Sommaire
Senior Actu

La petite chambre : une histoire de cœur (film)

Le premier film du duo Stéphanie Chuat et Véronique Reymond « La petite chambre » sorte dans les salles aujourd’hui 16 février 2011. Ce long-métrage, avec dans le rôle principale l’excellent comédien Michel Bouquet, 85 ans, met en scène un vieux monsieur qui refuse l’idée d’entrer dans une maison de retraite et un jeune couple qui a perdu son bébé… Deux destins qui vont finir pour se croiser…


C’est une histoire de cœur. Celui d’Edmond n’est plus très solide.

Mais il bat au rythme d’une indépendance farouche, celle qui lui fait refuser l’idée d'entrer en maison de retraite, celle qui le pousse à refuser les soins de Rose, qu’on lui envoie comme infirmière à domicile.

Papy fait de la résistance ? La jeune femme lui tient tête. Elle sait le tumulte qui saisit un cœur quand il faut accepter l’inacceptable. Le sien n’est pas encore remis. Un jour, une mauvaise chute oblige Edmond à accepter l’aide de Rose...

Interview de Stéphanie Chuat et Véronique Reymond

D’où vous est venue l’idée du film ?

Nous avons eu envie de parler de la société vieillissante de notre pays, du rapport que nous entretenons avec le quatrième âge et la perspective peu attrayante de finir nos jours en maison de retraite, antichambre de la mort. A l’étranger, on compare la Suisse à une maison de retraite. D’où cette envie de développer la question : que fait-on de nos vieux? Et que ferons-nous de nous-mêmes lorsque nous atteindrons un âge avancé ?

Nous traversons la vie à toute allure, jusqu’au jour où nous perdons notre indépendance physique. Dès lors, on devient un boulet pour la société, on ne sert plus à rien et on coûte cher en matière de frais médicaux. Aujourd’hui, l’âge ingrat ne se réfère plus l’adolescence mais au quatrième âge !

Nous avons eu envie de mettre deux thématiques en parallèle, celle de la fin de vie, et celle du commencement de la vie : un homme qui craint la perspective de la maison de retraite et une femme qui ne se remet pas de la perte de son bébé mort-né. Nos deux personnages principaux n’ont à priori rien en commun, ils évoluent dans des réalités très différentes, et néanmoins ils sont tous deux confrontés au deuil, à la séparation
.

C’est ce lien commun qui va peu à peu les rapprocher. Au fond, « La petite chambre », c’est une réflexion sur l’identité, sur la « reconquête » de son identité, en fonction des séismes que la vie nous impose à tout âge.

Comment avez-vous choisi vos acteurs principaux ? Pensiez-vous déjà à eux au moment de l’écriture ?

Pendant l’écriture du scénario, nous étions inspirées par de vraies personnes âgées de notre entourage, amis, grand-mères ou voisins… Au moment du casting, les acteurs âgés et talentueux ne courant pas les rues, notre désir s’est très vite porté sur Michel Bouquet. Son charisme mêlé de charme et de violence convient à la perfection au personnage du film. Nous étions pratiquement sûres qu’il refuserait notre proposition car il refuse tous les rôles de cinéma qu’on lui propose, préférant se consacrer au théâtre. Cependant, à notre grande surprise, il a été « accroché » par notre scénario et a accepté de participer à cette aventure.

Florence Loiret Caille nous a été présentée par notre directrice de casting française. Dès notre première rencontre avec cette actrice hors pair, l’évidence s’est imposée à nous. De nature intègre, Florence Loiret Caille a fait montre d’un talent rare, elle a su incarner de façon lumineuse ce rôle complexe de femme en plein chamboulement existentiel.


Comment s’est passé la collaboration avec Michel Bouquet ? Peut-on diriger un « Monstre sacré » comme lui ?

Le travail s’est déroulé de manière très simple. Michel Bouquet a aimé le scénario et nous a fait confiance dès le départ. C’est est un acteur totalement habité et dévoué à son art. Durant le tournage, il était en travail constant sur son rôle, et il se l’est approprié de façon tellement puissante qu’il devenait chaque jour davantage « Edmond », son personnage dans « La petite chambre ».

Ce questionnement incessant autour du rôle nous a beaucoup impressionnées et a permis d’ouvrir des perspectives de jeu. De son côté, il ne s’est jamais inquiété du fait que nous soyons deux à réaliser le film, il accueillait chacune de nos interventions avec sérieux, sans jamais nous faire sentir que nous étions « jeunes » en matière de cinéma. Un grand cadeau.


Comment collaborez-vous à deux ?

Florence Loiret Caille nous surnomme « l’aigle à deux têtes », ce qui nous amuse. D’autres ont utilisé l’image du bimoteur... De notre côté, comme nous nous connaissons depuis l’enfance, nous avons « grandi ensemble » et n’avons jamais verbalisé notre rapport de travail, car il s’est construit de manière intuitive et empirique, au travers de nos diverses activités artistiques. Nous écrivons à quatre mains et travaillons de la même manière sur le plateau, aussi bien avec les acteurs qu’avec l’équipe technique. Si l’une s’adresse au chef opérateur, l’autre ira plutôt parler aux acteurs, et vice-versa, en fonction des scènes à tourner. Toutefois, lorsque nous devons interagir avec de nombreux interlocuteurs, nous nous concertons toujours au préalable (parfois un regard suffit!) afin que notre discours soit cohérent aux yeux des autres.

La petite chambre, film réalisé par Stéphanie Chuat, Véronique Reymond
Avec Michel Bouquet, Florence Loiret-Caille, Eric Caravaca, etc.
La petite chambre : une histoire de cœur (film)


Publié le Mercredi 16 Février 2011 dans la rubrique Culture | Lu 2437 fois