Nutrition

Produits laitiers : le French paradoxe…


Une nouvelle étude, réalisée par Syndifrais* en partenariat avec l’Ifop, met en évidence un nouveau « French paradox » en matière d’alimentation… En effet, malgré un attachement très fort aux produits laitiers frais (yaourts, fromages blancs et desserts lactés frais), les Français méconnaissent largement leurs qualités nutritionnelles et en doutent même dans certains cas... Détails.


Les Français aiment les produits laitiers frais sans vraiment les connaître, voire en cultivant certaines idées reçues.

Dans une société de plus en plus soucieuse d’équilibre nutritionnel, cet « amour-méconnaissance » est le paradoxe mis à jour par l’enquête Ifop, menée pour Syndifrais en février dernier auprès de 1 000 Français représentatifs de la population.

Près de trois Français sur quatre déclarent consommer des produits laitiers frais (yaourts, fromages frais et desserts lactés) une ou plusieurs fois par jour et ils s’accordent tous sur leur modernité. L’enquête nous éclaire alors sur les raisons de cet attachement bien réel.

Parmi les principales qualités attribuées aux produits laitiers frais, les consommateurs citent en premier lieu : la fraîcheur pour 90% des répondants ; le plaisir pour 80 % des répondants ; et la santé pour 78% des répondants. Néanmoins, l’étude montre que les Français méconnaissent les qualités nutritionnelles des produits laitiers frais.

Déculpabilisons les crèmes dessert !
Les crèmes dessert sont associées à l’idée de gourmandise, entrainant chez les consommateurs des idées fausses sur leur taux de matières grasses. « Elles ne contiennent que 3% de matières grasses en moyenne » explique Grégoire Weber, diététicien nutritionniste chez Syndifrais. De quoi surprendre et rassurer les gourmands, bien sûr, mais aussi les huit Français sur dix qui surestiment largement cette teneur en matières grasses. La teneur en lait des crèmes dessert est quant à elle sous-estimée par près de trois Français sur quatre qui l’estiment à moins de 50%. « En réalité, la teneur en lait varie entre 60 et 75% en moyenne sur la catégorie ». Les crèmes dessert, chocolat, vanille, café, quel que soit leur parfum, ce sont avant tout des produits laitiers.

De plus, alors qu’on la croit très sucrée, une crème dessert n’apporte que 20g de glucides soit l’équivalent d’une portion de fruit (une compote de pomme ou trois clémentines par exemple). Elle fait ainsi partie des produits parfaitement adaptés à la fin du repas.

Le yaourt, star des produits laitiers frais
L’impact positif du yaourt sur l’équilibre alimentaire est reconnu par plus de 95% des répondants et les ferments lactiques vivants sont la marque distinctive des yaourts. Les ferments sont considérés comme « bons pour la santé » par 87% des Français. Toutefois, le premier critère de choix des Français reste le goût, notamment pour les hommes : ils privilégient davantage le goût que les femmes (c’est le critère de choix le plus important pour 67% d’entre eux contre 53% pour les femmes).

Quels sont les atouts santé des ferments ?
Le yaourt contient exclusivement deux ferments lactiques qui doivent être vivants et actifs jusqu’au moment de la vente au consommateur. Ces ferments facilitent la digestion du lactose par les personnes qui le digèrent mal, propriété reconnue par l’EFSA3 (autorité européenne de sécurité des aliments). Par ailleurs, de nombreuses recherches sont menées actuellement, notamment dans le domaine du traitement des diarrhées ou le renforcement du système immunitaire des personnes âgées.

Le yaourt nature : avec ou sans sucre ? Une majorité de Français (63%) ajoute une saveur sucrée à son yaourt nature : 54% ajoute du sucre, du miel ou de la confiture et 9% un édulcorant.

Fromage blanc : le plein de protéines !
Le fromage blanc est le produit laitier frais le plus riche en protéines (7 à 10%). C’est son atout principal pour Denis Mater, coordinateur scientifique de Syndifrais, « les protéines contribuent à limiter la sensation de faim et ont un impact positif sur la santé osseuse ».

Fromage blanc : moins gras qu’on ne le croit
Habitué à l’ancien étiquetage de la matière grasse, qui ne prenait pas en compte l’importante teneur en eau du fromage blanc, on croit encore souvent qu’il existe des fromages blancs à 20 ou 40% de matière grasse. En réalité, le fromage blanc anciennement étiqueté 20% de matière grasse sur extrait sec contient seulement 3% de matière grasse et le fromage blanc qui était étiqueté 40% n’en contient que 6%.

Produits laitiers : le French paradoxe…
Les produits laitiers frais, entre modernité et tradition
Les produits laitiers fermentés sont consommés par l’Homme depuis plus de 6 000 ans. C’est au Moyen-Orient que des tribus nomades en auraient découvert la fabrication. Les bactéries naturellement présentes dans les outres servant à transporter le lait l’auraient fermenté, permettant par là-même une meilleure conservation.

Aujourd’hui, les Français sont unanimes sur le fait que les produits laitiers frais peuvent être consommés par tous et en toute occasion. La praticité des produits laitiers frais est appréciée par 97% des Français, et 96% les considèrent comme « adaptés aux modes de vies actuels » : produits sans cuillère, prêts-à-consommés, en portions individuelles adaptées aux différents âges de consommation…

Les produits laitiers frais et la crise
Pour Sandrine Cayeux, de Kantar World Panel : « Les Français achètent souvent des produits laitiers frais, c’est un achat que l’on qualifierait de routinier, de fond de caddie, ils les apprécient et savent qu’ils sont bons pour leur santé. Parallèlement, bien qu’ils savent tous que l’alimentation joue un rôle clé dans la santé, en matière de nutrition, et surtout à propos des desserts laitiers frais, les connaissances des consommateurs sont très floues et peuvent freiner la consommation de certains produits. il parait donc important d’améliorer le niveau de connaissance sur les doses de matière grasse, de sucre et de lait notamment (qui sont regardés par beaucoup de foyers français) d’autant plus que dans les foyers à risque (obèses/ surpoids) les produits laitiers sont sous consommés. »

Les produits laitiers frais sont au cœur de l’équilibre alimentaire
« Les yaourts, fromages blancs et desserts lactés frais contribuent de façon importante aux apports en plusieurs micronutriments essentiels pour lesquels une large part de la population n’atteint pas toujours l’apport conseillé, c’est le cas pour le calcium par exemple. Dans le même temps, ils n’apportent qu’en quantité modérée des matières grasses et du sucre. C’est pourquoi les produits laitiers frais peuvent être qualifiés d’aliments rééquilibrants », explique Véronique Braesco, nutritionniste et directrice du cabinet VAB Nutrition.

Au-delà du calcium, quels sont les nutriments essentiels apportés par les produits laitiers frais ?
Alors que le Programme National Nutrition Santé recommande de consommer trois produits laitiers par jour, la consommation moyenne est actuellement de deux. Un quart des enfants et 20% des adultes n’atteignent pas les deux-tiers de l’apport conseillé en calcium et sont donc à risque de carence. Consommer un yaourt, un pot de 100g de fromage blanc ou un dessert lacté frais, c’est consommer un produit laitier et, de fait, les produits laitiers sont la première source de calcium des Français. Mais ils fournissent encore bien d’autres micronutriments, les produits laitiers frais représentent, par exemple : 14% de l’iode, 4% du zinc, 7% du phosphore, 29% de la vitamine A, 10% de la vitamine B2, 6% de la vitamine B9 et 5% de la vitamine D consommés par les Français (adultes). Enfin, ils apportent des protéines laitières de haute valeur biologique, indispensables à la construction et au renouvellement des tissus, notamment des muscles, et qui ont un effet rassasiant.

Les produits laitiers frais sont-ils gras ?
Les produits laitiers frais contiennent relativement peu de matières grasses, de 0 à 6% pour les fromages blancs, 0 à 4% pour les yaourts et 3 à 8% en moyenne pour les desserts lactés. Ces teneurs sont bien inférieures au seuil de 10%, fixé par l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé, à partir duquel un aliment est qualifié de « gras ». Par ailleurs, ils ne constituent que 3,5% de l’apport en lipides totaux et 2% de l’apport en acides gras saturés. Et, d’un point de vue qualitatif, la matière grasse laitière, et notamment les acides gras saturés des produits laitiers, ont été récemment réhabilitées quant à leur impact sur la santé.

Les produits laitiers frais sont-ils trop sucrés ?
Les produits laitiers frais contiennent naturellement du lactose, le sucre naturel du lait. Il est présent à hauteur de 4% dans les yaourts nature. Dans les produits aux fruits ou aromatisés, il faut compter les sucres du fruit et éventuellement le saccharose (sucre de table). En moyenne, les fromages frais et yaourts aux fruits ou aromatisés contiennent entre 8 et 10% de sucres ajoutés, soit l’équivalent de un à deux morceaux de sucres. Les desserts lactés contiennent, eux, 20% de sucre totaux en moyenne, dont de l’amidon pour les riz au lait ou semoule au lait par exemple. Ceci est à mettre en perspective avec le moment de consommation de ces produits, en fin de repas. Ils permettent de consommer un dessert pauvre en matières, riche en calcium et mieux pourvu en certains micronutriments que d’autres types de desserts autant ou plus sucrés et plus gras.

Le taux de sucre des produits laitiers frais : une énigme pour les Français
Sur les questions concernant la teneur en sucre des yaourts aux fruits et des crèmes dessert, respectivement 23 et 20% des Français reconnaissent ne pas savoir et préfère ne pas répondre. Un tiers surestime de beaucoup le taux de sucres ajoutés aux yaourts aux fruits (répondant 20 ou 30% contre 10% en réalité) et 57% pensent qu’une crème dessert contient autant de sucre qu’une canette de boisson sucrée ou qu’une viennoiserie (alors qu’un pot de crème dessert n’apporte pas plus de sucre qu’une portion de fruit).

*Syndifrais regroupe les principaux acteurs du marché des produits laitiers frais en France et permet des avancées collectives de la filière sur de nombreux domaines auxquels le consommateur est parfois sensible.


Lu 2533 fois
Publié le Jeudi 11 Octobre 2012



Réagir à cet article :