Sommaire
Senior Actu

Hypertendus, dormez-vous bien ? un test à réaliser en ligne à partir 14 décembre 2010

« Hypertendus, dormez-vous bien ? » est le nouveau thème de la campagne d’information du Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) qui sera lancée mardi prochain, le 14 décembre 2010, à l’occasion de la Journée Nationale de lutte contre l’Hypertension. A cette occasion, le CFLHTA proposera un test pour évaluer les caractéristiques du sommeil des hypertendus afin de les sensibiliser à ces liens méconnus. Détails.


Au cours de notre vie, nous passons 25 à 30 ans à dormir. Le sommeil permet de mettre au repos notre coeur et nos artères. Le manque de sommeil ou sa mauvaise qualité favorisent la survenue et l’installation d’une hypertension artérielle et peuvent avoir une influence sur l’état de santé du système cardiovasculaire.

Quel lien existe-t-il entre sommeil et pression artérielle ? Comment les troubles du sommeil peuvent-ils être à l’origine d’une hypertension ? Comment sensibiliser les hypertendus à ces liens méconnus ?

Le nouveau livret d’information du CFLHTA « Hypertendus, dormez-vous bien ? » (disponible en ligne à partir du 14 décembre) résumera les principales avancées et leurs applications pratiques pour mieux comprendre ce qu’il se passe lorsque nous dormons.

Le sommeil et la pression artérielle

Le sommeil, partie intégrante de notre vie, joue un rôle essentiel à tout âge. Il a en particulier des effets sur le système cardiovasculaire qui est mis au repos du fait de l’adaptation des contrôles neurologiques et des sécrétions hormonales.

Chez un même individu, la pression artérielle évolue au cours de la journée et de la nuit. Elle peut varier selon plusieurs facteurs : le stress, une émotion, un effort. Le sommeil permet de mettre au repos l’organisme et tout particulièrement le système cardiovasculaire. Influencées par les différentes phases physiologiques du sommeil, la fréquence cardiaque et la pression artérielle vont ainsi diminuer de façon importante. Cette diminution va remonter au petit matin dans les minutes qui précèdent le réveil.

Les troubles du sommeil à l’origine d’une hypertension

Les perturbations du sommeil, sa quantité, sa qualité ou ses anomalies comme l’apnée du sommeil, favorisent la survenue, l’installation ou le mauvais contrôle d’une hypertension artérielle. La dette du sommeil favorise la production d’hormones du stress, la rétention de sel et la prise de poids. Les personnes ayant un sommeil de mauvaise qualité sont plus souvent atteintes d’hypertension artérielle.

Certaines personnes dont la durée de sommeil est très courte et qui dorment moins de 5 heures par nuit, doublent leur risque de développer une hypertension par rapport à ceux dormant plus de 7 à 8 heures.

La qualité du sommeil, difficultés d’endormissement et réveils fréquents, peut avoir une influence sur la pression artérielle et favoriser la survenue d’une hypertension. Le Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) se définit par des pauses respiratoires fréquentes pendant le sommeil pouvant aller jusqu’à une minute.

A chaque apnée du sommeil, la concentration en oxygène dans le sang baisse et le cerveau réagit en élevant la pression artérielle. Le sommeil ne joue plus son rôle de régulateur. On estime que 30 à 40% des hypertendus seraient atteints d’apnée du sommeil. Enfin, le SAOS peut rendre les traitements médicamenteux de l’hypertension artérielle partiellement inefficaces.
Hypertendus, dormez-vous bien ? un test à réaliser en ligne à partir 14 décembre 2010

Une enquête sur les français, les hypertendus et le sommeil

Le CFLHTA a effectué, avec la collaboration de Kantar Health France, en juin 2010 une vaste enquête sur la population des adultes vivant en France et âgés de plus de 35 ans* :

- moins de 2% des hypertendus ont une durée de sommeil inférieure à 6 heures, et 40% une durée inférieure à 8 heures,
- les ronflements sont plus souvent observés chez les hypertendus que dans la population en général (33% vs 24%) et sont plus fréquents en présence d’un excès de poids,
- les signes de somnolence diurne excessive sont observés chez 12,2% des sujets hypertendus et chez 10,9% de la population non hypertendue,
- 1,1% de la population générale est traitée pour une apnée du sommeil, contre 2,7% pour les patients ayant une hypertension isolée et 10,9% pour les patients ayant une hypertension, un diabète et une dyslipidémie (excès de cholestérol).
- enfin, il est montré que 9 patients apnéiques sur 10 sont des patients qui s’ignorent. Il est d’autant plus important d’être attentif à la qualité et à la durée du sommeil pour détecter une éventuelle apnée et bénéficier d’une prise en charge adaptée.

* Enquête réalisée par voie postale en juin 2010 chez 3718 individus de 35 ans et plus vivant en France métropolitaine.

Un questionnaire pratique pour évaluer la qualité du sommeil
La qualité et la quantité du sommeil ont une influence sur la pression artérielle. Les personnes ayant une mauvaise qualité de sommeil sont souvent atteintes d’une hypertension artérielle. Les syndromes d’apnées du sommeil peuvent affecter n’importe qui et à n’importe quel âge. Le risque d’apparition d’une hypertension artérielle est multiplié par trois chez les personnes ayant un SAOS et peut rendre les traitements de l’hypertension artérielle inefficaces.

Comment savoir si vous êtes concerné ? Si vous êtes hypertendu et si votre pression artérielle a du mal à se stabiliser, il est important de vous intéresser à la qualité de votre sommeil.

A partir du 14 décembre 2010, à l’occasion de la Journée Nationale de lutte contre l’Hypertension, un test est mis à la disposition de tous les hypertendus sur le site Internet du CFLHTA

Sur la base d’Epworth, ce test interactif est utile pour rechercher des signes évocateurs d’apnée du sommeil, autant de pistes qui permettront à votre médecin de diagnostiquer des troubles du sommeil et de mieux les prendre en charge.


Publié le Vendredi 10 Décembre 2010 dans la rubrique Santé | Lu 2233 fois