Sommaire
Senior Actu

L’avenir des retraites : les Français redoutent les difficultés financières…

Selon le 6ème volet de l’étude « L’Avenir des Retraites » de la banque asiatique HSBC intitulé « Préparer sa retraite, c’est la réussir », mené auprès de plus de 17.000 personnes dans dix-sept pays développés et émergents à travers le monde, il ressort que les Français, pour la première fois, redoutent autant les difficultés financières lors de la retraite, que d’être en mauvaise santé. Détails.


En France

Les Français, pour la première fois, redoutent autant les difficultés financières lors de la retraite, que d’être en mauvaise santé.

Jusqu’à présent, la condition sine qua non des Français pour vivre une retraite heureuse était d'être en bonne santé. Depuis, la crise et la réforme des retraites ont laissé des traces. En 2011, les Français placent désormais au même plan la sécurité financière.

Près d’un Français sur deux (42%) associe désormais la retraite aux difficultés financières, et plus particulièrement les femmes et les personnes divorcées. Ce sixième volet de « Future of Retirement–L’Avenir des Retraites » met en exergue un point de vue très pessimiste en France –le plus élevé de l’ensemble des pays observés– sur la retraite…

C’est parmi les femmes que le « pessimisme français » identifié dans cette étude est le plus important : 49% des femmes associent la retraite à des difficultés financières, contre 32% des hommes. Plus des deux-tiers (69%) des Français croient qu’ils vivront une moins bonne retraite que celle qu’a connue la génération de leurs parents, et 57% d’entre eux mettent en cause la baisse prévisible des pensions publiques de retraite. Par ailleurs, 38% ne savent pas quelle sera leur principale source de revenus à la retraite et 22% seulement pensent qu’il s’agira des pensions publiques de retraite. Enfin, 43% considèrent que les mesures mises en place par le gouvernement et les entreprises en faveur de l’emploi des seniors seront inefficaces.

Dans le monde

Avec une population mondiale des plus de 65 ans qui devrait passer de 550 millions aujourd'hui à plus de 1,4 milliards en 2050* , la nécessité de mieux comprendre les conséquences financières de cette transition démographique donne toute son importance à ce 6ème volet.

Le contexte est d’autant plus important que « l’âge d’or » de la retraite touche à sa fin dans les pays développés alors qu’au même moment, la première génération de « retraités prospères » apparaît dans les pays émergents. La coïncidence de ces deux phénomènes préfigure une nouvelle ère de la retraite.

A l’heure actuelle, on compte dans le monde quatre actifs pour une personne de plus de 65 ans. Dans le même temps, la population en âge de travailler diminue et la génération des baby-boomers se prépare à partir à la retraite. Il en résulte qu’à l’horizon 2060, le rapport entre la population en âge de travailler et les plus de 65 ans ne sera plus que de deux pour un.

L’avenir des retraites : les Français redoutent les difficultés financières…
Un actif sur cinq dans le monde ne sait pas quelle sera la principale source de financement de sa retraite… Constat préoccupant, la réponse la plus fréquente (19%) à la question « Quelle sera votre principale source de revenus à la retraite ? » a été « Je ne sais pas ». Autre motif d’inquiétude, « les régimes de retraite nationaux » constituent la deuxième réponse la plus fréquente, alors même que les pouvoirs publics s’efforcent de réduire le montant des pensions des futurs retraités.

Ce 6ème volet de l’étude HSBC montre que sous l’effet des changements économiques et sociaux, le clivage traditionnel entre les différents systèmes de retraite à l’échelle mondiale est en train de s’inverser : les Occidentaux pensent qu’ils bénéficieront d’une retraite inférieure à celle de leurs parents et redoutent ainsi des difficultés financières.

A l’inverse, dans les pays en développement, la hausse des revenus et du niveau de vie se conjugue à une culture de l’épargne et de l’autosuffisance, d’où l’optimisme affiché par une génération qui prépare activement sa retraite. Il est intéressant de constater que dans certains pays d’Amérique latine comme l’Argentine ou le Brésil, les gens se montrent aussi inquiets et pessimistes que les Occidentaux à l’égard de leur retraite, malgré l’accroissement de la richesse des pays émergents.

En moyenne, 32% des personnes interrogées s’attendent à des difficultés financières lors de leur retraite –un pourcentage qui culmine à 52% en Argentine et 45% en Pologne. Corroborant l’attitude plus optimiste des pays asiatiques, ce chiffre n’est que de 17% en Chine. 45% des personnes estiment qu’elles bénéficieront d’une retraite moins avantageuse que celle de leurs parents – un pourcentage qui varie toutefois de 9% seulement en Inde et 13% en Chine à 48% au Royaume-Uni.

Dans les pays en forte croissance, les gens se montrent généralement plus optimistes à l’égard de leur retraite. En Malaisie par exemple, 69% des personnes interrogées estiment que la retraite leur offrira la liberté alors qu’elles ne sont que 29% en Pologne. La crainte des dépenses de santé et du coût de la dépendance est récurrente partout dans le monde et inquiète particulièrement les jeunes actifs et les pays asiatiques

On observe une crainte généralisée que les problèmes de santé et le coût de la dépendance puissent peser sur l’épargne des individus pendant la retraite. Globalement, 74% des personnes interrogées s'attendent à ce que les problèmes de santé aient un impact significatif ou très significatif sur leurs finances. Cette préoccupation est encore plus vive à Hong Kong et à Singapour (87%).

Dans les pays qui ne bénéficient pas d'un système de santé universel, cette crainte ne concerne pas uniquement les coûts de santé personnels à long terme, mais aussi à plus court terme les frais médicaux pour leurs parents âgés. Environ un quart des actifs en Asie qui pense avoir des difficultés financières lors de sa retraite l’impute à la nécessité de prendre en charge ses parents âgés et s’inquiète de ce que va lui coûter leur prise en charge dans leur fin de vie. Le rôle de la famille dans le cadre de la retraite est en effet majeur en Asie. Cette opinion est particulièrement forte à Singapour et en Chine où 29% des personnes interrogées partagent ce sentiment. Ces craintes sont plus vives chez les jeunes actifs (30 à 39 ans), qui sont trois fois plus enclins à s'inquiéter de la prise en charge de leurs parents à la retraite que dans les tranches d'âge supérieures.


Publié le Mardi 31 Mai 2011 dans la rubrique Retraite | Lu 2045 fois