Sommaire
Senior Actu

Québec : nouvelle politique gouvernementale sur le vieillissement

Le gouvernement québécois vient de lancer officiellement la politique « Vieillir et vivre ensemble », résultat d'un engagement commun de dix-huit ministères et organismes. La participation, la santé et la sécurité des aînés : telles sont les trois orientations principales. En voici les grandes lignes.


Le Québec, « qui n’échappe pas au phénomène du vieillissement de la population, pourra compter sur une politique cohérente et une vision intégrée de l’action gouvernementale en faveur des aînés » assure le communiqué du gouvernement.

La participation, la santé et la sécurité des aînés : telles sont les trois orientations sous lesquelles la toute première politique gouvernementale sur le vieillissement se déclinera.

Ainsi, pour les cinq prochaines années, le gouvernement du Québec s’engage à investir 2,7 milliards de dollars canadiens (2 milliards d’euros) afin, entre autres, de favoriser l’inclusion sociale et la participation des aînés dans leur communauté, la création d’environnements sains, sécuritaires et accueillants, la promotion de la santé, le soutien à domicile et les soins adaptés aux spécificités des aînés. Le gouvernement souhaite aussi contrer les perceptions négatives par rapport à l’âge en prônant une approche participative et inclusive.

« Les personnes aînées ont leur place dans toutes les sphères de notre société. Elles souhaitent demeurer actives dans leur milieu de vie respectif, que ce soit par le travail, le bénévolat, le mentorat ou la participation citoyenne. Elles veulent également demeurer à domicile et dans leur communauté le plus longtemps possible. Pour que cette politique réponde à leurs besoins réels, nous avons consulté près de 40 associations et organismes nationaux », a indiqué la ministre Blais à cette occasion.

Inspirée de la vision du vieillissement actif que prône l’Organisation mondiale de la santé, « Vieillir chez soi » est guidée par des principes qui tiennent compte de la diversité de la population québécoise, du pouvoir d’agir des personnes aînées et des communautés ainsi que de l’équité intergénérationnelle.


Publié le Lundi 7 Mai 2012 dans la rubrique Société | Lu 1805 fois