Sommaire
Senior Actu

Maison de retraite : une grande étude sur Paro le petit robot

Une étude inédite vient d’être lancée sur les usages du robot-compagnon Paro auprès des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer ou apparentée. Cette recherche de 18 mois initiée en septembre 2016 aura lieu au sein de onze maisons de retraite (EHPAD) mutualistes. Explications.


Face à la dépendance des personnes accueillies en maisons de retraite, les solutions non médicamenteuses se sont développées au cours des dernières années : au programme, art-thérapie, musicothérapie, jardin thérapeutique, etc. L’idée ? Offrir une prise en soin reposant sur un accompagnement relationnel thérapeutique, visant prioritairement à préserver le plus longtemps possible les capacités restantes et ainsi, à améliorer la qualité de vie de la personne malade. 
 
De nos jours, et ce n’est qu’un début, les gérontechnologies constituent des alternatives non médicamenteuses à la prise en charge de patients dépendants. Au Japon, en plus de contribuer à la gestion des médicaments (délivrance par dose unique), ces technologies robotiques vont s’insérer au sein des interactions sociales. De fait, les « robots-compagnons », « robots sociaux » et « robots-animaux » sont de plus en plus présents dans le domaine de la prise en charge des personnes âgées.  
 
Depuis quelques années, plusieurs études ont montré l’efficacité de ces robots auprès de ainés souffrant de troubles cognitifs, notamment sur les interactions verbales. Ainsi, le chien Aibo (Sony) favorise le développement de la communication et de la socialisation des patients déments en établissements. Il a également été montré qu’un robot pouvait entrainer le même attachement que le véritable animal chez la personne âgée.
 
De son côté, le robot Paro, à l’apparence d’un phoque, compte parmi les plus anciens. Il a été développé en 1993 par l’équipe du Pr Shibata. Son efficacité a été montrée dans plusieurs études, notamment sur la diminution du niveau de stress, la communication et le renforcement des liens sociaux. En France, il a également été utilisé avec succès auprès d’une population de personnes âgées souffrant de troubles sévères du comportement liés à la maladie d’Alzheimer. 
 
Toutefois, à ce jour, l’effet du robot sur les interactions entre résidents et soignants reste peu étudié, de même que l’intégration des aidants (dont les familles). Par ailleurs, les précédentes recherches ont souvent porté sur des effectifs réduits de patients et des durées courtes. Afin de compléter les premières analyses, la Mutualité française Loire-Haute Loire SSAM a lancé en septembre dernier, une étude inédite de 18 mois qui se déroulera dans ses onze établissements accueillant près de 1000 personnes âgées.          
 
Les objectifs ? Observer les usages et les non usages du robot Paro en EHPAD, expérimenter et évaluer l’impact du robot émotionnel sur le lien social entre les résidents, le personnel soignant et les aidants et analyser les possibles effets du robot sur la douleur induite par les soins chez les personnes âgées souffrant de troubles cognitifs.

​Paro en quelques mots

Paro est un robot interactif et émotionnel. Il a l’apparence d’un petit phoque en peluche recouvert d’une fourrure synthétique à fibres bactéricides. D’une cinquantaine de centimètres, pesant 2.5 kg, c’est un concentré d’intelligence artificielle : 7 moteurs lui permettent de bouger la tête, cligner les yeux, remuer la queue, actionner ses deux nageoires.
 
Une douzaine de capteurs (toucher, positionnement, lumière) et 3 microphones (détection de la provenance du son par triangulation) renvoient des informations vers un logiciel d’intelligence artificielle, qui adapte en conséquence les intonations et les mouvements en fonction du comportement de la personne qui le tient. Paro peut communiquer par exemples des émotions telles que la joie ou la surprise.
 
En tant qu’animal thérapie, Paro vient s’ajouter aux outils non médicamenteux disponibles et apporte des bénéfices thérapeutiques reconnus : baisse de la tension artérielle, rythme cardiaque, réduction des niveaux de stress et d’anxiété, prévention de la dépression… il permet également d’agir sur la communication et les interactions sociales. 
 
Paro a été développé dans l’optique d’offrir à minima les avantages thérapeutiques de la zoothérapie tout en limitant les inconvénients associés : anxiété liée aux griffures, morsures, …, allergies, hygiène, soin de l’animal, risque de maltraitance de l’animal, disparition à terme de l’animal


Publié le Mardi 22 Novembre 2016 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 2518 fois