Sommaire
Senior Actu

Intoxications au monoxyde de carbone : comment se protéger ?

Ca y est, on vient de passer à l’heure d’hiver et le froid semble sur le point de s’installer sur la France. Rien d’extraordinaire à l’approche du mois de novembre… Sauf que lorsque les températures baissent, les risques d'intoxications au monoxyde de carbone augmentent ! Toutefois, des mesures préventives simples permettent de les éviter et de se protéger. Le point avec l’InVS*.


Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz invisible, inodore et non irritant qui résulte d'une combustion incomplète du bois, de butane, de charbon, d'essence, de fuel, de gaz naturel, de pétrole ou de propane.
 
L'utilisation d'appareils à combustion mal entretenus ou utilisés dans de mauvaises conditions présente un risque d'intoxication.
 
En 2012, les données collectées par l'InVS ont recensé 1.139 intoxications accidentelles domestiques au CO signalés au système de surveillance. Ils ont impliqué 3 277 personnes. Huit sur dix ont été transportées vers un service d'urgence hospitalier.
 
Ces intoxications sont essentiellement survenues en présence de défauts d'aération du local associés à des installations de production de chauffage et d'eau chaude (chaudière, poêle ou chauffe-eau) présentant un défaut d'installation ou mal entretenues, notamment au niveau des conduits d'évacuation… Par ailleurs, un quart des intoxications est due à un appareil non raccordé, le plus souvent utilisé de manière inappropriée : utilisation prolongée d'un chauffage mobile d'appoint ou fonctionnement dans un espace clos d'un groupe électrogène ou d'un brasero/barbecue.
 
Selon le premier bulletin de surveillance de l'InVS, entre le 1er septembre et le 1er octobre 2013, 56 signalements d'intoxication au monoxyde de carbone (CO) ont déjà été déclarés au système de surveillance exposant 164 personnes à des émanations de CO. Une personne est décédée à son domicile suite à l'exposition au CO produit par un chauffage mobile d'appoint.
 
Pour éviter ces accidents, Respectez les recommandations suivantes :

- Avant l'hiver, faites impérativement entretenir vos appareils de chauffage et de production d'eau chaude à combustion par un professionnel qualifié, la réglementation l'oblige;

- Faites ramoner les conduits d'évacuation des fumées par un professionnel qualifié, la réglementation l'oblige;

- Ne vous chauffez jamais avec des appareils non destinés à cet usage (réchauds de camping, fours, brasero, barbecues, cuisinières, etc.);

- N'utilisez sous aucun prétexte un groupe électrogène dans un lieu fermé (maison, cave, garage...) : ils doivent impérativement être placés à l'extérieur des bâtiments;

- N'utilisez jamais de façon prolongée un chauffage d'appoint à combustion;

- Aérez quotidiennement votre habitation et n'obstruez jamais les grilles de ventilation, même par temps froid;
 
Les symptômes de l'intoxication

Des maux de tête, des nausées, une confusion mentale, de la fatigue. Ils peuvent ne pas se manifester immédiatement et toucher plusieurs personnes. Une intoxication importante peut conduire au coma et à la mort. La prise en charge dès les premiers symptômes doit être rapide et peut justifier une hospitalisation spécialisée.
 
En période de grand froid et d'intempéries, soyez particulièrement vigilant sur les conditions d'utilisation d'appareils de chauffage d'appoint ou de groupes électrogènes. Les organisateurs de rassemblements (réunion de famille, manifestations culturelles ou religieuses par exemple) doivent être tout particulièrement attentifs. Les épisodes d'intoxication en lien avec l'utilisation de panneaux-radiants à combustible gazeux sont fréquents et concernent chaque année plusieurs centaines de personnes.
 
En cas de soupçon d'intoxication, aérez immédiatement les locaux, arrêtez si possible les appareils à combustion, évacuez les locaux et appelez les secours en composant le 15, le 18 ou le 112
 
*Institut de Veille Sanitaire (InVS)


Publié le Mardi 29 Octobre 2013 dans la rubrique Habitat | Lu 831 fois