Sommaire
Senior Actu

Et si la musique aidait à mieux vieillir ? par Virginie Pape

Dans un contexte de plus en plus difficile pour les personnes âgées, l’éthologue et musicienne Virginie Pappe met en exergue l’importance et les impacts de la musique dans l’amélioration des conditions de vie particulièrement en gérontologie et en soins palliatifs. Explications.


Il est reconnu que l’humain est particulièrement sensible à son environnement sonore, qu’il soit artificiel ou naturel.

Il a même été découvert, entre autres par la chercheuse québécoise Isabelle Peretz, qu’une zone bien distincte du cerveau humain est totalement dédiée à la réception et à l’interprétation des différentes musiques.

Celles-ci peuvent influencer les comportements et l’organisme humain à différents degrés, jusqu’à donner des résultats médicaux et scientifiques surprenants. Virginie Pape a poussé cette recherche dans le secteur de la gérontologie et son raisonnement l’a mené à confirmer des notions insuffisamment explorées et développées : la musique aide à l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées et soutient les victimes de dégénérescences.

Mieux vivre et mieux vieillir avec la musique

Après les nombreux travaux qui démontrent l’impact de la musique sur l’enfant et suite à la conclusion que le cerveau est doté de régions exclusivement consacrées à la perception musicale, Virginie Pape s’est posée la question suivante : quels impacts aurait la musique sur les personnes âgées ou atteintes de dégénérescences nerveuses ? Après plusieurs années d’observations, de protocoles d’application, à travers des ateliers de musique et de chant en gérontologie et en soins palliatifs, l’éthologue, spécialisée en neuro-acoustique, tire plusieurs conclusions de ses recherches.

Pour les personnes atteintes de dégénérescences ou de traumatismes, la musique constitue un élément de soulagement et de soutien. A travers l’ouverture du champ auditif, elle ouvre le champ de vision et le champ psychologique du patient qui trouve une nouvelle force pour accepter et apprendre à mieux vivre avec sa maladie ou son accident. Virginie Pape définit alors la musique « comme un tuteur d’acceptance ». La musique aide également à la réparation par pans de la mémoire verbale. Plus précisément, il s’agit de la mémoire musicale qui entretient et rétablit partiellement cette mémoire verbale.

De plus, pour les personnes âgées, la musique sert à conserver des liens sociaux, à entretenir une activité intellectuelle, à travailler la mémoire et à mieux vivre au quotidien. Le but est de limiter les glissements des personnes âgées vers une situation de plus en plus négative. Pour Virginie, la musique est donc également un lien.

Parmi les institutions dans lesquelles elle intervient, il y a par exemple Joëlle, 69 ans, qui participe à l’atelier chant toutes les semaines depuis 2006. Joëlle n’avait jamais chanté et confie « je ne pourrai pas arrêter le chant, je suis veuve et ne me sens pas bien chez moi, je ferai sans doute des bêtises ». Au centre de la M.A.M.I à Toulon (Maison d’Accueil Multi activités Intergénérationnelles), complexe unique en France proposant tous les jours des activités pour les personnes âgées, Virginie dispense son atelier chant pour permettre à ses participants d’entretenir relations sociales, forme physique, mémoire et bonne humeur afin de mieux vivre.

Les musiques de la vie : un livre pour le dire

L’écriture de cet ouvrage intitulé Les musiques de la vie (chez Odile Jacob) est la résultante de ces années passées à observer, à analyser, à partager et à vivre la musique à chaque rencontre au cours de son métier. A travers son ouvrage, l’éthologue explique alors les différents impacts des musiques de la vie sur les comportements humains, mais aussi sur tous les organismes vivants qu’ils soient végétaux ou animaux. Son écrit place les musiques comme le carrefour de plusieurs disciplines scientifiques à travers lesquelles la musique a une influence unique.


Publié le Jeudi 1 Décembre 2011 dans la rubrique Bien-être | Lu 2646 fois