Sommaire
Senior Actu

Le tourisme des seniors en France : un marché prometteur à l’horizon 2012

Le groupe Xerfi, spécialisé dans les études économiques sectorielles, a présenté la semaine dernière à l’occasion du Salon du Tourisme sa dernière étude consacrée au tourisme dédié aux seniors. Un marché qui s’annonce prometteur, même si les opérateurs devront prendre en compte la problématique « tarifs » qui va s’accroitre dans les années à venir. Voici donc les principales conclusions de ce rapport.


Population en hausse constante et dotée d’un pouvoir d’achat élevé, les plus de 55 ans suscitent actuellement toutes les convoitises.

Dans ce contexte, le tourisme n’échappe pas à cette « seniormania » souligne Xerfi dans son communiqué. D’un marché de niche il y a vingt ans, le tourisme des seniors est ainsi devenu aujourd’hui un marché de volume, faisant preuve d’un réel dynamisme.

Ainsi, selon les prévisions de Xerfi, la consommation de services liés au tourisme par les ménages seniors aura augmenté de près de 50% en valeur entre 2005 et 2012, contre 35% pour l’ensemble des ménages français.

Le groupe spécialisé dans les études économiques sectorielles prévoit également que la consommation en services liés au tourisme des ménages de plus de 55 ans représentera près de 40% du marché total à l’horizon 2012.

Toutefois, prévient Xerfi, les opérateurs devront prendre en compte la sensibilité aux prix des seniors, qui va s’accroître au fil des années. En effet, selon ces spécialistes, l’évolution du pouvoir d’achat des seniors va constituer un enjeu majeur et devra irrémédiablement être prise en compte dans les politiques tarifaires mises en place par les professionnels.

Même si les prévisions de Xerfi Research font état d’une augmentation du revenu des seniors à court terme, à plus long terme en revanche, leur pouvoir d’achat sera fragilisé sous l’impact de facteurs de mutation puissants, aussi bien conjoncturels (crises) que structurels (évolution du système des retraites). Dès lors, l’élément prix sera de plus en plus important dans leurs décisions d’achat et pourrait ainsi modifier durablement leur façon de consommer des voyages.

Xerfi estime également qu’il existe « encore très peu d’offres spécialement dédiées aux seniors ». De fait, les contours du marché demeurent flous : car si le poids des seniors dans le tourisme augmente, il n’existe toujours pas réellement d’offre spécialement dédiée à ce type de clientèle. Les opérateurs qui font voyager les seniors sont pour le moment, dans une écrasante majorité, ceux qui font voyager le reste des Français, et ce, de l’entrée au haut de gamme : Thomas Cook, TUI, Fram, Look Voyages, Kuoni, etc.

Le tourisme des seniors en France : un marché prometteur à l’horizon 2012

Les spécialistes des seniors en France se comptent sur les doigts de la main. Ils opèrent généralement au niveau local, à l’instar de Poivre & Sel, Vivrêva ou encore Senior Evasion. Dès lors, Vacances Bleues et Primavacances font quasiment figure d’exception dans la mesure où ils sont présents sur l’ensemble de l’Hexagone.

« La domination des acteurs généralistes sur le marché des seniors s’explique en grande partie par l’hétérogénéité de cette population, aussi bien en termes d’attentes que de niveau de revenus » souligne encore le communiqué de Xerfi qui précise : « les seniors, et particulièrement les plus jeunes d’entre eux, refusent en outre d’être « ghettoïsés ». Toutes ces disparités rendent la construction d’une offre spécifique délicate ».

Quelles options gagnantes en matière de distribution ?

La distribution est un élément essentiel dans la mesure où le paysage concurrentiel n’offre que peu de produits spécifiques seniors : c’est l’agence de voyages qui jouera un rôle primordial dans l’aide au choix d’un voyage adapté.

De fait, plus la clientèle est âgée, plus elle appréciera le contact physique en agence aussi bien pour se renseigner que pour réserver, voire après la vente pour faire part de son expérience. Dès lors, il apparaît clairement que les réseaux les plus étendus physiquement ont un avantage concurrentiel par rapport à ceux dont le développement est plus confidentiel.

Face à l’impératif de contact physique (pour tout ou partie du processus d’achat), les agences de voyages en ligne sont pénalisées si elles souhaitent toucher la clientèle des seniors et notamment les tranches d’âge les plus élevées. Car si Internet et plus particulièrement le e‐commerce percent auprès des plus de 55 ans de plus en plus adeptes des nouvelles technologies, seulement 18% des 70 et plus ont une connexion à domicile. Le chiffre passe à 5% en ce qui concerne l’achat en ligne au cours des douze derniers mois.

Dans tous les cas, à l’heure du multicanal, les les voyagistes en ligne cherchent à pallier leur absence dans le monde physique. Deux solutions existent pour eux : s’allier à un réseau physique (à l’instar de Lastminute et Selectour) ou développer son réseau en propre, à l’image de Promovacances et son réseau d’une vingtaine d’agences.

Autre stratégie à adopter : multiplier les partenariats avec des marques « proches « des seniors. Certains retraités peuvent partir en vacances en bénéficiant de tarifs préférentiels auprès de leur complémentaire retraite gérée par des instituts de prévoyance. Ces sociétés ont parfois signé des accords avec des opérateurs touristiques (CREPA avec Maeva, Odaly, Thomas Cook, Vacances Bleues etc.). Ces stratégies d’alliance permettent aux acteurs du tourisme de bénéficier de l’apport de prescripteurs et d’accroître progressivement leur notoriété auprès des seniors.


Publié le Lundi 22 Mars 2010 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 10985 fois