Sommaire
Senior Actu

Canicule : déclenchement du niveau de veille saisonnière du plan national pour 2011

Conformément aux dispositions prévues par le plan national canicule, Xavier Bertrand, ministre de la Santé et Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée de la Santé, ont déclenché le niveau de veille saisonnière le mercredi 1er juin. Cette veille saisonnière sera automatiquement désactivée le 31 août, sauf si des conditions météorologiques particulières justifient son maintien.


Canicule : déclenchement du niveau de veille saisonnière du plan national pour 2011
Ce niveau de veille saisonnière correspond à la mise en œuvre, au niveau national :

- du dispositif de veille biométéorologique, assuré par Météo-France et l’Institut de veille sanitaire, qui permet de détecter la survenue d’une canicule,

- du dispositif d’information et de communication, avec notamment, le numéro vert activé par le ministère chargé de la Santé : 0 800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe).

Le plan national canicule comporte deux autres niveaux :

- le niveau de mise en garde et actions (MIGA), déclenché par les préfets de département concernés en cas d’alerte émise par Météo-France et l’Institut de veille sanitaire,

- le niveau de mobilisation maximale, déclenché sur instruction du Premier ministre, sur avis conjoint du ministre chargé de l’intérieur et du ministre chargé de la santé, lorsque la canicule est aggravée par des effets collatéraux (rupture de l’alimentation électrique, pénurie d’eau potable, saturation des établissements de santé,…).

Le plan s’appuie sur cinq grands piliers :

- La mise en œuvre des mesures de protection des personnes à risque hébergées en institutions (établissements accueillant des personnes âgées, établissements pour personnes handicapées) ou hospitalisées en établissements de santé.

- Le repérage individuel des personnes à risque, grâce au registre des personnes fragiles ou isolées tenu par les communes.

- L’alerte, sur la base de l’évaluation biométéorologique faite par Météo-France et l’Institut de veille sanitaire (InVS).

- La solidarité vis-à-vis des personnes à risque, mise en œuvre grâce au recensement et aux dispositifs de permanence estivale des services de soins et d’aide à domicile et des associations de bénévoles.

- Le dispositif d’information et de communication, à destination du grand public, des professionnels et des établissements de santé.

« A l’occasion de ce déclenchement du niveau de veille saisonnière, et bien qu’aucun épisode majeur de canicule n’ait été constaté depuis 2006 (hormis deux épisodes assez brefs en 2009 et en 2010), il est indispensable de rester mobilisé pour assurer efficacement la prévention et la gestion sanitaire de la période estivale, et de renforcer encore la solidarité entre les générations, principe majeur de ce plan » conclut le communiqué du ministère

Canicule : déclenchement du niveau de veille saisonnière du plan national pour 2011
Régulation de la température corporelle et réactions du corps en fonction de l’âge

Lorsque la température extérieure est élevée, le maintien de la température du corps à 37°C est rendu possible grâce au phénomène naturel de transpiration. La transformation de l’eau de la sueur en vapeur d’eau s’accompagne d’un phénomène physique de rafraîchissement. Le volume et la durée de sudation varient en fonction de l’âge : nous ne sommes pas tous égaux en période de fortes chaleurs.

Deux risques peuvent donc être associés aux fortes chaleurs et liés au processus de transpiration :

- La déshydratation : une personne qui transpire mais ne boit pas assez se déshydrate. Ce risque concerne essentiellement les nouveaux-nés, les enfants et les adultes.

- L’hyperthermie ou « coup de chaleur » : une personne qui ne transpire pas assez voit sa température corporelle augmenter et ne peut plus la maintenir à 37°C. Ce sont les personnes âgées qui sont le plus exposées à ce risque.

Personnes âgées : des gestes spécifiques à adopter

Les personnes âgées constituent une population particulièrement à risque. Il est donc très important pour elles de se protéger au maximum de la chaleur, en passant plusieurs heures par jour dans un endroit frais ou climatisé et en se mouillant régulièrement le corps pour abaisser leur température corporelle.

Elles peuvent par exemple s’appliquer des linges ou un gant humide(s) sur le visage, les bras, le cou ; se vaporiser de l’eau sur le visage... Il est également important que ces personnes boivent suffisamment (environ 1,5 L d’eau, c’est-à-dire environ la quantité d’eau qu’elles sont en mesure d’éliminer).

Par ailleurs, en période de chaleur, même si l’appétit peut être diminué, il est important de continuer à manger suffisamment (si besoin en fractionnant les repas) pour apporter les sels minéraux nécessaires à l’organisme. En effet, lorsqu’une personne âgée boit trop d’eau (à savoir, plus d’eau que l’organisme n’est en mesure d’éliminer) sans manger suffisamment en parallèle, les sels minéraux se diluent dans l’organisme. La personne s’expose alors au risque d’hyponatrémie (diminution de la concentration de sel de sodium dans le sang pouvant occasionner des troubles de la conscience, des nausées, des vomissements, des crises convulsives, etc.).

Petit mémo des signes d’alerte chez la personne âgée

- Modification du comportement habituel, grande faiblesse, grande fatigue, difficulté inhabituelle à se déplacer.

- Céphalées, étourdissements, vertiges, troubles de la conscience, voire convulsions.

- Nausées, vomissements, diarrhée, soif.

- Crampes musculaires.

- Température corporelle élevée (supérieure à 38,5°C).

- Agitation nocturne inhabituelle.


Publié le Jeudi 9 Juin 2011 dans la rubrique Bien-être | Lu 2546 fois