Sommaire
Senior Actu

Consult Station : la toute première cabine de télésanté (partie 2)

Franck Baudino, président-fondateur d’H4D société française qui a mis au point et fabriqué la toute première cabine de télésanté Consult Station, revient en quelques questions sur le comment du pourquoi de cet instrument médical de pointe qui vise à lutter contre les déserts médicaux, à favoriser le dépistage des maladies, à assurer le suivi médical des personnes âgées ou résorber l’engorgement des urgences…


Les solutions H4D, c’est la télémédecine de demain ?


Non, il s’agit de la médecine d’aujourd’hui. Plusieurs cabines sont d’ores et déjà en activité en France et près d’une quarantaine le seront en 2015.
 
Nous proposons un dispositif médical professionnel qui permet de réaliser un bilan médical de proximité.
 
En rassemblant des technologies de pointe dans une cabine avec des services associés nous répondons à des besoins bien actuels tout en préparant la télésanté de demain.
 
Combien de temps dure une séance de télésurveillance ou de téléconsultation dans votre cabine ?

Cela dépend du cycle choisi, mais en moyenne cela prend entre 5 et 10 minutes par patient. La téléconsultation par un médecin en visioconférence peut demander davantage de temps selon les cas.
 
Vos solutions autonomes remplacent-elles le travail des personnels de santé ?

Absolument pas, elles le revalorisent au contraire, en leur donnant davantage de temps pour l’acte médical ou paramédical lui-même. La Consult Station intervient en accompagnement dans les parcours de soins, en entière collaboration avec les infirmières, les médecins, les urgentistes... Cet équipement ne se substitue pas aux médecins, c’est un pivot pour développer des programmes de santé et d’éducation thérapeutique.
 
Vos cabines fonctionnent-elles 24h/24h ?

L’accès à nos cabines de téléconsultation est régulé. Par exemple, dans le cadre d’une implantation au sein d’une collectivité territoriale, elles sont ouvertes le soir à partir de 20 h, le week-end et les jours fériés. Avant de s'y rendre, le patient doit appeler le centre 15. C'est le médecin régulateur qui décide de l'orientation du patient vers une cabine de téléconsultation ou vers les urgences. Dans le cadre d’un service d’urgence ou d’une résidence seniors, les cabines s’adaptent à l’organisation de l’établissement. Tout ceci est mis en oeuvre avec l’Agence Régionale de Santé concernée.
 
Quel est le prix d’une telle cabine ?

Le prix de notre équipement est indissociable des services qui l’accompagnent. Il est possible de l'acheter directement, mais la plupart de nos clients préfèrent la formule du contrat de location avec option d'achat. Pour un établissement client, cela renforce aussi son positionnement santé à travers une offre innovante.
 
Vos solutions technologiques c’est bien beau, mais est-ce vraiment éthique ?

La démarche H4D s’inscrit dans une approche responsable, au-delà de la technologie. Nous nous sommes dotés d’une charte éthique. Par exemple, H4D garantit l’anonymat des utilisateurs et la sécurité des données, et plus largement respecte stricto sensu l’ensemble du cadre légal d’application de la télésanté.

Témoignage d'un chef de service urgences, Hôpital privé en Région Parisienne

Consult Station : la toute première cabine de télésanté (partie 2)
« La cabine est assez simple à mettre en place. Déjà pas mal de patients l’ont expérimentée lors de leur admission et leur ressenti est plutôt positif. La prise des constantes est facilitée et réunie en un seul point. Cela nous permet d’avoir des données très rigoureuses quel que soit le patient, c’est très appréciable pour la qualité du service.
 
C’est aussi un gain de temps. On a fait nos calculs : si nous gagnons 2 minutes par patient, cela fait 20 minutes pour 10 patients, et une heure pour 30 patients. Cette heure gagnée peut être davantage consacrée à la partie médicale. Les patients y passent en moyenne 8 minutes, ce qui est un peu long pour un service d’urgence, mais nous pouvons affiner.
 
Autre avantage, lorsque que les patients passent en cabine, cela libère du temps à l’étage pour les infirmières. Ce système ne se substitue pas au travail du personnel, notamment celui d’accueil et d’orientation mais vient au contraire l’aider. Ce qui peut être automatisé doit l’être, ce qui nécessite une intervention humaine doit le rester. Cela ouvre des pistes intéressantes. Notre cardiologue a testé lui-même la cabine équipée d’un électrocardiogramme, il a été impressionné par le rendu des ECG. Le retour est franchement positif
. »


Publié le Vendredi 4 Juillet 2014 dans la rubrique Santé | Lu 1621 fois