Accueil
La Newsletter ▼
Facebook
Twitter
Rss
 
Consommation

Le vieillissement démographique et ses conséquences sur la consommation : 13 impacts notables


Le vieillissement démographique entraîne des changements dans les comportements de consommation aussi importants que ceux engendrés par la mondialisation. Ces phénomènes sont actuellement occultés, en grande partie, par la crise économique, explication souvent «partielle» à des baisses ou des variations d'activités. Or, c'est à une restructuration profonde de la consommation à laquelle nous assistons avec le vieillissement de la population et donc des consommateurs.


Par Frédéric Serrière, Senior Strategic, expert du vieillissement démographique et du marché des seniors.

Vers un plus grand nombre de générations

Nous passons de 4 à 5 ou 6 générations vivant au même moment. Ce phénomène impacte fortement de nombreux secteurs avec des besoins qui évoluent et des situations plus complexes et variées : les loisirs intergénérationnels, relations enfants / parents âgés... Les relations entre les générations et les transferts financiers intergénérationnels engendrent également des changements profonds.

Un changement de la structure de consommation

En vieillissant, les besoins, les envies, les rapports à la consommation changent. Par exemple, un couple de 55 ans avec un parent âgé dépendant aura des priorités différentes d'un couple dont les parents sont en bonne santé. Les étapes de vie ayant un impact sur la consommation sont nombreuses : achat d'un logement, couple, naissance des enfants, départs des enfants, périodes de chômage, départ à la retraite, divorces, problèmes de santé...

Une stagnation (voire une baisse) de la consommation globale

Les différentes études européennes ou américaines indiquent une stagnation de la consommation ou une baisse de la consommation globale dans les pays vieillissant pour les 25 prochaines années en dehors de tout changement concernant l'immigration ou la natalité. En France, un document de l'Insee sur les effets d'âge et de génération, indique une stabilisation de la consommation total avec cependant des secteurs en hausse et d'autres en baisse. Dans les pays comme l'Allemagne qui connaissent un taux de vieillissement accéléré, la consommation pourrait baisser de 2,5 à 3% d'ici 2025 en raison du seul facteur démographique.

Des secteurs en hausse : santé, loisirs, dépenses de la maison, services...

En vieillissant la consommation évolue. Certaines dépenses sont en hausse tels que la santé et les dépenses de la maison avec des personnes qui restent plus souvent à domicile. Ainsi, la consommation d'électricité est appelée à croître de 1,3% en 2025 uniquement sur la base du facteur du vieillissement démographique. D'autres facteurs sont à prendre en compte comme les facteurs générationnels. Une génération peut être sur-consommatrice d'un produit. C'est le cas des Boomers (50/65 ans) qui, en vieillissant, poussent la consommation d'électronique, du tourisme et du bien-être.

Des secteurs en baisse : équipement, transport, habillement, alimentation...

A l'opposé, certains secteurs d'activités sont à la baisse : les biens d'équipements, les transports, les vêtements ou l'alimentation générale. Or ces tendances fortes sont actuellement cachées par la crise économique. Par exemple, en 2006/2007, au Japon, pays le plus « vieux » du Monde, le marché automobile baissait structurellement de 4% par an, en raison du vieillissement démographique. Un autre phénomène est aussi à expliquer : en vieillissant une personne a tendance à acheter des biens de meilleure qualité et à les garder plus longtemps augmentant ainsi le cycle de renouvellement et en engendrant ensuite une baisse des ventes de certains produits.

Une augmentation des cycles de renouvellement

Certaines études montrent des changements importants chez les Boomers : ils achètent des produits de meilleure qualité qui ont une durée de vie plus longue. Ainsi, les cycles de renouvellement augmentent. En raison de ce phénomène, le marché automobile devrait décroître de 12,5% d'ici à 2025 et le secteur électroménager de 8,6% en dehors de tout facteur lié à la crise économique.

Une hausse des économies

Le taux d'épargne des Français a augmenté en 2011 à 16,8%, son plus haut niveau depuis 1983 notamment en raison de la crise économique. Au-delà, les craintes concernant l'avenir ont tendance à inciter à économiser. Or, ces craintes augmentent en vieillissant. Ainsi, le taux d'épargne en Europe est prévu de progresser de 1,2% à horizon 2025 en Europe poussé par des Seniors qui économisent en prévision des héritages et des potentiels problèmes de santé.

Baisse des dépenses liées au travail

Les dépenses de fournitures, de vêtements, de transports liés au travail sont en baisse dans une population vieillissante avec de plus en plus de personnes à la retraite et un nombre d'actifs qui se réduit. Le taux d'emploi a diminué fortement, passant de 56 % en 1975 à 51 % aujourd'hui. Avec le départ à la retraite de la plus importante génération, les gains de productivité et d'autres facteurs, le taux d'emploi devrait diminuer en Europe. Avec une baisse programmée du nombre d'actifs, certains types de consommation vont décroître.

Vers une reprise en main des Boomers

La génération « baby-boom » a été le centre d'intérêt des entreprises depuis les années 50 jusqu'au milieu des années 80. Après un oubli qui aura duré 15 ans, les Boomers redeviennent des clients très importants : ils sont 15 millions, ont un pouvoir d'achat supérieur à la moyenne de 30 à 40% et arrivent à la retraite avec plus de temps de loisirs. Cependant, cette génération est celle qui a pratiqué le plus longtemps la société de consommation Des récentes études indiquent qu'ils arrivent au bout d'un cycle : de plus en plus nombreux sont les Boomers qui prennent conscience de la « futilité » d'une part de leurs achats. Autrement dit, ils commencent à délaisser les achats liés exclusivement à un « plaisir compulsif immédiat ». Entre 2008 et 2010, d'après une étude de Focalyst, les achats impulsifs ont baissé de 41% aux Etats-Unis chez cette génération.

Vers plus de personnes avec du temps libre

Le vieillissement démographique a pour effet une augmentation du nombre de retraités et ainsi du nombre de personnes avec du temps libre. D'après l'Insee, le nombre des 65 ans et plus va passer de 10,1 millions en 2012 à plus de 13 millions en 2020 et 16 millions en 2030. C'est une opportunité unique. A noter, cependant, que l'âge de la retraite diffère dans les pays européens et recule dans la plupart des pays.

Vers une hétérogénéité de la demande

Les études en sociologie montrent qu'en vieillissant, une personne prend ses décisions, consomme, et agit d'avantage par rapport à ses besoins propres et à ce qui est important pour elle et moins par rapport à une mode. Ainsi, l'individualisation des demandes augmente et engendre une nécessaire plus forte hétérogénéité des offres. Ce phénomène est encore amplifié par un facteur générationnel des 50/65 ans plus qui sont attachés à la valeur de liberté de choix et à l'individualisme.

Vers une augmentation du coût d'acquisition d'un client

L’hétérogénéité de la demande et la nécessité de proposer des offres plus individualisées via un nombre plus important de canaux de distribution, augmentent sensiblement les coûts d'acquisition d'un client dans de nombreux secteurs. Le chiffre de 30/35% est souvent cité par les acteurs du tourisme par rapport aux Seniors plus âgés.

Vers des valeurs de durabilité, d'authenticité, de respect de l'environnement

La maturité des générations et les facteurs générationnels des 50/65 ans, redistribuent les valeurs importantes. Même si la crise économique a tendance à modérer ce phénomène, nous assistons à une hausse des valeurs de durabilité, d'authenticité et de respect de l'environnement.

Lu 4282 fois
Publié le Jeudi 26 Juillet 2012


Réagissez




Suivez-nous sur Facebook

Découvrez les 10 articles les plus :

Newsletter : restez informés par email