Sommaire
Senior Actu

Disparition de Simone Veil : le témoignage de ses petites-filles

Cela fait des années que Simone Veil faisait régulièrement partie des personnes préférées des Français et notamment des seniors. Alors que cette grande femme politique vient de nous quitter à l’âge de 89 ans, revenons sur le témoignage, très émouvant, de Deborah et Valentine, deux de ces petites-filles.


Disparition de Simone Veil : le témoignage de ses petites-filles
Les obsèques de Simone Veil auront lieu ce mercredi 5 juillet à Paris en présence du chef de l'Etat. La cérémonie se tiendra à 10h30 dans le cours des Invalides. Le conseil des ministres sera exceptionnellement avancé pour l'occasion. Emmanuel Macron prononcera en personne l'éloge funèbre. Sont également attendus Nicolas Sarkozy, Valéry Giscard­d'Estaing et François Hollande. Quant à Jacques Chirac, son état de santé ne lui permettra pas d'y assister.
 
A l'occasion de ce dernier hommage à Simone Veil, les drapeaux européens seront mis en berne, elle qui a occupé le poste de président du parlement européen de 1979 à 1982. De leur côté, les drapeaux français seront ornés d'un crêpe noir en signe de deuil.
 
Deborah (30 ans) et Valentine (23 ans) Veil, petites-filles de Simone Veil, ont évoqué de manière très émouvante ce matin sur Europe 1 leur grand-mère disparue vendredi. « Le plus surprenant indique Deborah, c’est que les gens pensent la même chose que nous. On la partage avec les Français. On a toujours su que ce n’était pas uniquement notre grand-mère et qu’elle appartenait à tous les Français ». Et Valentine de préciser, « depuis la parution de la presse vendredi, on s’en rend évidemment encore plus compte. C’est évidemment très émouvant ».
 
Même si la voix est souvent tremblante, émotion oblige, les deux petites-filles ont la tête bien sur les épaules et parlent admirablement de leur grand-mère, qu’elles appelaient d’ailleurs… grand-mère. « Ma grand-mère n’était pas impressionnante, Simone Veil oui » ajoute encore Deborah qui avait accompagné sa mamie en 2004 au camp d’Auschwitz dont elle était rescapée.
 
Toujours selon Deborah, « j’ai toujours eu conscience qu’elle était un peu en dehors du commun. Quand on est enfant, c’est particulier, parce que les enfants se fichent un peu de ces choses-là. C’est plus à travers le regard des professeurs et en grandissant (…) quand on a partagé du temps toutes les deux, l’attention de la rue entière sur vous, m’a fait me dire qu’il se passe quelque chose avec elle ».  
 
De nombreuses pétitions tournent actuellement afin de faire entrer Simone Veil au Panthéon. Une décision qui doit être prise avec la famille de la défunte. Interrogées à ce sujet, les deux petites-filles se disent bien évidemment touchées par cette demande, toutefois, comme elles le soulignent « je pense simplement à titre personnel que mes grands-parents n’auraient pas été très heureux d’être séparés après 65 ans de vie commune ».
 
A lire en Livre de Poche : Simone Veil, une vie. Dans cet ouvrage, Simone Veil accepte de se raconter à la première personne. Elle s'y montre telle qu'elle est : libre, véhémente et sereine.



Publié le Lundi 3 Juillet 2017 dans la rubrique Société | Lu 2864 fois