Sommaire
Senior Actu

Europ Assistance : publication du 7ème baromètre Santé et Société

Martin Vial, Directeur Général du Groupe Europ Assistance, a présenté les résultats de la 7ème édition du « Baromètre* Santé et Société CSA – Europ Assistance » qui portait sur la perception des Européens et des Américains sur leurs systèmes de santé respectifs. Réalisé par l’Institut CSA, en voici les grandes lignes à retenir. Détails.


Avant tout, rappelons que ce baromètre a pour vocation de fournir des éléments de compréhension sur les pratiques, attentes et préoccupations en matière de santé des citoyens de huit pays européens (Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Suède, Pologne, Autriche et Espagne) et des États-Unis. Il mesure et suit depuis sept ans l’état de l’opinion publique sur les grands débats de santé.
 
Le Baromètre Santé & Société / CSA-Europ Assistance s’est attaché pour cette édition 2013 à aborder également le thème de la santé et des voyages, à travers un focus autour du rapatriement sanitaire, activité historique d’Europ Assistance.
 
Le jugement des Européens sur leurs systèmes de santé est en moyenne assez stable avec une note de 4.7 sur 10, mais le sondage révèle de fortes disparités : les Italiens (3.2) et les Polonais (2.8) se démarquent par une évaluation particulièrement négative de leurs systèmes respectifs. Le jugement des citoyens espagnols continue de se dégrader (4.8 contre 5.1 en 2012 et 5.4 en 2011).
 
Les Français gardent une opinion plutôt favorable sur leur système de santé avec une note de 5.1, stable par rapport à l’année précédente, proche de celle des Britanniques. En revanche, l’opinion des Américains se dégrade sensiblement avec une note de 4.5 versus 5 en 2012 et se situe dorénavant en dessous de la moyenne européenne.
 
Moins de la moitié des Européens (44%, +2 points par rapport à 2012) et des Américains (41%, +7) estiment que leur système de santé actuel garantit l’égalité d’accès aux soins médicaux pour tous les citoyens. Cette tendance à l’amélioration qui se manifeste outre-Atlantique s’observe également quasiment partout en Europe, notamment en Suède (+7 points à 41%), en Grande-Bretagne (+5 points à 59%). En revanche, la perception sur l’égalité d’accès aux soins se dégrade considérablement en Italie (-16 points à 28%) se situant au plus bas niveau depuis 2007. Quant aux Français, leur opinion progresse à nouveau (+5 points à 43%) après une forte baisse entre 2011 et 2012.
 
Interrogés sur ce qui constitue à leurs yeux la meilleure source de financement pour couvrir l’augmentation des dépenses de santé, les Européens citent pour 38% d’entre eux les impôts ou cotisations obligatoires, devant l’augmentation de la franchise par acte médical (33%) et les assurances privées, complémentaires ou mutuelles facultatives (29%).
 
Les préférences diffèrent sensiblement chez les Américains, qui citent à 42% l’augmentation de la franchise par acte médical, devant les impôts ou cotisations obligatoires (30%) et les assurances privées, complémentaires ou mutuelles facultatives (28%). Quant aux Français, 40% préfèrent une hausse de la franchise par acte médical, 32% les impôts ou cotisations obligatoires et 28% les assurances privées, complémentaires ou mutuelles facultatives.
 
Mais l’élément le plus marquant est le souhait limité du recours à l’impôt parmi les Européens de moins de 40 ans. Ces derniers ne sont en effet que 31% à privilégier les impôts ou cotisations obligatoires, contre 42% des 40-59 ans et 44% des 60 ans et plus. En France, seuls 25% des moins de 40 ans se prononcent en faveur de cette option, contre 43% des personnes âgées entre 40 et 59 ans. Dans un contexte de hausse des prélèvements obligatoires, les jeunes générations apparaissent ainsi particulièrement réservées à l’égard de la solution fiscale pour couvrir l’augmentation des dépenses de santé.
 
Alors que 23% des Américains (+2 points) déclarent encore avoir au cours de l’année renoncé ou reporté des soins médicaux pour eux ou un membre de leur foyer pour des raisons financières, quatre pays européens se distinguent par un niveau élevé de renoncement aux soins : la Pologne avec 39% des personnes sondées déclarant avoir renoncé à des soins pour raisons financières en 2013(- 2 points), la France avec 33% (+6 points), l’Allemagne avec 24% (-6 points) et l’Italie avec 20% (-7 points).
 
En France, sont particulièrement concernés dans l’hexagone les femmes (41%, contre 23% des hommes) et les 18-39 ans (40%, contre 22% des 60 ans et plus). Les soins dentaires (25%) arrivent en tête des soins auxquels les Français renoncent ou qu’ils reportent, devant les achats de lunettes ou de lentilles de correction (17%), les soins courants (12%), les achats de médicaments (7%) et les soins lourds (7%). En revanche, le taux de renoncement aux soins déclaré est sensiblement plus bas en Autriche (11%), en Espagne (7%), Suède (6%) ou en Grande-Bretagne (4%)
 
Les Européens jugent négativement l’organisation et la qualité de la prise en charge des personnes âgées et dépendantes. Ils leur attribuent en effet une note moyenne de seulement 3.7, en baisse de 0.3 point, contre 4.9 pour les Américains (+0.1). C’est en Autriche que l’évaluation est la plus positive (5.7) et en Italie qu’elle est la plus négative (2.2), les Français se situant quant à eux à un niveau intermédiaire (3.9). L’opinion se dégrade sensiblement en Allemagne (-0.9 points), en Espagne (-1.4 points) et en Italie (-0.7 points) où elle est la plus négative (2.2 sur 10). Cette perception négative s’accompagne d’un net renforcement du souhait que les moyens soient déployés en priorité sur le maintien à domicile plutôt que sur les maisons de retraite. Plus de trois quarts des Européens (78%, +4 points) et 86% des Américains (+5 points) préfèrent en effet cette perspective.
 
Les opinions publiques apparaissent de plus en plus convaincues de l’apport des nouvelles technologies dans le domaine de la santé. Une hausse de la consultation d’informations de santé sur Internet se manifeste dans la plupart des pays (avec 58% des Européens, +5 points par rapport à 2012, et 75% des Américains, inchangé). La France enregistre quant à elle un effet inverse avec une légère diminution (45%, -4).
 
Une nette majorité des Européens (68%, +8) et des Américains (74%, +5) se déclarent en outre favorables au développement de moyens de surveillance médicale continue par téléphone mobile (comme par exemple le relevé quotidien du taux de sucre, de la tension et du rythme du coeur). Quant à la possibilité de consulter son médecin généraliste à distance par liaison Internet avec webcam, elle séduit certes moins. Mais 39% des Européens (+4) et 48% des Américains (-2 points) seraient tout de même d’ores et déjà prêts à le faire. Cette idée convainc néanmoins davantage les Suédois (62%) et les Espagnols (52%) que les Français (32%), les Allemands (25%) et les Autrichiens (15%). Enfin, 59% des Européens et 61% des Américains pensent qu’il faut développer la robotique pour prolonger le maintien à domicile des personnes âgées et dépendantes.
 
L’opinion selon laquelle le secteur de la santé contribue à la croissance économique du pays progresse dans quasiment tous les pays. Près de trois quarts des Européens (74%, +14) sont ainsi de cet avis, contre 60% des Américains (-2). Cette opinion est particulièrement répandue en Italie (85%, +18), en Espagne (85%, +24) et en Suède (83%, +14), mais l’est moins en France (59%, +2) et en Pologne (58%, +5).
 
A l’occasion du 50ème anniversaire de l’assistance, inventée en France par Pierre Desnos, Fondateur d’Europ Assistance, le Baromètre Santé & Société a abordé également le thème de la santé et des voyages, à travers un focus autour du rapatriement sanitaire, activité historique d’Europ Assistance. Ainsi, 68% des Européens et des Américains estiment que le rapatriement sanitaire est d’abord une amélioration majeure pour sauver des vies, 53 %pour voyager en famille et 44% pour découvrir des pays plus lointains et moins connus.
 
*Ce baromètre a été réalisé sur un échantillon de 5 000 individus représentatifs de la population des
18 ans et plus, répartis sur les 9 pays, aux mois de mai et juin 2013.


Publié le Jeudi 17 Octobre 2013 dans la rubrique Santé | Lu 739 fois