Sommaire
Senior Actu

Le cœur n’a pas de rides de Marina Rozenman : il n’y a pas d’âge pour (re)tomber amoureux

La journaliste Marina Rozenman vient de publier aux éditions NiL Le cœur n’a pas de rides, un récit inspiré par la dernière histoire d’amour de sa grand-mère qui, à 71 ans, a vécu une relation passionnée avec son nouveau voisin de 81 ans. Comme quoi, même s’il a parfois quelques rides autour des yeux… l’amour n’a pas d’âge ! Un livre qui prouve qu’il n’y a pas d’âge pour (re)tomber amoureux.


Inspirée par la dernière histoire d’amour de sa grand-mère qui, à 71 ans, a vécu une relation passionnée avec son nouveau voisin de 81 ans, la jeune journaliste Marina Rozenman part dans ce récit (qui sortira le 16 avril prochain) à la rencontre de celles et ceux qui vivent de grandes histoires d’amour passé l’âge de 70 ans.

On croise ainsi Pierre et Odile, les amants terribles du Perche : ils ont eu un coup de foudre lors d’un bal, ont vécu un an et demi entre Paris et Nogent-le-Rotrou puis ont « cassé ».

Il y a Jorge et Perla : lui est veuf, elle est divorcée, ils se sont rencontrés en voyage à Cuba et se sont mariés.

Il y a Jeannette et Julius : lui est Allemand, elle est Française, ils se sont aimés au Havre pendant la guerre, se sont interdits de se revoir après, mais continuent de s’aimer, soixante ans plus tard, au téléphone…

Il y a Françoise et Charles, qui s’étaient connus adolescents en Algérie, manqués à l’âge adulte, et qui s’aiment enfin, soixante-dix ans plus tard, à Montpellier.

Il y a aussi Georges et Odette, un couple qui co-habite avec panache, dans une résidence des bords de Loire, ou Armand, le serial dragueur de 80 ans, qui essaie de noyer son chagrin amoureux sur Meetic…

En dix portraits de couples et solitaires en quête d’amour, ce livre nous plonge dans des histoires extraordinairement romanesques et émouvantes, destins individuels dans la France des années 40 à nos jours. Poids des conventions sociales, gênes des enfants et petits-enfants, pudeur sur la question de la sexualité : le phénomène des amours tardifs est aussi important que tabou.

Pour la première fois, parce que Marina Rozenman a su prendre le temps de les écouter durant deux ans, ces amoureux acceptent de parler à cœur ouvert. « Plus qu’un reportage sur l’amour après 70 ans, Le cœur n’a pas de rides est un livre sur l’amour tout court. Un hymne à la vie » souligne l’éditeur dans son communiqué.

Extraits du livre

Le coeur n'a pas de rides de Marina Rozenman
« Oui, c’était la toute première fois », Odile, 74 ans.

« Un baiser doux et profond qui m’a fait ressentir une joie immense : celle d’être en vie, celle d’être aimée et celle d’être respectée », Perla, 73 ans.

« Les plus belles histoires d’amour sont celles qui ne se concrétisent pas », Jeannette, 90 ans.

« Je ne l’avais pas vu depuis 70 ans ! », Françoise, 87 ans.

« — Je lui ai dit : viens quand tu veux, j’ai la machine à Nespresso de Georges Clooney.
— Nespresso que je n’aime pas !
», Georges et Odette, 85 ans.

« Mon copain a rêvé que je partais avec un autre. Il n’était pas content. Mais je lui ai dit que ce n’était qu’un rêve ! », Colette, 82 ans.

« 17 435 femmes ont consulté mon profil et 3034 sont prêtes à aller plus loin. Ou, du moins, à me rencontrer », Armand, 81 ans.

« La seule façon que j’ai trouvé de me venger de mon ex-mari est de lui prouver que je peux être appréciée par un autre homme », Pierrette, 79 ans.

« J’avais peur que ce ne soit qu’une amourette de vacances… mais, non, ça a duré. Et ça dure encore », Simon, 75 ans.

« Toute ma vie j’ai vécu avec un masque hermétique », Monsieur X, 75 ans.

Marina Rozenman, 33 ans, est journaliste à Elle, après avoir collaboré aux magazines Le Monde 2, Jalouse et pour le quotidien américain The Wall Street Journal Europe. Elle a consacré un livre à la championne de poker Isabelle Mercier, Profession : bluffeuse, paru chez Flammarion, et réalisé plusieurs documentaires radiophoniques pour France Culture. "Quand on aime, on a toujours 20 ans", étape de ce livre, sera rediffusé sur cette station, le 12 Avril 2012, dans « L’atelier de la création », produit par Irène Omélianenko.

Le coeur n’a pas de rides de Marina Rozenman
198 pages
18 euros

Editions NiL


Publié le Mardi 10 Avril 2012 dans la rubrique Culture | Lu 3178 fois