Sommaire
Senior Actu

Journée mondiale de la Santé 2012 : une bonne santé pour mieux vieillir (partie 2)

La Journée mondiale de la Santé est célébrée chaque année le 7 avril pour commémorer la création de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en 1948. C'est un événement célébré dans tous les pays où chacun –des dirigeants au grand public– est invité à se pencher sur un problème de santé qui a des conséquences à l’échelle mondiale. En 2012, la Journée mondiale de la Santé aura pour thème le vieillissement et la santé et pour slogan « Une bonne santé pour mieux vieillir ».


Déterminants du vieillissement en bonne santé
1. Pour être en bonne santé quand on est âgé, il faut avoir été en bonne santé plus jeune.
La malnutrition avant la naissance accroît le risque de maladie, par exemple de pathologie circulatoire ou de diabète, à l’âge adulte. Les infections respiratoires contractées au cours de l’enfance peuvent accroître le risque de bronchite chronique à l’âge adulte.

Les adolescents obèses ou présentant une surcharge pondérale risquent d’être atteints de maladies chroniques à l’âge adulte (diabète, pathologies circulatoires, cancer et troubles respiratoires et musculo-squelettiques).

2. Toutefois, bien vieillir dépend de nombreux facteurs.
La capacité du système biologique d’un individu à fonctionner augmente au cours des premières années de la vie pour atteindre son maximum au début de l’âge adulte puis décline naturellement ensuite. La rapidité de ce déclin est déterminée, au moins en partie, par nos comportements et par ce à quoi à quoi nous sommes exposés au cours de notre vie. C’est à-dire qu'il dépend de notre alimentation, de la pratique ou non d’une activité physique et de notre exposition à des risques pour la santé, comme par exemple le tabagisme, la consommation nocive d’alcool ou l’exposition à des substances toxiques.

Les évolutions démographiques entraînent de nouveaux problèmes
1. Même dans les pays pauvres, la plupart des personnes âgées meurent de maladies non transmissibles. Même dans les pays pauvres, la plupart des personnes âgées meurent de maladies non transmissibles, par exemple d’une cardiopathie, d’un cancer ou du diabète, plutôt que de maladies infectieuses ou parasitaires. En outre, les personnes âgées ont souvent plusieurs problèmes de santé à la fois, par exemple un diabète et une cardiopathie.

2. Le nombre de personnes atteintes d’un handicap augmente en raison du vieillissement de la population et du risque accru d’affection chronique avec l’âge. Par exemple, environ 65% des personnes souffrant d’une déficience visuelle sont âgées de 50 ans et plus, et cette tranche d’âge représente environ 20% de la population mondiale. Le vieillissement de la population dans de nombreux pays exposera davantage de gens au risque de déficience visuelle liée à l’âge.

3. À l’échelle mondiale, beaucoup de personnes âgées sont exposées au risque de mauvais traitements. Dans les pays développés, environ 4 à 6% des personnes âgées sont victimes de mauvais traitements à leur domicile. Les personnes âgées placées en institution peuvent aussi subir de mauvais traitements: entrave à leur liberté de mouvement, atteinte à leur dignité (par exemple, en ne les changeant pas quand leurs vêtements sont souillés) et défaut de soin (par exemple, absence de prévention des escarres). La maltraitance des personnes âgées peut provoquer de graves traumatismes physiques et avoir des conséquences psychologiques durables.

4. Le besoin d'une prise en charge au long cours augmente. Dans les pays en développement, le nombre de personnes âgées qui ont perdu leur autonomie devrait être multiplié par quatre d’ici 2050. Beaucoup de personnes très âgées ne peuvent plus vivre seules car elles ont du mal à se déplacer, elles sont fragiles ou ont des problèmes de santé physique ou mentale. Un grand nombre d’entre elles ont besoin d’une prise en charge au long cours (soins à domicile, soins communautaires, assistance pour les tâches de la vie quotidienne, prise en charge dans un établissement spécialisé et hospitalisations prolongées).

5. À l’échelle mondiale, l’allongement de l’espérance de vie va entraîner une explosion du nombre de cas de démence, par exemple de maladie d’Alzheimer. Le risque de démence augmente nettement avec l’âge et on estime que 25 à 30% des personnes âgées de 85 ans et plus présentent un déclin cognitif à des degrés divers. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, les personnes âgées atteintes de démence n’ont généralement pas accès, à un prix abordable, aux soins que leur état exige. Leurs familles bénéficient rarement d’une aide financière publique pour les soins à domicile.

6. Dans les situations d’urgence, les personnes âgées peuvent être particulièrement vulnérables. Quand les communautés doivent se déplacer en raison d’une catastrophe naturelle ou d’un conflit armé, les personnes âgées, incapables de fuir ou de parcourir de longues distances, sont parfois abandonnées. Pourtant, dans beaucoup de situations, elles peuvent apporter une contribution précieuse à leur communauté et dans le cadre de l’aide humanitaire lorsqu’elles jouent le rôle de chefs de la communauté.


Publié le Jeudi 5 Avril 2012 dans la rubrique Société | Lu 1343 fois