Sommaire
Senior Actu

Old’Up : l’association de la génération des… vieux debouts !

Old’Up est une association créée à l’origine par Marie-Françoise Fuchs*, s’adressant aux personnes qui abordent la deuxième étape de leur retraite et qui a pour but de créer un mouvement de réflexions, de rencontres et d’actions pour inciter cette génération des « vieux debout » à vivre mieux cette période de leur vie. Partons donc à la découverte de cette structure originale qui devrait séduire un bon nombre de seniors.


Old’Up : l’association de la génération des… vieux debouts !
Old’Up, volontairement provocateurs, ces termes s’appliquent à une population nouvelle dont l’apparition et la rapide croissance est le fruit de la progression de la durée de vie.

Cette population est constituée de tous ceux qui, la retraite venue, souhaitent rester acteurs de la vie sociale….

Mais y trouver sa place est parfois difficile alors que la compétence des « Old’Up », fruit de toute une vie, est une richesse et une véritable ressource pour la société.

C’est de ce constat qu’est née cette association qui se propose de : stimuler, engager les personnes de cette génération à optimiser cette tranche de vie et à mettre leurs capacités au service de la société ; débattre de leur place dans la société et de l’aide qu’elles peuvent apporter aux générations plus jeunes ; recenser les difficultés qu’elles rencontrent, pour tenter d’y trouver remède ; et enfin d’établir une communication intergénérationnelle, être un lieu de jaillissement d’idées et de rencontres.

Mais plus concrètement, comment agir ? Tout d’abord, il faut inciter chacun à s’investir, à se rendre utile, à contribuer à l’action de l’association et à lutter contre le risque d’isolement. Il faut également faciliter dans la société, l’expression directe de ceux qui vivent cette étape en créant et en organisant des instances de coordination et de consultation à leur intention, dans les communes, les départements et les régions. Dans ces instances, en collaboration avec les responsables locaux ou régionaux, ils apporteront leur contribution et exprimeront leur point de vue sur l’évolution de la société (Comités de quartier, comités consultatifs, cahiers de doléances ou de suggestions, etc.). Enfin, il faut encourager ceux qui ont l’expérience des pays étrangers à informer sur ce qu’ils y ont vu et qui pourrait être transposé en France

L’association vise aussi à rendre plus aisée leur intégration dans la vie sociale de ces seniors, en aménageant certains aspects de la vie quotidienne pour aplanir les difficultés rencontrées du fait de leurs légers handicaps moteurs et sensoriels. Un répertoire de ces difficultés a été établi conjointement par l’Académie de Médecine et l’Académie des Sciences. Il concerne, entre autres, l’aménagement de l’accessibilité, la prise en compte de la baisse d’audition, l’adaptation aux faiblesses de la vision, etc.

Il s’agit également de susciter l’ouverture au dialogue avec les autres générations, en particulier les plus jeunes et de sensibiliser les décideurs civils et politiques et agir auprès des médias, pour créer un réseau essentiellement informatif en France et en Europe, stimuler, à travers lui la prise de conscience de chacun.

Enfin, l’association souhaite intervenir sur les développements et les recherches dans le domaine des nouvelles technologies, facilitant l’accès aux nouveaux moyens de communication, d’information et d’écriture.

Des actions concrètes à mener simultanément

Il existe en France une tendance à tout attendre de l’Etat, avec une information, une impulsion qui partent du sommet pour aller vers la base. Old’Up voudrait, au contraire, favoriser un courant ascendant qui informe la société, les décideurs des besoins, des souhaits de la base.

Voici ci-dessous, des exemples de mesures favorisant l’intégration sociale de cette population.

Concernant la participation des « Old’Up » à la vie familiale, sociale et citoyenne

1 - Créer un site interactif, réaliser des partenariats avec les organismes existants, organiser des rencontres et des discussions, autour de thèmes, etc. Pour stimuler, faciliter les contacts entre les individus isolés.

2 – Recruter les nouveaux « responsables volontaires » pour constituer des réseaux dans chaque région en France et en Europe.

3 – Recenser les structures existantes qui permettent d’améliorer les conditions de la vie intergénérationnelle et personnelle.

Concernant les actions à promouvoir par la société pour faciliter la vie quotidienne

Dans l’immédiat, quelques mesures phares à très faible coût :

La mobilité

- Inciter les responsables des sociétés de transport en commun ainsi que ceux des bâtiments publics, à faciliter le déplacement des personnes rencontrant quelques difficultés. A titre d’exemple :

- Veiller à ce que soit visible dans les autobus le recours possible au bouton demandant l’arrêt au contact du trottoir pour la descente, évitant ainsi des risques de chutes.

- Publier une carte du métro indiquant (en rouge par exemple) les stations équipées d’escaliers mécaniques afin que les personnes ayant des difficultés à emprunter les escaliers puissent choisir leur station.

- Indiquer dans les bâtiments à usage du public, dont l’entrée principale s’effectue par des escaliers d’honneur extérieurs souvent dépourvus de rampes, qu’il existe des entrées secondaires (ex : entrée fournisseurs) se situant au niveau du rez-de-chaussée et donnant accès de plain pied aux ascenseurs.

- Indiquer les possibilités d’ascenseur dans les Mairies, facultés, ou autres bâtiments publics pour ceux qui sans être « handicapés »reconnus ou en fauteuil, ont du mal à utiliser les escaliers.

L’audition

- Offrir à nouveau l’accès à la culture ou aux loisirs à ceux qui en sont privés en raison de difficultés d’audition.

- Multiplier les possibilités de sous titrages à la télévision pour les principales émissions à l’instar de ce qui est fait sur les chaînes « cinéma » (exemple : bouton I de certaines télévisions). Eviter ainsi l’augmentation exagérée du son par ailleurs peu efficace.

- Dans les théâtres et autres salles de spectacle, systématiser le « sur titrage » tel qu’il existe dans les salles d’Opéra.

La vision

- Utiliser de préférence le noir et blanc pour l’écriture sur les affiches ou les panneaux. Le contraste noir sur blanc ou blanc sur noir est perçu correctement par ceux qui ont des difficultés visuelles.

- Dans les Musées augmenter la taille des caractères des étiquettes informatives, et les placer à hauteur de vue, debout ou assis.

- Améliorer l’éclairage et la lisibilité des écrans de distributeurs en tous genres.

A moyen terme

La Mobilité

- Systématiser les « plans inclinés » pour valises ou chariots à roulettes, dans les gares, les stations de métro et les accès aux bâtiments publics dont les entrées ne sont pas au niveau de la rue.

- Adapter les marches des wagons à la hauteur des quais des tramways et des trains.

- Multiplier les systèmes de numéros d’ordre dans les lieux d’attente (postes, guichets SNCF, hôpitaux etc.) Disposer des sièges prioritaires pour ceux que la station debout épuise.

L’audition

- Améliorer la diction des personnes qui renseignent dans les lieux publics (gares, aéroports, etc.) qu’elle soit claire, lente et articulée à l’intention de ceux qui ont des déficits auditifs.

- Répéter une fois encore, les messages, afin d’en assurer la compréhension.

La vision

- Augmenter la taille des caractères sur les panneaux électroniques, (aéroports, gares, etc.) et les placer à plus faible hauteur pour les rapprocher des usagers.

- Sur les routes ou autoroutes doubler les panneaux indicateurs en disposant le premier 200 ou 300 mètres plus tôt, afin de donner le signal du changement de direction avec plus d’avance.

A plus long terme

- Faire connaître aux urbanistes et architectes, responsables de l’aménagement du territoire, des villes et villages les souhaits des usagers pour qu’ils puissent participer à la vie sociale quel que soit leur âge.

- Intervenir sur les développements et les recherches dans le domaine des nouvelles technologies afin d’en mettre l’accès à portée de tous, au besoin en créant des versions simplifiées facilitant l’usage des nouveaux moyens de communication, d’information et d’écriture.

Infos pratiques

Siège social de l’association Old’up
Maison des Associations du VIIème Arr.
4, rue Amélie, 75007 Paris, France

Courriel : contact@old-up.eu

Site : www.old-up.eu

*Marie Françoise Fuchs était déjà à l’origine, il y a un peu plus d'une dizaine d'années, de l’Association des Grands Parents Européens (AGPE).


Publié le Mardi 3 Février 2009 dans la rubrique Société | Lu 7434 fois