Sommaire
Senior Actu

Alzheimer : mesurer les ondes cérébrales pour un diagnostic précoce de la maladie

Alors que la maladie d’Alzheimer progresse inexorablement avec le vieillissement de la population mondiale, son diagnostic précoce demeure relativement difficile. Voire impossible. En s'intéressant aux composantes des ondes cérébrales chez des malades, le professeur Tiago H. Falk de l’Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) a identifié une piste prometteuse qui permettrait de diagnostiquer cette pathologie neurodégénérative de manière précoce.


À l'heure actuelle, les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer se soumettent à des tests neuropsychologiques afin de déceler les signes de cette pathologie neurodégénérative. Il demeure cependant difficile d'interpréter les résultats de ces tests qui ne fournissent pas de diagnostic définitif...
 
Pourtant, comme les scientifiques l'ont déjà constaté, l'activité de certaines zones du cortex cérébral montre des altérations dès les premiers stades de la maladie. Le professeur Falk, spécialisé en acquisition de signaux biologiques, s'est donc penché sur ce phénomène et a comparé les électroencéphalogrammes (EEG) de personnes saines (27), légèrement atteintes (27) ou modérément atteintes (22) de la maladie d'Alzheimer. Il a pu observer des différences statistiquement significatives entre les trois groupes...
 
« L'innovation que présente cet algorithme est de fournir directement une analyse du rythme auquel les changements se produisent dans les ondes cérébrales des patients », explique le professeur Falk. « Les résultats montrent des motifs distincts entre les individus sains et ceux légèrement atteints de la maladie d'Alzheimer. De la même façon, on trouve des différences entre les patients légèrement atteints et ceux dont la maladie est à un stade modéré. »
 
Afin de valider le modèle pour éventuellement développer un outil de diagnostic précoce de la maladie d'Alzheimer, l'équipe du professeur Falk partage son algorithme sur le portail NeuroAccelerator.org. Premier algorithme partagé en « open source » par ce portail, il pourra être utilisé par des chercheurs de partout dans le monde et ainsi, produire davantage de résultats de recherche.
 
Alors que partout dans le monde les cas de démence augmentent rapidement, cette piste pour le développement d'un outil de diagnostic précoce, objectif, non invasif et relativement bon marché est accueillie très favorablement par la communauté de recherche… Affaire à suivre.
 
Cette méthode non invasive et objective fait l'objet d'un article paru dans la revue PLOS ONE.


Publié le Vendredi 27 Septembre 2013 dans la rubrique Santé | Lu 1089 fois