Sommaire
Senior Actu

Quand le dentiste dépiste et suit les patients diabétiques

Dans la pratique de son métier, le chirurgien-dentiste peut jouer un rôle important pour enrayer ce cercle vicieux : parodontite … perte de dent… trouble de la mastication… régime non équilibré et riche en graisse… obésité et… diabète. Le point avec le Pr Philippe Bouchard, odontologiste des hôpitaux et responsable du département de parodontologie de l’Université Paris-Diderot.


Quand le dentiste dépiste et suit les patients diabétiques
Depuis une dizaine d’années, certaines pathologies dites « modernes » se développent à grande échelle dans nos sociétés (obésité, diabète ou maladies cardio-vasculaires). Or, ces pathologies ont des répercussions directes sur la santé bucco-dentaire : caries, gingivites, pertes de dents, etc. Si elles ne sont pas prises en charge à temps, ces problèmes dentaires peuvent aussi aggraver la pathologie d’origine et entraîner le patient dans un cercle vicieux impliquant sa santé dans sa globalité.
 
La santé bucco-dentaire devient donc un indicateur de la santé générale du patient (une véritable tendance depuis quelques années) ce qui fait du chirurgien-dentiste un acteur décisif de la prévention de ces pathologies cardiométaboliques. Directement impliqué dans la chaîne de soins en étant dans certains cas directement prescripteur, comment le dentiste peut-il l’aider dans son rôle croissant d’éducateur en santé publique ?
 
Souvent sous-estimées, les complications dentaires liées aux diabètes peuvent conduire… à la perte des dents. De plus, le risque de parodontite* est trois fois plus élevé chez les diabétiques que chez les non-diabétiques. Les diabètes augmentent la sévérité des gingivites et des parodontites et, dans une moindre mesure, sont associés à une plus grande prévalence des caries.
 
Ces maladies ne sont pas seulement des complications avérées des diabètes mais elles peuvent aussi les entretenir et les aggraver si elles ne sont pas traitées à temps. Le chirurgien-dentiste a donc un rôle important, à mi-chemin entre la prévention et le suivi rigoureux de ces patients. On notera néanmoins, qu’un patient diabétique bien équilibré ne présente pas plus de risques de maladie parodontale et de carie qu’un non-diabétique.
 
Le chirurgien-dentiste peut agir à deux niveaux :

- Suggérer la présence d’un diabète : quand on sait que 70% des patients consultent un dentiste au moins une fois par an, le rôle du chirurgien-dentiste dans le dépistage du diabète est important. Chez un malade qui présente des facteurs de risques classiques du diabète, un examen des gencives (examen parodontal) peut aider à identifier le patient potentiellement diabétique dont l’hyperglycémie n’est pas connue. Le chirurgien-dentiste peut conseiller une visite chez le médecin traitant, voire le diabétologue en cas de récurrence anormale d’une parodontite traitée chez un malade diabétique avéré.
 
- Traiter les problèmes associés au diabète : les maladies parodontales doivent être traitées de manière précoce que ce soit de façon non chirurgicale ou chirurgicale pour améliorer la santé parodontale et éventuellement le contrôle de la glycémie.
 
Un acteur de la lutte contre l’obésité pour prévenir l’apparition du diabète

Un tiers des personnes diabétiques sont obèses. L’obésité elle-même est considérée comme un facteur de risque pour le développement des maladies parodontales. Ce risque accru de maladies parodontales chez les patients obèses non-diabétiques est lié à un état d’inflammation chronique au niveau des gencives et au niveau systémique. Si ce risque n’est pas repéré à temps, il peut avoir des conséquences sur la santé générale, dont l’apparition du diabète.
 
*une inflammation en profondeur des gencives et de l’os initiée et entretenue par des bactéries

Article publié dans le cadre du congrès 2015 de l’Association Dentaire Française qui s’est tenu cette année sur le thème de la R-évolution numérique.


Publié le Lundi 30 Novembre 2015 dans la rubrique Santé | Lu 1124 fois