Sommaire
Senior Actu

Canicule : Paris active le niveau 1 de la veille saisonnière

Même s’il ne fait pas encore une chaleur étouffante, le préfet de police a activé cette semaine, le 1 juin 2009, le niveau 1 de « veille saisonnière » du plan départemental de gestion d’une canicule à Paris, élaboré par la préfecture de police en partenariat avec la ville de Paris.


Les membres du « comité départemental canicule (CDC) » de Paris dont les services sanitaires et sociaux de l’Etat et de la ville de Paris ainsi que l’ensemble des acteurs concourant au dispositif (AP-HP, SAMU de Paris, Brigade de sapeurs-pompiers de Paris, etc.) ont été réunis le 20 mai dernier sous l’égide de la préfecture de police.

Cette réunion a permis de vérifier, souligne le communiqué de la ville de Paris, à la lumière de l’expérience acquise au fil des ans, que l’ensemble des dispositions prévues dans le plan départemental était en place et que les rôles des acteurs étaient connus et maîtrisés.

Ce plan, qui est en place pour une durée de trois mois, du 1er juin au 31 août, comporte trois niveaux :
Le niveau 1 –veille saisonnière– correspond à l’activation d’une veille quotidienne de l’activité sanitaire dès le 1er juin. Il permet de s’assurer que tous les dispositifs d’alerte et de réaction sont opérationnels ; l’évolution des indicateurs climatiques, atmosphériques et sanitaires est surveillée et analysée en permanence par la cellule de veille de l’état major de zone, le repérage des personnes fragiles étant assuré par la mairie de Paris. A cet effet, toutes les personnes concernées, et qui ne l’auraient pas encore fait, sont instamment invitées à s’inscrire en téléphonant au 39.75 (prix d’un appel local depuis un poste fixe).

Le niveau 2 –mise en garde et actions– est déclenché par le préfet de police lorsque les prévisions à trois jours annoncent une vague de chaleur, définie par le franchissement des seuils biométéorologiques (21° la nuit, 31° le jour) conjugué à des critères qualitatifs. A ce niveau, le préfet de police décide de déclencher les interventions nécessaires en concertation avec le maire de Paris et tous les partenaires du plan parisien. Le maire de Paris active le centre d’appel téléphonique chargé de prendre contact avec les personnes fragiles préalablement inscrites à cet effet ou dont la situation critique est signalée. Sur la voie publique, des équipes de la Mairie de Paris, des secouristes et des patrouilles de policiers vont à la rencontre des personnes isolées et fragilisées par la chaleur pour les conseiller ou les orienter vers des structures adaptées ; les « maraudes » associatives sont renforcées. Des lieux rafraîchis sont signalés à l’usage du grand public, d’autres sont spécialement aménagés par la mairie de Paris pour offrir aux personnes fragiles un répit sécurisé au frais.

Le niveau 3 est celui de la « mobilisation maximale », phase d’intervention majeure en cas de canicule caractérisée par des indicateurs biométéorologiques dépassant les seuils dans plusieurs régions, sur une longue durée, avec apparition d’effets collatéraux (coupure d’électricité, sécheresse, saturation des hôpitaux …). Il est activé par le Premier Ministre, la gestion devient interministérielle pilotée par le ministre de l’intérieur et permet une mobilisation exceptionnelle de tous les moyens humains et matériels disponibles dans le cadre de l’application des directives se rattachant au plan ORSEC.

A ce jour, compte tenu des données actuelles, le dispositif demeure au niveau 1 du plan.


Publié le Mercredi 3 Juin 2009 dans la rubrique Social | Lu 2276 fois