Sommaire
Senior Actu

Grippe : plus de 5 millions de personnes vaccinées

Cet hiver encore, la grippe touche des milliers de personnes et… la vaccination reste le moyen le plus efficace pour s'en protéger. Alors que l'épidémie a atteint son pic la semaine passée avec plus de 500 000 personnes touchées, l'Assurance maladie présente aujourd’hui dans un communiqué, un premier bilan, intermédiaire, de sa campagne de vaccination anti-grippale.


Au total, souligne le communiqué de l’Assurance maladie, « 5,1 millions de personnes ont été vaccinées contre la grippe à fin 2008 ». Plus précisément, « le cap des cinq millions de vaccinations a été franchi à la mi-décembre, soit deux semaines plus tôt qu'en 2007. Ce résultat apparaît d'autant plus satisfaisant que la campagne antigrippale a débuté plus tardivement, les vaccins ayant été disponibles à mi-octobre seulement au lieu de fin septembre les années précédentes. Ce sont ainsi d'ores et déjà près de 200 000 personnes supplémentaires vaccinées par rapport à l'année 2007 et 600 000 de plus qu'en 2006 ».

Au 31 décembre 2008, le taux global de vaccination antigrippale s'élevait ainsi à 57% en moyenne (et à 63% pour les 65 ans et plus, cible principale de la campagne). Cependant, pour les 65-69 ans, âge d'entrée dans le dispositif, le taux de couverture est de 52%, un résultat qui reste à améliorer, estime le communiqué.

Au total, en 2008, l'Assurance Maladie a envoyé plus de 9,1 millions de courriers personnalisés aux assurés à partir de 65 ans et aux personnes atteintes de certaines affections de longue durée, les invitant à se faire vacciner gratuitement.

La campagne de vaccination 2008-2009 est en outre caractérisée par deux nouveautés majeures, destinées à simplifier les démarches des assurés.

-La délivrance directe par le pharmacien : une utilisation massive du dispositif
En 2008, les démarches pour les personnes ayant déjà bénéficié de la prise en charge de leur vaccin ont été simplifiées : désormais, lorsqu'ils reçoivent le bon de l'Assurance Maladie pour un vaccin gratuit, ces assurés peuvent le retirer directement chez le pharmacien. Il est, pour eux, inutile de se rendre spécifiquement chez leur médecin pour cette prescription.

Les premières données disponibles à fin novembre 2008 montrent que ce dispositif a été massivement utilisé : près de neuf personnes sur dix concernées par cette nouveauté, ont bénéficié d'une délivrance directe par le pharmacien (86,5% au total). Cette facilitation du parcours de vaccination a répondu à une attente forte et favorisé le renouvellement de la vaccination.

- La vaccination par l'infirmière : un début prometteur
La campagne de vaccination actuelle a également introduit une nouveauté majeure, suite aux modifications introduites par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2008 : l'élargissement des compétences des infirmièr(e)s libéraux.

Concrètement, ces derniers peuvent vacciner certains de leurs patients, sans prescription médicale préalable et lorsqu'il ne s'agit pas d'une première vaccination. Naturellement, les patients peuvent continuer à se faire vacciner chez leur médecin traitant.

Les premières données, non exhaustives, à partir des remboursements disponibles montrent qu'en deux mois, au moins 240 000 patients ont été vaccinés par un infirmier libéral. La campagne anti-grippale actuelle se caractérise ainsi par le renforcement du rôle de deux professions de santé, infirmiers libéraux et pharmaciens, dont le rôle est essentiel aux côtés des médecins pour atteindre l'objectif de santé publique : un taux de vaccination des populations à risque de 75% au moins.

Parallèlement, ces nouvelles modalités permettent aux médecins traitants d'agir prioritairement auprès des personnes non vaccinées. Ils peuvent également disposer de davantage de temps de consultations, alors qu'ils sont souvent très sollicités pendant ces périodes épidémiques.

Enfin, l'Assurance Maladie rappelle aux assurés que la campagne de vaccination entre dans sa dernière ligne droite et se poursuit jusqu'au 31 janvier. Si le vaccin n'est effectif que 10 à 15 jours après l'injection, il peut néanmoins être utile car l'épidémie, plus forte cette année, devrait se poursuivre pendant plusieurs semaines. « Les vaccins disponibles sont, en outre, en bonne adéquation avec l'épidémie actuelle » conclut le communiqué.


Publié le Mercredi 28 Janvier 2009 dans la rubrique Santé | Lu 4667 fois