Sommaire
Senior Actu

La pomme est bonne… pour les os !

De récentes études confirment que la consommation de fruits riches en antioxydants, et en particulier de pommes, peut agir sur la densité de l’os. Cette propriété s’ajoute à l’apport par la pomme de nutriments nécessaires à la bonne santé osseuse : potassium, magnésium, calcium… Explications.


Une étude norvégienne publiée fin 2012 a évalué, chez plus de 3 000 femmes, l’impact d’une consommation régulière de flavonoïdes sur la densité minérale osseuse au niveau de la hanche et du rachis. Ces chercheurs notent une relation positive entre la consommation totale de flavonoïdes - avec un effet particulièrement remarqué pour les anthocyanines et les flavones (très présents dans les pommes) - et une bonne densité osseuse (1).
 
Une équipe du Texas (2) souligne également, dans une publication de décembre 2012, une association positive entre la consommation de fruits et une meilleure densité minérale osseuse, à partir d’une compilation d’études évaluant l’effet de fruits (prunes, agrumes, fruits rouges) et composants actifs de fruits (lycopène, flavonoïdes, acides phénoliques, revératrol, phloridzine et pectines dérivés de tomates, de raisins, de pommes et d’agrumes).
 
Ces études ont été réalisées in vitro, chez l’animal et chez l’Homme.

Les auteurs concluent que les fruits riches en antioxydants, comme la pomme, ont des effets importants sur l’os : une augmentation de la masse osseuse et une plus grande résistance osseuse.
 
Ces effets « ostéoprotecteurs » seraient liés aux antioxydants des fruits qui favorisent la minéralisation des ostéoblastes et diminuent l’action des ostéoclastes (la santé osseuse résulte d’un équilibre entre les ostéoblastes, cellules qui « forment de l’os », et les ostéoclastes, qui dégradent l’os pour permettre son renouvellement).
 
Cet effet des antioxydants avait déjà été souligné par une équipe de l’Université de Cambridge (3) qui a étudié l’effet de la consommation de fruits et de légumes sur le statut minéral osseux chez des adolescents de 16 à 18 ans, des jeunes femmes de 23 à 27 ans et des personnes âgées de 60 à 83 ans : une augmentation de la consommation de fruits et légumes a des effets positifs à la fois chez les jeunes et chez les sujets âgés, en particulier au niveau du col du fémur et du rachis.
 
Les mécanismes sont incertains, mais la vitamine C ainsi que les antioxydants des fruits joueraient un rôle important.
 
Une équipe française (4) avait montré, dans un modèle de ménopause chez l’animal (des rates ovariectomisées soumises à une inflammation), que la phloridzine, un flavonoïde exclusivement trouvé dans les pommes, agissait sur le métabolisme osseux. Elle augmente la densité minérale osseuse et protège les rates de l’ostéopénie (baisse de la densité osseuse, précurseur de l'ostéoporose) induite par l’ablation des ovaires.
 
Article édité par Expression Groupe et rédigé par des scientifiques en partenariat avec l'Association Nationale Pommes Poires.

(1)Welch A et al. Habitual flavonoid intakes are positively associated with bone mineral density in women. J Bone Miner Res 2012 ; 27 : 1872-8.
(2)Shen CL et al. Fruits and dietary phytochemicals in bone protection. Nutr Res 2012 ; 32 : 897-910.
(3)Prynne CJ et al. Fruit and vegetable intakes and bone mineral status: a cross-sectional study in 5 age and sex cohorts. Am J Clin Nutr 2006 ; 83 : 1420-8.
(4)Puel C et al. Prevention of bone loss by phloridzin, an apple polyphenol, in ovariectomized rats under inflammation conditions. Calcif Tissue Int 2005 ; 77 : 311-8.


Publié le Jeudi 11 Avril 2013 dans la rubrique Nutrition | Lu 1691 fois