Sommaire
Senior Actu

Equilibre alimentaire : un verre de jus de fruit peut compter pour une portion de fruit

Pas toujours simple de respecter cinq fruits et légumes par jour… Il faut y penser, puis il faut les acheter, parfois, il faut aussi les préparer, etc. Bref, par flemme ou par manque de temps, on ne parvient pas toujours à obtenir une alimentation équilibrée… Dans ce monde où tout va si vite, les jus de fruits peuvent pallier, dans une certaine mesure, à notre bon équilibre alimentaire. Ainsi, un verre de jus de fruit peut compter pour une portion de fruit.


Les jus de fruits contiennent en moyenne 90% d’eau, la totalité des minéraux (surtout du potassium) et une très grande partie des vitamines des fruits dont ils sont issus (essentiellement la vitamine C, la vitamine B9).
 
Ils doivent cette bonne préservation des qualités nutritionnelles des fruits à la douceur des traitements thermiques qui leur sont appliqués. Ainsi boire un verre de jus d’orange (200 ml) permet de couvrir la quasi-totalité du besoin quotidien en vitamine C. Pour toutes ces raisons, un verre de jus de fruit peut compter pour une portion de fruit.
 
La consommation d’un verre de jus de fruit trouve donc tout son intérêt dans le cadre des recommandations du PNNS incitant à consommer 5 portions de fruits et légumes par jour sous toutes leurs formes.
 
Les jus de fruits : du tonus en stock

Les bénéfices de l’eau, des vitamines et des minéraux

Les jus de fruits participent au maintien du fonctionnement normal de l’organisme en contribuant par leur richesse en eau à son bon état d’hydratation. De par leurs teneurs en vitamines et minéraux (surtout le potassium) et en polyphénols, dont les bienfaits sont reconnus, les jus de fruits pourraient donc participer au maintien d’une bonne santé en général.
 
Vitamine C : La vitamine C piège les radicaux libres et contribue ainsi à protéger la cellule contre les agents oxydants. Elle intervient aussi dans la synthèse du collagène, protéine essentielle des tissus de soutien, et permet la synthèse des catécholamines comme l’adrénaline et la dopamine, hormones impliquées dans le tonus et la réactivité au stress. La vitamine C contribue également au maintien de l’immunité durant et après un exercice physique et favorise l’absorption intestinale du fer non héminique lors d’un repas. Les jus de fruits qui sont de bonnes sources ou qui sont riches en vitamine C, comme les jus d’agrumes, les jus multifruits et les jus de fruits exotiques, peuvent communiquer sur les effets santé de la vitamine C qu’ils contiennent.
 
A retenir. Boire un verre de jus d’orange (200 ml) revient à couvrir la quasi totalité de son besoin quotidien en vitamine C.
 
Vitamine B9 : elle contribue à la synthèse des bases puriques impliquées dans la synthèse de l’ADN et donc dans la division cellulaire. Couvrir le besoin en vitamine B9 est donc particulièrement important chez la femme en âge de procréer afin de favoriser le bon déroulement des divisions cellulaires des cellules embryonnaires durant la grossesse. On sait que la carence en vitamine B9 en début de grossesse peut provoquer des malformations touchant le cerveau et la moelle épinière de l’enfant. Par ailleurs, la vitamine B9 contribue au fonctionnement normal du système immunitaire et contribue à réduire la fatigue. Les jus de fruits qui sont de bonnes sources ou qui sont riches en vitamine B9, comme le jus d’orange, certains jus multifruits, le jus d’ananas et le jus de pamplemousse, peuvent communiquer sur les effets santé de la vitamine B9 qu’ils contiennent.
 
Carotenoïdes : Le bêta‐carotène et le lycopène protègent les cellules contre les dommages oxydatifs et pourraient être impliqués dans la régulation de certains mécanismes de cancérogénèse. Certaines études suggèrent un lien entre la consommation de jus de tomate et un risque diminué de cancer de la prostate, dans lequel le lycopène jouerait probablement un rôle. Les jus de fruits sont les cinquièmes contributeurs aux apports en bêta‐carotène, (avec 6% des apports) derrière les légumes, les plats composés et les soupes.
Potassium : il est indispensable au fonctionnement de la cellule. Il intervient dans l’excitabilité neuromusculaire (au niveau du coeur, en particulier), dans l’équilibre du pH sanguin ainsi que dans la régulation de la pression sanguine.
 
Les jus de fruits qui constituent des sources de potassium, comme le jus de tomate, le jus d’orange ainsi que certains jus multi fruits, peuvent communiquer sur les effets santé du potassium qu’ils contiennent.

Equilibre alimentaire : un verre de jus de fruit peut compter pour une portion de fruit
Les jus de fruits : au cœur de l’équilibre alimentaire

L’enquête CCAF du CREDOC menée en 20103sur les comportements et consommations alimentaires des Français a permis de comparer les apports nutritionnels des jus de fruits par rapport à d’autres catégories d’aliments.

Cette enquête révèle que les enfants et les adolescents boivent en moyenne 110 ml/jour et les adultes 55 ml/jour de jus de fruits. A raison d’en moyenne ½ verre pour les enfants et ¼ de verre pour les adultes, les jus de fruits contribuent tout de même de manière significative aux apports en fruits et légumes de la population française, et ceci de manière d’autant plus marquée que la consommation de ceux‐ci est faible.

De plus, l’étude des habitudes alimentaires des consommateurs de jus de fruits en France, enfants comme adultes, révèle qu’ils ne consomment pas moins de fruits que les non consommateurs : ils consomment même plus de fruits et légumes frais, ce qui semble infirmer une opinion parfois rencontrée, selon laquelle la consommation de jus de fruits prendrait la place de la consommation des fruits et des légumes. En somme, les jus de fruits sont partie prenante d’une alimentation saine.

A retenir. Les jus de fruits contribuent aux apports en vitamine C à hauteur de 20% chez les adultes et 40% chez les enfants et les adolescents. Ce sont donc des contributeurs nécessaires aux apports en vitamine C.

Du sucre naturel : un apport modéré en sucres simples

Concernant la nature des sucres : les sucres des fruits ne sont pas des sucres ajoutés, mais sont les sucres naturellement présents dans les fruits comme le glucose, le fructose et le saccharose (molécule associant une molécule de glucose et une molécule de fructose). Concernant les apports en sucres : 80% des consommateurs de jus de fruits consomment entre 30 et 300 ml de jus de fruits par jour, avec une moyenne d’un demi‐verre chez les enfants (110 ml/jour) et les adolescents et ¼ de verre (50 ml/jour) chez les adultes. Ceci représente donc respectivement un apport moyen de 10 g et de 5 g de sucres simples, sur un total d’environ 100 g de sucres simples dans la journée, soit une contribution aux apports en sucres simples totaux de 5% chez les adultes et 10% chez les enfants, ce qui peut être considéré comme modéré. Les jus de fruits doivent donc être consommés, comme ils le sont aujourd’hui, c’est à dire à un niveau raisonnable.

Les jus de fruits et la santé

Jus de fruits, poids et indice de masse corporelle
Les jus de fruits tels qu’ils sont consommés en France ne sont pas associés à une surcharge pondérale. Ils peuvent donc être bus dans le cadre d’une consommation raisonnable telle que les Français la pratiquent déjà.

Jus de fruits et maladies cardio‐vasculaires
Dans le domaine des maladies cardio‐vasculaires, les résultats sont plutôt positifs et encourageants (effets bénéfiques de la consommation de jus de fruits) et s’expliquent par la richesse globale des jus de fruits en polyphénols et autres antioxydants (vitamine C, vitamine A et caroténoïdes).

Jus de fruits et caries dentaires
Dans le contexte habituel de consommation des jus de fruits (lors des repas, et avec un temps de contact avec les dents très court), ceux‐ci ont un faible pouvoir cariogène. Retenons également que le principal facteur de risque d’apparition de caries est l’absence d’hygiène bucco‐dentaire.

Jus de fruits et cancer
Les jus de fruits contiennent des micronutriments dont les effets antioxydants ont été démontrés et dont on évalue de mieux en mieux l’impact en prévention primaire et secondaire des cancers.

Source : Unijus


Publié le Lundi 15 Avril 2013 dans la rubrique Nutrition | Lu 2082 fois