Senioractu.com : l'actualité des seniors
La Newsletter ▼
Facebook
Twitter
Rss
Bien-être

Seniors et troubles du sommeil : les somnifères, c’est pas automatique !


« Près d’un tiers des seniors consomme des somnifères de manière chronique, et dans plus d’un cas sur deux, ces traitements ne seraient pas indiqués » indique la Haute Autorité de Santé (HAS) dans un récent communiqué. Pourtant, il faut savoir que ces somnifères peuvent provoquer des effets délétères : dépendance, chutes et troubles de la mémoire. Alors, quel sommeil après 65 ans ? Comment aborder la question les troubles du sommeil en consultation ? Quel usage des somnifères ? Comment les arrêter ? Avec quel accompagnement ? Est-il possible de retrouver un sommeil de qualité sans médicament ? Détails.


Après 65 ans, le sommeil évolue : nuits plus courtes, réveils plus fréquents, sommeil fractionné sur la journée, ...

Ces modifications d'ordre physiologique chez les seniors sont source de plaintes du sommeil en consultation et débouchent trop souvent sur une prescription de somnifères…

Pour diminuer la prescription -trop systématique- de somnifères chez les personnes âgées, la HAS a élaboré, dès 2006, avec des médecins généralistes, des gériatres, des psychiatres, des spécialistes du sommeil et des pharmaciens, des recommandations et des outils pour informer les patients.

Parce que la consommation ne diminue pas suffisamment et que de nombreuses prescriptions ne sont pas utiles, la HAS relance cette année des actions d’information et de sensibilisation des professionnels et des usagers.

Seules une à deux plaintes relatives au sommeil sur dix relèveraient de l’insomnie véritable
Le sentiment de « mal dormir » pousse de nombreuses personnes âgées à se plaindre d’insomnie, sans que cela en soit véritablement une. La plainte du sommeil chez les aînés doit faire l’objet d’un entretien spécifique lors d’une consultation dédiée. Pour aider les médecins dans cette démarche diagnostique, la HAS a élaboré des outils pratiques, comme par exemple des arbres décisionnels, des questions clés pour la prescription de psychotropes, un agenda du sommeil, un questionnaire d’attachement aux benzodiazépines, …

Devant des plaintes chroniques du sommeil, le médecin doit rechercher des signes associés et orienter son patient vers un spécialiste si besoin : douleurs, anxiété, dépression ou encore problèmes urinaires, apnée du sommeil peuvent expliquer le sommeil de mauvaise qualité et doivent être recherchés.

Par ailleurs, la plainte du sommeil peut être expliquée par le changement physiologique du sommeil : la personne âgée dort moins la nuit et son sommeil se répartit différemment sur l’ensemble de la journée (siestes par exemple). Seules 10 à 20% des plaintes du sommeil sont de véritables insomnies et peuvent alors relever d’un traitement par somnifères, mais toujours de courte durée, en prévoyant l’arrêt dès la prescription. Les techniques de relaxation et les thérapies cognitivo-comportementales peuvent être appropriées à la prise en charge des insomnies.

Les somnifères… en finir avec les mauvaises habitudes !

La prescription ou le renouvellement d’un somnifère n’est pas systématique.
Le renouvellement d’une ordonnance nécessite la réévaluation de la situation clinique du patient.
L’association de deux somnifères n’est pas recommandée.
Une pathologie psychiatrique (dépression par exemple) ou une pathologie du sommeil (apnée du sommeil par exemple) peuvent être à l’origine de la plainte du sommeil et nécessitent une prise en charge adaptée.
L’arrêt brutal d’une prescription de somnifères n’est pas recommandé, l’arrêt doit être progressif avec un suivi médical.

Seniors et troubles du sommeil : les somnifères, c’est pas automatique !
La moitié des traitements ne serait pas indiquée
La HAS rappelle aux médecins, aux pharmaciens et aux patients que la prescription et le renouvellement de somnifères ne doivent pas être systématiques. Les somnifères ne sont indiqués que pour de courtes périodes et dans un délai allant de quelques jours à 4 semaines maximum. Ils ne doivent pas être prescrits sur une longue durée, ce d’autant plus que leur efficacité diminue avec le temps.

De plus, ils induisent des effets indésirables : chutes, risques d’accidents lors de la conduite, troubles de la mémoire ou de l’attention, dépendance, etc. Les seniors sont d’autant plus exposés aux risques des somnifères que leur résistance physique est moindre et leur métabolisme plus lent. Par ailleurs, le risque d’interaction avec d’autres traitements est augmenté car les personnes âgées prennent souvent plusieurs médicaments.

Arrêter les somnifères, c’est possible !
Le médecin traitant doit proposer une stratégie d’arrêt des somnifères en accord avec le patient. L’arrêt progressif et encadré de somnifère doit permettre aux aînés de retrouver un sommeil naturel, plus récupérateur, même s’il est plus court ou plus fractionné. En ne subissant plus les effets secondaires du médicament, les personnes âgées gagnent en qualité de vie et en autonomie.

Une bonne hygiène de vie pour améliorer naturellement le sommeil
Les somnifères ne sont pas des médicaments anodins. Les changements de rythme du sommeil liés au vieillissement peuvent être améliorés par des habitudes simples et une bonne hygiène de vie : activités physiques régulières, exposition à la lumière en journée, alimentation et mode de vie sains, aménagement confortable de la chambre, …
Lu 2421 fois
Publié le Mercredi 26 Septembre 2012




Réagir à cet article :