Sommaire
Senior Actu

Seniors : à cerveau encombré… mémoire épuisée !

Si les trous de mémoire se font plus fréquents avec l’âge, les raisons de ce phénomène n’ont pas toujours été très claires... Selon une nouvelle étude canadienne de l’Université Concordia, les aînés connaîtraient une diminution de leurs capacités d’apprentissage et de mémorisation, car leur esprit tendrait à s’encombrer de renseignements non pertinents lorsqu’ils ou elles accomplissent des tâches. Ces résultats indiquent pourquoi le vieillissement serait associé au déclin de la mémoire. Elles ouvrent par ailleurs la voie à des solutions pratiques.


« La première étape de notre recherche consistait à tester la mémoire à court terme de personnes jeunes et âgées, puis de comparer les résultats », explique Mervin Blair, auteur principal de l’étude, doctorant au Département de psychologie de l’Université et membre du Centre de recherche en développement humain. Dans le cadre de notre enquête, la mémoire à court terme illustrait la capacité de retenir et de traiter l’information. »

Sur la soixantaine de participants à l’étude, la moitié avait en moyenne 23 ans et l’autre moitié, environ 67 ans. Chaque sujet a passé un test de mémoire à court terme, qui consistait entre autres à se rappeler et à traiter divers renseignements.

« De manière générale, nous avons montré que les personnes âgées présentaient une mémoire à court terme moins bonne que les jeunes adultes, poursuit M. Blair. En effet, ces derniers retenaient et assimilaient plus facilement l’information que leurs aînés. »

La deuxième étape du projet visait à déterminer s’il existe une période où la capacité de supprimer l’information sans importance −aussi appelée suppression de l’inhibition− change. Cette mesure a été établie au moyen d’un test de mémoire séquentielle. Les participants devaient réagir à des images affichées dans un ordre aléatoire, comme ils l’avaient appris au préalable. Une fois encore, les jeunes adultes ont surpassé les sujets plus vieux. « Les personnes âgées présentaient une faible inhibition et réagissaient sans cesse à des images qui n’étaient plus pertinentes », précise M. Blair.

Des analyses ont été effectuées pour établir le rapport entre l’aptitude à supprimer l’information anodine et la capacité de mémoire à court terme. « Une faible inhibition annonce un déclin des facultés à se rappeler et à traiter l’information de la mémoire à court terme, indique encore M. Blair. En fait, les adultes plus âgés ont davantage de mal à éliminer l’information non pertinente de leur conscience, ce qui se répercute sur leurs autres aptitudes mentales. »

Seniors : à cerveau encombré… mémoire épuisée !
M. Blair suggère aux personnes qui ont des troubles de mémoire d’exercer leur concentration et de désencombrer leur cerveau. « Si vous voulez accomplir toutes les tâches que vous vous êtes fixées, nettoyez votre esprit. »

Avec l’âge, il peut être cependant plus ardu de libérer son esprit –surtout en période de stress, quand toute l’attention se fixe sur les facteurs d’agression. Selon M. Blair, des exercices de relaxation permettraient de faire le vide. Qui plus est, le cerveau des seniors continuerait de fonctionner de façon optimale. Il leur suffirait de le stimuler, que ce soit en apprenant une langue, en jouant d’un instrument, en faisant des mots croisés, en participant à des activités sociales ou en pratiquant un exercice physique.

L’étude a été publiée dans le Quarterly Journal of Experimental Psychology. Elle a reçu l’appui du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.


Publié le Lundi 9 Mai 2011 dans la rubrique Bien-être | Lu 3665 fois