Sommaire
Senior Actu

Cancer de la prostate : en Europe, c'est en France que le taux de guérison est le plus élevé

Les dernières données de l'étude Eurocare 4 montrent l'excellente place de la France dans de nombreux domaines. On y apprend ainsi que « c'est en France, par exemple, que le taux de guérison des cancers de la prostate est le plus élevé (57,9%) des pays européens étudiés » indique un récent communiqué de l’Institut National du Cancer (INCa).


Lancée en 1990, Eurocare s’annonce comme l'étude coopérative la plus importante sur la survie des patients européens traités pour un cancer. Elle est basée sur l'analyse de 82 registres répartis dans 23 pays, et a déjà donné lieu à des publications préliminaires.

Cette dernière publication confirme qu'il existe de grandes différences d'un pays à l'autre. C'est ainsi que l'étude estime qu'en France, 58,6% des femmes atteintes des cancers sont guéries alors que ce pourcentage n'est que de 38% en Pologne. L'Islande obtient le meilleur taux pour les hommes (46,6%).

Il existe également des différences, en termes de guérison, selon les pays et le type de cancer. Ainsi par exemple :

- cancer colorectal : 49,4% en France (le meilleur taux européen), 48% aux Pays-bas, mais 24,8% en Pologne ;

- cancer du sein : 72,8% en France, derrière la Suède (73,4%), la Finlande (73,2%), l'Espagne (72,9%). A l'autre extrémité de l'échelle, la République tchèque n'obtient que 54,7% ;

- cancer de la prostate : avec 57,9%, la France vient en tête, devant l'Islande (56,5%), les Pays-Bas (54%) ;

- cancer du poumon : la France est en tête, avec 10,3%, devant l'Espagne (10%), les Pays-Bas (9,9%).

L'étude apporte également des données sur les différences de survie entre les patients âgés de 55 à 69 ans et ceux de 70 à 84 ans, entre hommes et femmes et enfin entre les enfants (0-14 ans) et les jeunes adultes (15-24 ans). Tous cancers confondus, la survie à cinq ans des patients est inférieure dans la tranche 70-84 ans (45,6% pour les femmes v. 62% pour les 55-69 ans ; 31,3% pour les hommes v. 38,7%).

Concernant les différences femmes/hommes, l'étude a porté sur 1,6 million de cancers (26 localisations) répartis dans 23 pays. Pour quinze de ces localisations, la survie est significativement supérieure chez les femmes. L'excès de risque de mortalité est significativement inférieur, toujours chez les femmes, pour seize localisations.


Publié le Mercredi 1 Avril 2009 dans la rubrique Santé | Lu 9242 fois