Sommaire
Senior Actu

Monalisa Touch : du laser contre l'atrophie vaginale

Une nouvelle application médicale du laser CO2 apporte aujourd’hui une solution qui se veut « efficace et pérenne à la sécheresse vaginale ». Son nom ? MonaLisa Touch, une nouvelle application du laser pour le remodelage vulvo-vaginal. Cette technologie doit permettre aux femmes de retrouver une vie sexuelle épanouie après la ménopause ou suite au traitement d’un cancer hormonal.


Les variations hormonales interviennent à différents moment de la vie des femmes de façon naturelle ou induite. Grossesse, ménopause, traitement anti-cancéreux en sont les principales causes et concernent un nombre important de femmes.
 
Elles occasionnent une série de changements impliquant quasiment tous les organes et les systèmes du corps féminin. Leurs répercussions sur la peau et les muqueuses, la protection cardiovasculaire, le métabolisme sont considérables. Leurs conséquences sur la qualité de vie des femmes sont majeures.
 
L’atrophie vaginale liée à l’arrêt de production d’oestrogènes et qui touche 50% des femmes après la ménopause, est l’une des dégradations fonctionnelles dont l’impact physique et psychologique est le plus négatif sur la vie des femmes et en particulier sur leur sexualité.
 
Quand les femmes en parlent… « Avec l’arrivée de la ménopause il y a huit ans, il est devenu difficile d’avoir des relations sexuelles avec mon mari. Aucune thérapie ou traitement n’étaient efficace. J’avais du mal à m’identifier encore en tant que femme. »
 
« Au début, j’ai cru qu’il s’agissait d’une infection. Je me suis traitée par ovules plusieurs fois pensant que cela allait passer. Un jour quelqu’un m’a parlé d’un traitement local. J’avais l’impression de revivre, d’être à nouveau normale. Mais les effets sont très courts et c’est extrêmement contraignant. »
 
« C’est un sujet très difficile à aborder avec son partenaire. Un peu de honte. La peur de l’éloignement. Petit à petit on se renferme et on désespère de ne plus faire l’amour. On se sent très seule
».
 
En l’absence de traitement curatif efficace, les femmes en parlent avec réticence et les médecins n’abordent pas assez directement le sujet avec leurs patientes. Il persiste encore aujourd’hui une sorte de conspiration du silence autour de l’atrophie vaginale et de ses répercussions sur la qualité de vie des femmes, comme si elle était au mieux une fatalité, au pire un tabou. Un déni qui touche de façon globale le désir féminin car malgré les progrès effectués par la recherche, les solutions tardent à être mises à la disposition des femmes.
 
« MonaLisa Touch stimule et régénère directement la muqueuse vaginale de façon naturelle » assure le communiqué du fabricant Deka. Le laser spécialement conçu avec une impulsion exclusive (D-Pulse) « et un mode d’émission fractionné, agit directement sur la muqueuse de façon fiable, peu invasive, totalement indolore, efficace et pérenne ».
 
La procédure provoque une restauration des processus naturels affaiblis par la chute des estrogènes exactement comme après un traitement hormonal, mais sans effet secondaire et permet à la muqueuse vaginale de retrouver la fonctionnalité qu’elle avait perdue au fil du temps : en stimulant l’activation métabolique des fibroblastes et la biosynthèse du collagène il provoque la régénération de la muqueuse vaginale atrophique ; la muqueuse vaginale récupère des composants extra-matriciels et retrouve son hydratation, ainsi que l’épaisseur du tissu conjonctif et de l’épithélium ; le vagin retrouve ainsi le trophisme, la tonicité, l’élasticité et la fermeté de sa jeunesse ; et enfin, en rétablissant une régénération totale des tissus, les conditions naturelles de prolifération des lactobacilles sont restaurées, la valeur du pH baisse et réactive la barrière acide protégeant la muqueuse contre les agents pathogènes. 


Publié le Lundi 18 Avril 2016 dans la rubrique Santé | Lu 1856 fois