Bien-être

L’ostéopathie : un remède contre les douleurs chroniques dont souffrent les seniors ? Par Sébastien Forget


« Votre dos est complètement usé, on ne peut plus rien faire ! », « vous êtes rempli d’arthrose, il n’y a pas de solution ! », « vous êtes âgé, c’est normal d’avoir mal ! »… Qui n’a pas déjà entendu ces phrases décourageantes dans un cabinet médical ? L’ostéopathie peut vous aider, assure Sébastien Forget, enseignant et responsable de la formation continue en ostéopathie gériatrique à l’Ecole Supérieure d’Ostéopathie (ESO) de Paris–Marne la Vallée.


L’ostéopathie ne fait pas de miracle, explique-t-il, le praticien ne reconstruit pas le cartilage usé… Cependant, les résultats de ma thèse menée sur plus de 600 patients ont démontré que l’ostéopathie faisait baisser les douleurs chroniques de 50% en moyenne et diminuait de 37% la consommation d’antalgiques.

C’est ainsi que l’ostéopathie a fait son entrée à l’hôpital public de Château du loir (72) et dans plusieurs maisons de retraite de la Sarthe. Sébastien Forget livre quelques conseils utiles pour bien vieillir, accompagnés par un ostéopathe...

Les douleurs liées à l’âge : une réalité !
Le corps subit à tout âge des modifications. L’organisme doit alors s’adapter en permanence à ces changements. Les années passent et, inexorablement, les ligaments perdent de leur élasticité, les cartilages s’usent et s’amincissent. Cette évolution physiologique naturelle peut entrainer des douleurs articulaires, des difficultés motrices… La réalisation des gestes simples de la vie quotidienne devient donc difficile.

Selon toutes les études, trois seniors sur quatre souffriraient de douleurs chroniques et celles-ci touchent à plus de 80% l’appareil locomoteur (articulations, muscles…). Alors qu’en 2050, la population de 65 à 85 ans sera multipliée par trois et le nombre de personnes de plus de 85 ans sera multiplié par sept (source OMS), ces douleurs deviennent un enjeu de santé public !

Cette lutte contre les douleurs liées à l’âge est donc une réalité bien connue des patients et malheureusement peu de solutions leur sont offertes… En effet pour les médecins traitants, les douleurs de l’âge sont normales, on ne peut rien y faire et sont généralement traitées par du paracétamol. Comment se fait-il alors qu’elles continuent à évoluer et augmenter ?

Quand consulter un ostéopathe ?
Cette médecine complémentaire, qui fut structurée au XIXe siècle aux États-Unis par le Dr Andrew Taylor Still, consiste à prévenir, tester et traiter les dysfonctionnements mécaniques du corps par des techniques de mobilisations et de manipulations de vos articulations, muscles, viscères...

L’ostéopathe DO, véritable mécanicien de l’organisme, pose un diagnostic et va permettre à votre corps de s’user moins en fonctionnant mieux. Quand le consulter ?

A titre préventif :
N’oubliez pas que l’ostéopathe DO est le « mécano » de votre corps. Quand cela concerne votre voiture, attendez-vous que le moteur fume ? Non… Donc pourquoi traiter mieux sa voiture que son corps ? Celui-ci ne pourra pas être changé, vous devrez vieillir avec lui… La prévention consiste donc à diagnostiquer et stabiliser les zones de faiblesse de votre corps, d’optimiser vos facultés de mobilité, de coordination gestuelle et de minimiser les risques de chutes. Ceci vous permettra de retrouver un confort fonctionnel au quotidien (marche, sport, activités culturelles et familiales). Le traitement s’accompagnera de conseils et d’étirements.
2 à 3 consultations/an sont recommandées.

A titre curatif :
Lors de douleurs installées, anciennes ou récentes :
- Douleurs vertébrales : lombaires, dorsales, cervicales ;
- Douleurs articulaires diverses : Hanche, genou, épaule…
- Névralgies : Sciatique, cruralgie, canal lombaire étroit…
- Traumatismes : chute, accident de voiture…
- Diminution de la mobilité
- Troubles du sommeil, stress, anxiété…
- Troubles du transit

Comment choisir son ostéopathe ?
En France, face à une profession qui échappe à la réglementation et un diplôme du même niveau pour des formations très hétérogènes, difficile de faire la différence entre un vrai ostéopathe et celui qui n'est pas assez bien formé pour pratiquer l'ostéopathie avec compétence et en toute sécurité pour le patient.

Il y a néanmoins quelques indices, conditions indispensables à remplir :
- Une formation post-bac aux normes de l'OMS sur 5 à 6 ans minimum incluant une formation clinique ostéopathique encadrée de 1000 heures minimum.
- Dans un établissement conforme aux normes de l'OMS, agréé par le Ministère de la Santé, et uniquement dédié à la formation initiale post-bac -voir liste proposée sur le site du Syndicat National de l'Enseignement Supérieur en Ostéopathie.
- Un diplôme professionnel certifié de Niveau I et enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles.
- S’il est spécialisé en ostéopathie pédiatrique, en ostéopathie gériatrique ou en ostéopathie du sport, il doit pouvoir justifier d’un diplôme ou d’un certificat de spécialisation obtenu dans un établissement agréé par les instances professionnelles syndicales ou académiques.

Rappelons que Sébastien Forget est enseignant en ostéopathie gériatrique à l’Ecole Supérieure d’Ostéopathie (ESO) de Paris-Marne la Vallée, créateur et responsable du Certificat d’Etudes Spécialisées en ostéopathie gériatrique (formation continue) de l’ESO. Sébastien Forget fut le premier ostéopathe DO hospitalier de France et le premier à parler d’ostéopathie gériatrique. Il partage son activité entre les cabinets libéraux (72, 41), les institutions publiques dédiées aux personnes âgées dépendantes et l’enseignement et la recherche.
Lu 2263 fois
Publié le Mercredi 24 Octobre 2012




Réagir à cet article ▼