Sommaire
Senior Actu

Activités physiques : l'inactivité a tendance à... augmenter

Les dernières données de l’étude Esteban* menée par Santé publique France montrent que l’inactivité physique et la sédentarité gagnent du terrain dans la population française. Une baisse préoccupante quand on sait que l’inactivité physique a été identifiée en 2009 comme le quatrième facteur de risque des maladies non transmissibles, impliquées dans plus de 3 millions de morts évitables.


Activités physiques : l'inactivité a tendance à... augmenter
Un niveau de sédentarité élevé associé à un niveau d’activité physique bas augmente les risques de maladies non transmissibles. En France, en 2015, 22% des femmes cumulent ces deux facteurs de risques contre 17% des hommes. Et, seulement 53% des femmes atteignent les recommandations de l’OMS en matière d’activité physique, contre 70% des hommes.
 
En dix ans, la population féminine physiquement active a diminué de façon préoccupante de 16%, une baisse particulièrement prononcée chez les femmes de 40-54 ans (-22%). Fort de ce constat, Santé publique France a développé pour la rentrée de nouveaux outils digitaux, informatifs et incitatifs, invitant les Français, et particulièrement les Françaises, à bouger plus et mieux. 
 
L’activité physique joue un rôle déterminant dans l’état de santé, y compris dans ses composantes psychologique et sociale.  Elle permet : d’améliorer la qualité de vie, la santé mentale (en prévenant les états d’anxiété et de dépression), le bien-être, le sommeil ;  de réduire, à plus long terme, le risque de maladies cardio-vasculaires, de cancers (côlon, sein, poumon, endomètre), de diabète de type 2, d’obésité et de bronchopneumopathie chronique obstructive (insuffisance respiratoire) ; et de réduire certains effets liés au vieillissement et de maintenir l’autonomie au cours de l’avancée en âge. 

Activité physique, sédentarité : de quoi parle-t-on ?

L'activité physique correspond à tous les mouvements de notre corps produits par la contraction des muscles et qui entraînent une dépense en énergie supérieure à celle du repos.  Elle peut être effectuée dans le cadre du travail, des transports, des activités domestiques (à l’intérieur et à l’extérieur de chez soi) et des loisirs (incluant le sport et les exercices physiques réalisés sans encadrement). 
 
Le sport est une activité physique où les participants adhèrent à un ensemble commun de règles et où un objectif de performance est défini (par exemple : sports collectifs, gymnastique, gymnastique aquatique, course à pied, marche nordique, cyclisme, ski de fond, aviron, natation).
 
La sédentarité correspond aux situations passées en position assise ou allongée (en dehors de la période de sommeil et de repas), dans lesquelles les mouvements du corps sont réduits à leur minimum : regarder la télévision, travailler sur un ordinateur, jouer aux jeux vidéo, lire, téléphoner, être passager dans un véhicule, etc.

​Créer son programme d’activité physique avec Mangerbouger

Entièrement repensée, la rubrique « Bouger plus » du site www.mangerbouger.fr a pour objectif d’aider les Français à augmenter leur activité physique et à diminuer leur temps passé assis. Enrichi de nombreux contenus, l’onglet « bouger plus » permet au visiteur de connaître les bénéfices de l’activité physique.
 
Le visiteur peut ensuite évaluer son niveau d’activité physique, pratiquer à la maison en s’appuyant sur les 41 fiches d’exercices proposées, trouver les activités qui lui correspondent et se concocter un programme à intégrer dans son emploi du temps.
 
L’internaute peut également effectuer une recherche d’activité par contexte (loisirs, déplacement, travail ou domestique), par type (endurance, renforcement musculaire, souplesse, équilibre) et par profil (adulte, femme enceinte, personnes de plus de 65 ans).


Publié le Jeudi 28 Septembre 2017 dans la rubrique Bien-être | Lu 1780 fois