Sommaire
Senior Actu

Baisse des décès et des AVC chez les aînés grâce à une réduction de la tension artérielle

Selon une nouvelle étude présentée cette semaine à l'American College of Cardiology de Chicago (Etats-Unis) et publiée simultanément dans le New England Journal of Medicine, l'administration d'un traitement antihypertenseur de manière quotidienne permettrait de réduire respectivement d'un cinquième et d'un tiers la mortalité totale et le taux d'événements cardiovasculaires chez les personnes âgées de 80 ans et plus.


Coordonnée par divers scientifiques de l'Imperial College de Londres et réalisée auprès de 3.845 patients de 83 ans en moyenne, souffrant d’hypertension*, cette étude clinique baptisée HYVET* (étude de l'hypertension chez les personnes très âgées) s’annonce comme « la plus vaste étude clinique jamais réalisée pour examiner les effets de la seule réduction de la tension artérielle chez des patients âgés de 80 ans et plus uniquement ». Pour ce faire, ces derniers ont reçu soit un placebo, soit un diurétique en association avec un comprimé de périndopril administré une fois par jour.

Résultat, cette étude a mis en évidence, entre autres bénéfices thérapeutiques, « une réduction de 21% du taux de mortalité globale, une réduction de 39% du taux d'accidents vasculaires cérébraux, une diminution de 64% des insuffisances cardiaques fatales et non fatales, et une diminution de 34% des événements cardiovasculaires » affirme le communiqué de l'Imperial College de Londres. Et de préciser que « ces bénéfices sont apparus au cours de la première année de suivi ».

« La réduction de la mortalité globale a constitué un résultat à la fois inédit et inattendu » soulignent les auteurs de cette grande enquête. Des études antérieures avaient démontré que la réduction de la pression artérielle chez les personnes âgées de moins de 80 ans permettait de réduire l'incidence des accidents vasculaires cérébraux et des événements cardiovasculaires. Toutefois, des études antérieures de moindre ampleur et réfutables suggéraient également que, si la réduction de la pression artérielle chez les patients âgés de 80 ans et plus permettait en effet de réduire le nombre d'accidents vasculaires cérébraux, elle ne permettait cependant pas de réduire la mortalité globale, voire l'aggravait potentiellement. .../...
Baisse des décès et des AVC chez les aînés grâce à une réduction de la tension artérielle

Selon le professeur Christopher Bulpitt, du Care of the Elderly Group (Groupe de soins aux personnes âgées) de l'Imperial College de Londres, et chercheur principal de cette étude : « avant que nous ne réalisions cette étude, les médecins n'étaient pas certains que les personnes âgées hypertendues pouvaient tirer les mêmes bénéfices du traitement antihypertenseur que les patients plus jeunes. Nos résultats montrent clairement que de nombreux patients âgés de 80 ans ou plus pourraient grandement bénéficier de ce traitement. Etant donné que la population vit plus longtemps et qu'un nombre croissant de personnes atteint l'âge de 80 ans, voire plus, les résultats de cette étude constituent une excellente nouvelle. Nous sommes ravis d'avoir pu obtenir concomitamment une réduction tout à fait sûre des événements cardiovasculaires et une réduction de la mortalité globale. »

Les chercheurs espèrent que ces résultats permettront aux médecins de ne plus douter des bénéfices du traitement antihypertenseur chez les patients âgés de 80 ans et plus.

Le Dr Nigel Beckett, également du Care of the Elderly Group de l'Imperial College de Londres et coordinateur de l'étude, ajoute : « bon nombre de personnes très âgées souffrant d'hypertension ne reçoivent actuellement aucun traitement antihypertenseur, parce que les médecins ne sont pas sûrs qu'un traitement de ce type leur apporterait un quelconque bénéfice. Nous espérons que les résultats de cette étude encourageront les médecins à traiter ces patients conformément à notre protocole ».

Etant donné l'interruption précoce de cette étude, une extension d'étude impliquant des patients recevant un traitement actif est actuellement en cours dans le but d'évaluer les bénéfices à long terme du traitement.

*L'étude HYVET a été coordonnée par des scientifiques de l'Imperial College de Londres, en collaboration avec des collègues du monde entier. L'étude principale a été financée par la British Heart Foundation et les laboratoires Servier.

*Hypertension : cette dernière étant définie comme une pression artérielle systolique comprise entre 160 et 199 mmHg

A propos de l'hypertension artérielle et des accidents vasculaires cérébraux

- Les accidents vasculaires cérébraux constituent la troisième cause de décès en Angleterre et au Pays de Galles. Selon l'Office des Statistiques Nationales, en 2004, 11% des décès survenus chez les personnes âgées de 75 à 84 ans, et 14% des décès survenus chez les plus de 85 ans étaient dus à un accident vasculaire cérébral.
- Au Royaume-Uni, près de 150.000 personnes sont chaque année victimes d'un accident vasculaire cérébral, ce qui représente l'équivalent de un AVC toutes les quatre minutes.
- Près d'un tiers des patients victimes d'un accident vasculaire cérébral décèdent dans les six mois suivant la survenue de l'événement, la plupart des décès survenant au cours du premier mois suivant l'accident.
- L'incapacité des suites d'un accident vasculaire cérébral constitue la plus importante cause unique d'invalidité grave chez les personnes vivant à leur propre domicile.
- Le risque d'accident vasculaire cérébral augmente avec l'âge, certaines estimations suggérant que ce risque est multiplié par deux tous les dix ans à partir de l'âge de 55 ans.


Publié le Jeudi 3 Avril 2008 dans la rubrique Santé | Lu 7005 fois