Sommaire
Senior Actu

Canada : un homme senior sur quatre a subi un test de dépistage du cancer colorectal en 2008

En 2008, selon un récent communiqué du site Internet Statistique Canada, environ 40 % des Canadiens âgés de 50 ans et plus ont déclaré avoir récemment subi un test de dépistage du cancer colorectal.


En 2008, première année pour laquelle on a accès à des données nationales, environ 40 % des Canadiens âgés de 50 ans et plus ont déclaré avoir subi un test récent de dépistage du cancer colorectal, c'est-à-dire une recherche de sang occulte dans les selles au cours des deux années précédentes, ou une sigmoïdoscopie ou une colonoscopie au cours des cinq années précédentes.

Toujours l’année dernière, la probabilité la plus élevée d'avoir subi le test de dépistage a été enregistrée chez les personnes ayant un médecin de famille et ayant consulté celui-ci durant l'année qui a précédé l'enquête. Environ 44% de ces personnes avaient subi le test, comparativement à 10% de celles n'ayant pas de médecin de famille et n'ayant consulté aucun médecin l'année précédente.

Une plus forte proportion de personnes qui ont évalué leur état de santé général comme passable ou mauvais avaient subi un test de dépistage, comparativement à celles qui s'estimaient en meilleure santé.

La probabilité d'avoir récemment subi un test de dépistage du cancer colorectal était associée à la présence de facteurs de risque pour la santé. Environ 30% des fumeurs quotidiens avaient subi le test, comparativement à 42% des non-fumeurs. Les personnes physiquement inactives étaient moins susceptibles d'avoir subi le test de dépistage que celles qui étaient plus actives.

Les seniors vivant dans un ménage à faible revenu étaient moins susceptibles d'avoir subi un test de dépistage que ceux faisant partie d'un ménage à revenu élevé. Environ 35% des personnes se situant dans la tranche de revenu inférieure ont déclaré avoir subi un test de dépistage, contre 43% de celles de la tranche supérieure.

En général, la probabilité d'avoir subi un test de dépistage était plus faible dans les provinces à l'est de l'Ontario et dans les territoires qu'ailleurs, et nettement plus élevée au Manitoba et en Ontario.

En 2007, l'Ontario a mis en place un programme organisé de dépistage du cancer colorectal à l'échelle de la province. La même année, le Manitoba a entrepris la phase pilote d'un tel programme dans les régies régionales de la santé de Winnipeg et d'Assiniboine.

En France

Soulignons que le cancer colorectal reste, avec plus de 37.000 nouveaux cas estimés en 2005, le 3ème cancer en termes de fréquence (derrière les cancers de la prostate et du sein). Il représente, avec près de 17.000 décès annuels, la deuxième cause de décès par cancer après celui du poumon.

Rappelons également que depuis le début du mois de mars 2009, le dépistage organisé du cancer colorectal (tous les deux ans) auprès de 50/74 ans a été généralisé à tout le territoire. Il permet d'identifier la maladie à un stade très précoce de son développement et de détecter des polypes, avant qu'ils n'évoluent vers un cancer.


Publié le Mercredi 8 Juillet 2009 dans la rubrique Santé | Lu 1747 fois