Sommaire
Senior Actu

Applications santé : une offre pléthorique mais une efficacité à revoir

Les 26èmes Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie se tiendront du 13 au 16 janvier 2016 à Paris, au Palais des Congrès de Paris. Cette année, le fil conducteur du congrès sera : « La cardiologie connectée ». Etat des lieux des applications santé en France : une offre pléthorique, une évaluation famélique par le Dr François Diévart de Dunkerque.


Applications santé : une offre pléthorique mais une efficacité à revoir
Une application santé est un logiciel, un programme, qui est téléchargeable ou disponible sur un téléphone mobile ou une tablette numérique connectée et dont le thème concerne au moins un élément relatif à la santé ou au bien-être.
 
La distinction entre ces deux derniers termes, bien qu’essentielle notamment en termes juridiques, n’est pas encore parfaitement codifiée.
 
Quelles cibles ?

En fonction de leurs objectifs, les applications santé vont être destinées à trois types d’utilisateurs :

- les médecins (ex : le calculateur de risque),
- les patients (ex : une aide pour ne pas oublier la prise des traitements),
- le grand public (ex : une aide à la pratique régulière d’exercice physique).
Les domaines couverts sont variés, nombreux et les cibles peuvent se chevaucher.
 
Où trouver ces applications santé ?

Il y a deux principales plateformes ou magasins en ligne pour en disposer (iTunes et Google Play).
Les applications peuvent être spécifiques d’un système opérateur (iOS, Android) ou avoir été développées pour être utilisables sur plusieurs systèmes. Elles peuvent être gratuites ou payantes.
 
Quel est leur nombre ?

Les applications santé et/ou bien-être se comptent en dizaines de milliers. Certains domaines sont plus fournis que d’autres. Ainsi, dans une recherche en langue anglaise conduite en avril 2015, il a été trouvé près de 4.000 applications sur iOS et 250 sur Android concernant l’aide à la perte de poids et il n’en a été trouvé que 38 sur iOS concernant l’observance des traitements…
 
S’il y a pléthore dans l’offre, plusieurs questions doivent être posées : quelle est la fiabilité/validité de ses applications ? Quelle sont leur efficacité et leurs éventuels risques ? Et, donc qu’elle est leur utilité ?
 
Quels sont leur efficacité ?

Certains évaluent l’efficacité des applications santé par la méthode d’essais contrôlés. Une synthèse dans le domaine de la cardiologie a récemment été publiée mais le résultat est décevant. En effet, l’immense majorité des applications n’a jamais été évaluée, et ce, tant en termes d’efficacité concernant les objectifs fixés qu’en termes ne serait-ce que… de satisfaction de l’utilisateur.

En France, une société (dmd Santé) s’est proposée de les labelliser (avec le label mHealth Quality, un peu comme il existe un label des sites Internet santé, le HONcode) après en avoir fait un état des lieux. Cet état des lieux est aussi assez décevant quant aux résultats obtenus. Il se trouve que :

- seuls 24% des développeurs d’applications déclarent avoir fait appel à un professionnel de santé lors de la conception de ces applications santé (chiffre proche de zéro lorsqu’il s’agit d’avoir fait appel à des patients) ;

- 79% des applications n’ont pas de conditions générales d’utilisation (dans l’application ou le site web dédié) ;

- 51% des applications ne fournissent pas les coordonnées de leur éditeur…
 
Des progrès restent donc à faire afin dans ce domaine. 


Publié le Lundi 11 Janvier 2016 dans la rubrique Santé | Lu 2807 fois