Sommaire
Senior Actu

Actheane : de l'homéopathie contre les bouffées de chaleur

Le laboratoire lyonnais Boiron, leader mondial dans le domaine de l’homéopathie, propose Actheane, un médicament qui vise à aider les femmes à lutter contre les bouffées de chaleur dues à la ménopause.


Acthéane Boiron
Bon, l’homéopathie, on y croit… ou pas. Si vous n’y croyez pas, inutile de vous intéresser à ce nouveau produit des laboratoires Boiron. En revanche, si vous pensez que c’est efficace et que vous êtes sujettes à des bouffées de chaleur dues à la ménopause (ou péri-ménopause), alors pourquoi pas.

Ce médicament, sans contre-indication, s’adapte aux besoins de chaque femme. Selon le laboratoire, on peut même le prendre dans les cas où le THM (traitement hormonal de la ménopause) est contre-indiqué : périménopause, antécédents de cancer.
 
Rappelons que la ménopause survient entre 46 et 54 ans. En France, dix millions de femmes sont ménopausées, et chaque année, on en recense 400.000 nouvelles. La majorité subit des perturbations plus ou moins denses générées par les changements endocriniens, physiques et psychologiques de la ménopause.

Les signes les plus fréquemment ressentis sont les bouffées de chaleur, les suées nocturnes, la fatigue liée aux troubles du sommeil, la nervosité, la prise de poids, etc. Leur durée peut varier de quelques mois à plusieurs années. Durant la ménopause, les bouffées de chaleur concernent trois femmes sur quatre. Dans la majorité des cas, elles persistent pendant plus d’un an et, chez près de la moitié des femmes, pendant plus de cinq ans après l’arrêt des règles. Certaines femmes ont même des bouffées de chaleur après 70 ans.
 
La posologie d’Achteane permet aux femmes d’adapter leur traitement en fonction de leurs bouffées de chaleur : 2 à 4 prises de 1 comprimé par jour, en fonction de l’intensité des symptômes. La durée de traitement est de 3 mois, renouvelable. Diminuer le nombre de prises journalières avec l’amélioration et cesser dès la disparition des symptômes. Naturellement, en l’absence d’amélioration, consulter un médecin. 


Publié le Mercredi 3 Décembre 2014 dans la rubrique Bien-être | Lu 6404 fois