Sommaire
Senior Actu

Belgique : enquête sur la qualité de vie des seniors et test sur des téléphones portables adaptés à un public âgé

Le site Internet de l’association de consommateurs belges « Test Achats » a mesuré la qualité de vie des seniors par le biais d’une enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population des seniors âgés de 65 à 79 ans. Les résultats contredisent les clichés. Il en ressort, notamment, que les seniors sont bien plus actifs qu’on ne le pense, et que, financièrement, ils ne sont pas forcément toujours bien lotis. Par ailleurs, l’association a également effectué un test d’utilisation avec un téléphone mobile de base ayant des fonctionnalités réduites et avec quatre appareils « seniors » d’où il ressort que ces derniers modèles ne sont pas nécessairement les plus adaptés… Détails


Une catégorie d’âge en pleine évolution
Avoir plus de 65 ans aujourd’hui, c’est pour certains, profiter d’un repos bien mérité ainsi que se consacrer davantage au conjoint, aux enfants et petits-enfants. Mais cela ne signifie plus, forcément, se « retirer », faire une croix sur la vie active et renoncer à ses responsabilités, sociétales, notamment.

Avoir 65 ans, c’est plutôt entamer une nouvelle (de plus en plus longue) tranche de son existence. En témoignent, notamment, le nombre de divorces, mais aussi de mariages enregistrés chaque année entre personnes de plus de 65 ans.

L’enquête de Test Achats démontre également qu’il n’y a pas qu’en matière conjugale que les choses changent. Près d’un quart des personnes que l’association de consommateurs a interrogées font du bénévolat et leurs attentes en matière d’activités (rémunérées ou non), de mobilité, de possibilités culturelles, sportives et éducatives, etc. n’ont pas grand chose à envier à celles de leurs cadets.

Pourtant, malgré leur nombre et malgré leur poids économique, les plus âgés sont parfois les plus mal lotis chez eux et restent négligés par leurs propres administrations communales.

Qu’est-ce qui peut être amélioré ?
Dans le top cinq des sujets d’insatisfaction, on trouve : la quantité, la qualité et la disponibilité des possibilités de job pour les « retraités », les coûts, la qualité et l’accessibilité des services de santé spécifiques, la qualité, les coûts et la disponibilité des aides administratives, la qualité, la quantité, les coûts et la disponibilité de l’aide sociale à domicile pour la cuisine et enfin, les mêmes aspects pour les soins personnels à domicile. A cela, on peut encore ajouter que 20 % se plaignent d'un manque d'infrastructures et d'événements culturels et 15 % de leur qualité, du manque de variété et de leur (in)accessibilité.

Seul domaine à échapper en grande partie à la critique, les transports en commun : 64 % de satisfaits (un peu moins en milieu rural qu’en ville), mais 83 % de satisfaits du coût qu'ils engendrent. Logique quand on sait que les seniors bénéficient de la gratuité ou de tarifs très préférentiels pour tous leurs déplacements en transports publics.

L'une des demandes les plus importantes concerne le manque d'informations spécifiques. Il en existe, mais elles restent éparses et peu pratiques. Il faudrait donc la rassembler. Dans une publication mise à jour régulièrement et accessible gratuitement aux seniors et via la création d'un site web. Ce site pourrait regrouper infos fiscales, juridiques, sur les institutions, sur les possibilités de cours, les activités, les possibilités de volontariat, etc. .../...
Belgique : enquête sur la qualité de vie des seniors et test sur des téléphones portables adaptés à un public âgé

Conserver la santé
Le degré de satisfaction par rapport à l'état de santé général dépend de l'âge (il diminue plus l'âge augmente), mais aussi, à nouveau, de la condition financière de la personne et… du sexe. Les hommes étant, en règle générale, plus satisfaits que les femmes !

Dans le même temps, si on leur demande de qualifier leur état de santé général, 24 % la disent mauvaise ou médiocre, 42 % se plaignent de problèmes de vision, 40 % de problèmes d'ouïe, 43 % d'un mauvais sommeil et 14 % de douleurs sévères. D'ailleurs, 82 % des personnes interrogées disent prendre au moins un médicament par jour et 26 %, cinq médicaments, voire plus !

En ce qui concerne la qualité de vie, les cinq plus gros sujets de préoccupation de cette tranche d’âge sont, toujours dans l’ordre : leurs performances et désir sexuels (27 et 26 % d’insatisfaction), la santé (17 % d’insatisfaction), le statut économique (17 %), les activités de loisirs (13 %) et la liberté de mouvement sans vertige, ni instabilité (12 %).

Un quart (24 %) des personnes de 65 à 79 ans disent se sentir seules et isolées et 20 % se plaignent d’être peu soutenues par leur entourage. Or, cette enquête montre que la qualité émotionnelle et affective des rapports sociaux a une incidence directe sur la perception de la qualité de la vie et du bonheur.

Avoir les moyens de leurs envies
L’argent, nerf de la guerre, reste en toute logique au centre des préoccupations du plus grand nombre et son poids sur la qualité de vie et le bonheur ressenti reste non négligeable. Le taux de satisfaction par rapport à l'aide sociale et financière (CPAS…) destinées aux personnes âgées est, sans surprise, le plus bas de tous. 22 % des personnes interrogées se disent en outre préoccupées à sérieusement préoccupées par leur avenir financier. Il faut dire que, selon les estimations de l’OCDE, le taux de remplacement net des pensions pour un travailleur belge ayant un revenu moyen est l'un des plus bas d'Europe (63 %), ce qui explique que les retraités soient davantage exposés au risque de pauvreté que le reste de la population. En Belgique, toujours selon l'OCDE, 21 % des personnes de plus de 65 ans disposent d'un revenu net inférieur au seuil de pauvreté (822 euros/mois en 2004), contre 12 % pour les 16-64 ans. Et ce risque de pauvreté augmente avec l'âge.

Un produit spécifique : les téléphones portables de base
Test Achats a mené un test sur des téléphones GSM de base avec des fonctionnalités réduites et quatre appareils spécifiques, annoncés par les fabricants (pas des fabricants connus de GSM) comme destinés à un public âgé ou souffrant de problèmes de vision, d’ouïe et/ou de motricité fine des mains.

Outre les tests courants en laboratoire, Test Achats a demandé à un panel d’utilisateurs d’une moyenne d’âge de 63 ans d’effectuer certaines tâches et de nous donner leur avis quant à la maniabilité et à la facilité d’utilisation de tous ces appareils, ceci purement comme paramètre indicatif. Il ressort de ce test que ces modèles ne sont pas nécessairement adaptés. Ils sont aussi en grande partie plus chers et certainement pas de meilleure qualité que les GSM classiques dont beaucoup de modèles sont disponibles. Test Achats pense donc qu'il vaut donc mieux acheter un bon téléphone mobile basique aux fonctions simples qu’un modèle spécial "pour les personnes âgées".

Les résultats du test effectué par Test Achats est accablant pour les produits spécifiques: grandes touches bien espacées et caractères agrandis, mais première mise en route compliquée au point d’exiger l’aide de quelqu’un qui « s’y connaît », lisibilité de l’écran pas toujours optimale, menu un peu laborieux, liste de contacts parfois réduite à sa plus simple expression, absence de la fonction SMS sur certains modèles, pas de commande vocale et, pour certains, pas de fonction mains libres

L’idéal serait pourtant que les fabricants traditionnels de GSM mettent leurs compétences au service d’un public, de plus en plus important, présentant des problèmes de vue, d’ouïe et de motricité fine, en créant des produits spécifiques, vendus à des prix compétitifs.


Publié le Vendredi 29 Février 2008 dans la rubrique Société | Lu 7271 fois