Sommaire
Senior Actu

Dons d'organes : de l’efficacité des reins des personnes âgées décédées…

Des médecins canadiens ont présenté récemment au cours de différents colloques les résultats de leurs études en matière de transplantations rénales : conclusion, il semblerait que les reins transplantés chez des patients à partir de ceux de personnes âgées décédées soient aussi efficaces que ceux des autres donneurs… Mais il faut les greffer par paire.


Alors qu’a eu lieu en France la semaine dernière la 8ème Journée de réflexion et d'informations sur le don d’organe et la greffe et dans un contexte de demande croissante en matière de transplantations et de pénurie permanente de donneurs, il est urgent de trouver des solutions médicales et de sensibiliser le grand public à ce sujet, toujours aussi difficile à aborder…

Rappelons déjà, qu’il n’y a pas de limite d’âge pour donner ses organes. C'est l'état de santé de la personne décédée et l'état fonctionnel de ses organes qui sont pris en compte. Si on prélève rarement un coeur après 60 ans, des organes comme les reins, le foie ou les cornées peuvent l'être sur des personnes bien plus âgées. En France par exemple, comme le souligne l’agence de Biomédecine dans un récent communiqué, en 2007, 32% des donneurs avaient plus de 60 ans et 25% des reins greffés provenaient de donneurs de plus de 60 ans.

Dans ce contexte, et dans le cas des transplantations rénales, les chercheurs canadiens ont peut-être trouvé une solution : « élargir le bassin des donneurs en se tournant vers les personnes âgées décédées et greffer leurs deux reins plutôt qu’un seul » affirme un article publié ce mois-ci sur le site Internet de l’Hôtel-Dieu de Québec (CHUQ)

Ces scientifiques ont comparé les patients qui ont bénéficié de transplantations rénales entre 1999 et 2007 provenant de donneurs âgés (69 ans en moyenne), de donneurs marginaux (62 ans) et de donneurs idéaux (24 ans). Et comme le souligne l’article, « les résultats montrent que les taux de survie des patients et des reins greffés sont similaires dans les trois groupes. Si l'on exclut les personnes décédées de causes indépendantes de la fonction rénale, 90 % des reins tiennent encore le coup cinq ans après l'intervention ».

Jusqu’à maintenant, remarque encore l’article, les reins des donneurs âgés n’étaient pas utilisés. Car, évalués séparément, « on ne les jugeait pas assez efficaces pour être greffés sur un patient ». L’idée a donc été de transplanter les reins par paire.

L’Hôtel-Dieu de Québec (CHUQ) s’annonce comme le plus grand centre de greffe rénale au Québec. Depuis trente-cinq ans, l’équipe de néphrologues, d’urologues et d’infirmières cherchent à améliorer les chances de survie et la qualité de vie des patients qui souffrent d’insuffisance rénale et qui sont en attente d’une greffe. La double greffe rénale, comme elle est pratiquée à L’Hôtel-Dieu de Québec (CHUQ) a permis de greffer des receveurs plus âgés, avec un délai d’attente plus court et des résultats comparables à des greffes faites avec des donneurs plus jeunes.

Par exemple, madame Aline Tremblay a reçu une double greffe rénale il y a quelques mois : « Depuis cette intervention, c’est toute ma vie qui a changé » témoigne-t-elle. Et son cas n’est pas unique, car il y a eu 77 doubles greffes rénales pratiquées à L’Hôtel-Dieu de Québec (CHUQ) depuis le début des années 2000. Ceci en fait l’établissement le plus actif dans ce domaine au Canada et le seul à effectuer cette intervention au Québec.

« Il est primordial de pouvoir greffer nos patients afin d’améliorer leur survie et de pouvoir leur offrir une qualité de vie décente, c’est pourquoi nous sommes très fiers de présenter l’expertise que nous avons développée et ainsi étendre cette pratique. Nous ne pouvons plus nous permettre de refuser systématiquement des donneurs en raison de leur âge, particulièrement en considérant que plus de huit cents personnes sont en attente d’une greffe de rein au Québec », remarque le docteur Isabelle Houde, néphrologue et directrice de l’unité de transplantation du CHUQ.

Pour aller plus loin, lire aussi :
Don d'organes : un tiers des donneurs sont des seniors


Publié le Jeudi 3 Juillet 2008 dans la rubrique Santé | Lu 6330 fois