Sommaire
Senior Actu

Inassouvies, nos vies de Fatou Diome : une jeune romancière africaine frappée par la situation des aînés qui partent en maison de retraite...

Fatou Diome, auteur sénégalais vivant en France, a publié cet été chez Flammarion un roman intitulé « Inassouvies, nos vies » qui met en scène une trentenaire qui se prend d’affection pour Félicité, une vielle dame. « Inassouvie, la vie aspire, sans retenue, nos heures, des heures de miel de sapin ou de fleur de sel ».


Betty, la trentaine solitaire, se prend d'affection pour Félicité, une vieille dame. Lorsque Félicité est envoyée contre son gré dans une maison de retraite, Betty remue ciel et terre pour la retrouver. Dès lors, une véritable amitié va les lier.

Un jour, une nouvelle plonge Félicité dans un profond mutisme. Impuissante, Betty essaie de prendre du recul et part quelques jours. À son retour, Félicité n'est plus. Betty largue les amarres et disparaît, on ne sait où. Chez elle, seule la musique, la kora, répond aux questions.

Comme le confie l’auteur au site Internet Madmoizelle.com « Elle (ma grand-mère) m'a élevée et on a toujours un contact très privilégié. Quand je suis arrivée en France, j'ai été frappée par la situation des personnes âgées qui partaient en maison de retraite. Je me souviens très bien des tout premiers mois, c'était quelque chose qui me rendait tellement triste... »

Et d’ajouter à propos de son regard sur la vieillesse : « Je pense que c'est parce que, dans ma tête, il n'y a pas ce clivage des générations. Moi, j'ai grandi avec des vieux. Mes grands-parents, je les ai toujours connus dans l'état que les gens appellent "vieux" ».
Inassouvies, nos vies de Fatou Diome : une jeune romancière africaine frappée par la situation des aînés qui partent en maison de retraite...

Biographie de Fatou Diome

Née dans l'île de Niodor, au Sénégal, Fatou Diome quitte son pays natal pour poursuivre ses études en France. Une expérience difficile dont elle s'inspirera pour écrire son premier livre, un recueil de nouvelles intitulé « La Préférence nationale ».

Son premier roman, « Le Ventre de l'Atlantique », écrit avec humour et finesse, a remporté un succès mérité. En 2006, elle publie « Kétala » puis en 2008 « Inassouvies, nos vies ». Ses oeuvres sont inspirées de sa vie, de son intégration dans son pays d'adoption qu'est la France, son enfance au Sénégal et les relations qu'entretiennent les deux pays.

Inassouvies, nos vies
Fatou Diome
Flammarion
Prix : 19,00 euros

Extrait :

« i[Elle s’interrogeait : qu’est-ce qui différencie ou caractérise ces cubes, ces carrés, ces rectangles, ces losanges, ces cavités, toutes ces innombrables fantaisies architecturales réunies sous le vocable habitations ? En dehors de leur forme, qu’est-ce qui en fait des demeures et non des sépultures ? Que s’y passe-t-il de si fort, de si réel, de si dynamique, de si tangible, qui ne puisse avoir lieu au cimetière et qui justifie qu’on appelât ces endroits des lieux de vie ? Vivre, ça couvre quelle superficie ? Quel sens donne-t-on à ce verbe, au point de lui réserver des lieux ? Ne vit-on pas également lorsqu’on se promène en forêt, en traversant la rue ou en bandant ses muscles pour propulser sa barque sur un bras de mer lascif ? Les bureaux et les usines seraient-ils des lieux de mort ? […] Et puis, parce que vivre c’est survivre à quelqu’un ou à quelque chose, à qui, à quoi renonçons-nous, humblement défaits ou dignement amputés, mais toujours inassouvis ?

Betty avait pris sa décision : elle saurait quelles existences se cachaient derrière les fenêtres d’en face. L’obsession était née et installée en elle. Elle ne fit rien pour s’en distraire, au contraire, elle l’entretenait, comme un feu de bois pas mauvais temps, minutieusement, patiemment. […]

Elle allait s’imbiber de la vie des autres, ignorant qu’elle y serait bientôt engloutie]i. »


Publié le Jeudi 18 Décembre 2008 dans la rubrique Culture | Lu 10313 fois