Sommaire
Senior Actu

Mangez-le si vous voulez de Jean Teulé : patrie–autisme

Jean Teulé approche les cauchemars que l’on appelle réalité. Livre après livre, il décortique la noirceur de la nature humaine lorsque celle-ci s’en prend à l’innocence. Souvent, ses romans ouvrent des placards à secrets et mettent à jour des anecdotes historiques, de déconcertantes biographies, des fictions puisées dans le réel, d’improbables destinées. Le récit présenté ici est un abyssal chemin de croix. Celui d’Alain de Monéys, nobliau périgourdin, apprécié de tous pour sa gentillesse et son intelligence.


Nous sommes en 1870 en pleine guerre contre la Prusse. Avant de partir au front (le jeune homme a demandé le rejet de la décision du conseil de révision qui l’exemptait pour faiblesse de constitution) Alain se rend à la frairie de Hautefaye, le village voisin, situé entre Angoulême et Nontron.

Suite à un méprise, les gens du village croient avoir entendu Alain prononcer : « A bas la France » et « Vive la Prusse ». La nouvelle se répand vite dans le bourg où, là comme ailleurs, le patriotisme est à son comble.

Jean Teulé nous fait participer à cette journée de lynchage qui s’ensuit et note toute la graduation de l’horreur. Au paroxysme du drame il écrit : « le meurtre que la foule s’apprête à commettre est un cri d’amour adressé à la France ».

Jean Teulé rend compte de tout ceci avec une écriture plus économe que d’habitude, où transparait son humour aigre-doux si efficace, une écriture moins crue, précise, subtilement visuelle, sans pathos excessif, discrètement empathique pour la victime.

Le dépouillement du style renforce l’ignominie de l’événement.

Lors du procès qui condamnera des villageois, ceux-ci diront tous la même chose : « on ne sait pas ce qui nous a pris ». Alors s’ouvre pour le lecteur, toute une réflexion troublante sur l’obscure mécanique qui emporte les foules.

Au gré de l’actualité des réactions nous font clamer : plus jamais ça. En est-on sûr ?

Mangez-le si vous voulez
Jean Teulé
Editions Julliard
131 pages
17 euros
Mangez-le si vous voulez


Publié le Lundi 20 Juillet 2009 dans la rubrique Culture | Lu 2434 fois