Sommaire
Senior Actu

Jeudi 25 novembre 2010 : Journée nationale de dépistage de l’artérite

Le jeudi 25 novembre prochain se tiendra la Journée nationale de dépistage de l'artérite ou artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) organisée par la MSA et la Société Française de Médecine vasculaire (SFMV) dans près d'une cinquantaine de villes dans toute la France*.


L'artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) communément appelée artérite est une maladie fréquente et sous-estimée : elle concerne plus de deux millions de personnes en France, dont les deux tiers ne sont pas pris en charge. L'artériopathie est révélatrice d'un risque cardiovasculaire élevé. Toutes les personnes de plus de 50 ans, diabétiques ou fumeurs, et les plus de 70 ans sont concernés par ce dépistage.

L’artériopathie est une pathologie méconnue et sous diagnostiquée. Pourtant, elle peut entraîner de graves complications au niveau des artères du cœur et du cerveau.

L’artériopathie : comment la reconnaître ?

L’artériopathie se manifeste le plus souvent par la survenue d'une crampe douloureuse au cours de la marche au niveau de la plante du pied, du mollet, de la cuisse ou de la fesse. Cependant, 60 à 80% des patients n'ont aucun symptôme apparent. En France, on estime à deux millions le nombre de personnes potentiellement atteintes.

L’artériopathie : les facteurs de risques

- Les antécédents d'accident cardiovasculaire, le tabagisme, le diabète, le cholestérol, l'hypertension sont des facteurs de risques pour les personnes de plus de 50 ans.
- Les personnes de plus de 70 ans en général.

Une prise en charge précoce réduit considérablement les risques de complications

En l'absence de prise en charge, le taux de mortalité des personnes souffrant d'artérite est 5 fois supérieur à celui des personnes qui en sont indemnes. Le diagnostic précoce et la prise en charge qui en découle sont donc essentiel pour diminuer les complications cardiovasculaires et donc la mortalité.

Le dépistage gratuit : quelques minutes suffisent pour établir le diagnostic

Lors du dépistage, le médecin vasculaire mesure au moyen d'un doppler (ultrason) la pression artérielle au niveau du bras et de la cheville. Le rapport entre ces deux valeurs permet de poser le diagnostic. Cet examen simple et sans douleur s'appelle la mesure de l'index de pression systolique.

Selon les organisateurs de cette journée, en 2009, 4.200 personnes ont été dépistées : 27% présentaient une situation anormale et 70% des personnes présentaient trois facteurs de risque…

* Albi, Angers, Ardres, Aurillac, Auxerre, Beauvais, Belfort, Besançon, Béziers, Boves, Bruz, Caen, Cahors, Capinghem, Cergy Pontoise, Chambéry, Colmar, Draguignan, Gentilly, Jeumont, Laon, Le Mans, Lons-le-Saunier, Montauban, Montpellier, Nice, Nîmes, Pau, Pontarlier, Quimper, Rambouillet, Rodez, Saint Brieuc, Saint Flour, Sélestat, Strasbourg, Tarbes, Vandœuvre les Nancy.


Publié le Mardi 23 Novembre 2010 dans la rubrique Santé | Lu 1872 fois