), comme c’est d’ailleurs le cas dans tous les autres groupes d’âges. La fréquence d’utilisation (c.-à-d. l’utilisation quotidienne) augmente en revanche avec l’âge : elle s’élève à 60% environ chez les 55 à 64 ans et atteint quelque 80% chez les 75 ans ou plus.

Pour Internet, la tendance est inversée: les seniors sont d’autant moins nombreux à utiliser le web qu’ils sont âgés et ils en font aussi un usage d’autant moins fréquent. Un cinquième des 75 ans ou plus sont des utilisateurs d’Internet. Cette proportion peut sembler faible, mais il ne faut pas oublier que les personnes appartenant à ce groupe d’âges ont probablement fait leurs premières expériences avec un ordinateur à la retraite seulement.

Tous les seniors écoutent la radio dans des proportions équivalentes, aussi quotidiennement. Les seniors écoutent par contre moins de la musique sur des supports tels que vinyles, CD, cassettes, lecteurs MP3, Internet ou le portable, et ce d’autant moins qu’ils avancent en âge. Moins de 40% d’entre eux visionnent des films en format DVD, VHS ou Video on Demand et à peine une personne sur dix en regarde une fois par semaine.

Dans l’ensemble, les médias audiovisuels plus récents, comme Internet, DVD, VHS et Video on Demand ainsi que les supports pour écouter de la musique (souvent en format MP3 de nos jours), sont nettement moins utilisés par les seniors que la radio et la télévision, médias devenus presque «traditionnels». La radio n’est plus écoutée que par la moitié des 15 à 24 ans et la télévision n’est plus regardée quotidiennement que par la moitié des personnes de moins de 55 ans.


Publié le Vendredi 10 Février 2012 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 2188 fois