Sommaire
Senior Actu

Et si le cacao réduisait l'activité d'un rhumatisme inflammatoire ?

Une récente étude (sur des rats) suggère que les flavonoïdes contenus dans le cacao pourraient avoir un impact positif sur la progression du rhumatisme inflammatoire en permettant la modulation de la production de protéines spécifiques… Explications.


Et si le cacao réduisait l'activité d'un rhumatisme inflammatoire ?



La polyarthrite rhumatoide (PR) est une affection répandue à support auto-immun dont la survenue et la progression sont sous la dépendance de facteurs génétiques, immunitaires et environnementaux.

Sa pathogénie est liée à l'activation des lymphocytes T helper (Th). Ce phénomène entraîne une stimulation de la production des molécules pro-inflammatoires responsables de l'évolutivité de la maladie.

L'activation des Th stimule également la production d'antigènes spécifiques par les lymphocytes B. Par ailleurs, des données expérimentales suggèrent qu'une alimentation à forte charge antioxydante pourrait avoir un effet favorable sur le contrôle de la PR. Enfin, les flavonoïdes contenus dans le cacao pourraient moduler la production des cytokines pro-inflammatoires...

Dans ce contexte, une équipe de chercheurs s'est proposée de préciser les effets d'une alimentation supplémentée en cacao dans un modèle d'arthrite expérimentale induite par l'injection de collagène chez le rat (CIA). Des critères cliniques ont été retenus et les scientifiques ont réalisé la détermination du titre des anticorps anti-collagène, le comptage des lymphocytes producteurs d'anti-collagène sur une biopsie de ganglion inguinal et évalué la capacité à produire des cytokines pro-inflammatoires ainsi que le stress oxydatif.

Chez les rats ayant reçu du cacao dans leur alimentation deux semaines avant l'induction de la CIA, il est observé une diminution du titre des anticorps spécifiques, une réduction de l'activité cytotoxique Th, une diminution des radicaux libres oxydants et une moindre libération de cytokines inflammatoires. Ces rats ont néanmoins développé une CIA clinique comparable à celle des rats témoins.

Les résultats obtenus montrent que l'ingestion de flavonoïdes sous la forme de cacao est à même de moduler la production des anticorps spécifiques et des cytokines impliqués dans la progression d'un modèle animal de rhumatisme inflammatoire. Le cacao apparaît ainsi comme un adjuvant thérapeutique potentiel dans la prise en charge des maladies comportant un support auto-immun et un stress oxydatif.

A démontrer chez l'homme…


Publié le Lundi 2 Juillet 2012 dans la rubrique Santé | Lu 1769 fois