Sommaire
Senior Actu

Louis de Cazenave, l’un des derniers poilus est mort à l’âge de 110 ans

Louis de Cazenave, l'un des deux derniers poilus rescapés de la Première Guerre mondiale, est décédé dimanche 20 janvier 2008 à l'âge de 110 ans, a-t-on appris auprès du ministère des anciens combattants.


Portrait de Louis de Cazenave publié par l’Office national des anciens combattants (Onac)

A 18 ans, le 19 décembre 1916, Louis de Cazenave est mobilisé pour la Grande Guerre et se retrouve sur le front dans l'infanterie coloniale au sein du 5ème bataillon de tirailleurs sénégalais. « Forcement, on ne nous mettait pas dans les endroits les plus calmes ! »

Louis dit : « En 1916, nous étions jeunes, patriotes et enthousiastes pour le combat, les peuples français et allemands avaient été montés l'un contre l'autre. On partait, on ne savait pas pourquoi, mais on y allait. » Mais confronté à la réalité du front, le ton a ensuite changé. Il a été affecté à de nombreux régiments mais il n'oubliera jamais « le Chemin des Dames », là où a eu lieu cette désastreuse bataille qui a coûté la vie à plus de 150 000 compagnons d'armes en 1917.

Il confie « Il faut avoir entendu les blessés entre les lignes. Ils appelaient leur mère, suppliaient qu'on les achève. C'était une chose horrible. » Louis raconte aussi l'histoire du point d'eau où les soldats venaient s'approvisionner sans se tirer dessus. « Les Allemands, on les retrouvait quand on allait chercher de l'eau au puits. On discutait. Ils étaient comme nous, ils en avaient assez. Quand l'Etat major l'a su il a ordonné une attaque. »

Après l'horreur des tranchées et sans savoir pourquoi, il est muté dans l'artillerie là où on était le moins exposé. Louis devient ensuite téléphoniste, quitte le front pour tirer les lignes sur les champs de bataille.

Il parle de la guerre en ces mots : « Hay, hay, hay, un truc absurde, inutile ! A quoi ça sert de massacrer les gens ? Rein ne peut le justifier, rien ! » Et d'ajouter : « Le hasard des tirs veut que je sois encore là alors que je pourrais être ailleurs depuis longtemps. »

Rendu à la vie civile, en 1919, il devient cheminot et travaille aux gares de Brioude, du Puy-en-Velay et de Saint-Etienne. Il épouse Jeanne en 1921 avec qui il a eu trois enfants. Il a participé aux manifestations du Front populaire en 1936 mais pas à la Seconde Guerre mondiale.

« C'est avec une grande émotion que j'apprends la disparition de Louis de Cazenave, doyen des Français. Il était l'un des deux derniers combattants français de la Première Guerre mondiale » a indiqué le président de la République dans un communiqué.

Et Nicolas Sarkozy de préciser : « sa disparition est l'occasion pour chacun d'entre nous d'avoir une pensée particulière pour les 1,4 millions de combattants français qui ont fait le sacrifice de leur vie durant ce conflit, pour les 4,5 millions de blessés, pour les 8,5 millions de mobilisés ».

Selon une décision de l'ancien président de la République Jacques Chirac, prise en 2005, le dernier poilu devrait avoir droit à des « obsèques solennelles de portée nationale ». Désormais, officiellement, il ne reste plus qu'un ancien combattant français de la Grande Guerre encore en vie : Lazare Ponticelli, 110 ans, né le 7 décembre 1897. Toutefois, rappelons que ce dernier, tout comme Louis de Cazenave d'ailleurs, refuse l'idée d'avoir des funérailles nationales ou même le Panthéon.

Rappelons que la « Der des der » a fait neuf millions de morts dans le monde et près de 20 millions de blessés, dont la moitié mutilés. En France et en Allemagne, un soldat mobilisé sur six a été tué. La plupart avaient entre 18 et 25 ans.


Publié le Lundi 21 Janvier 2008 dans la rubrique Divers | Lu 5352 fois