Sommaire
Article publié le 09/05/2018 à 02:33 | Lu 784 fois

Rambo 5 : à 71 ans, Stallone repart en guerre

Rambo 5, le prochain épisode de cette série initiée en 1982 devrait sortir sur les écrans en 2019. Le septuagénaire Sylvester Stallone (né en 46) souhaite faire revivre, une nouvelle fois (la dernière ?) l’un des personnages les plus emblématiques de l’histoire du cinéma…


Cela fait dix ans que nous n’avions pas eu affaire à John Rambo, ancien soldat d’élite de la guerre du Vietnam. Le dernier opus, le numéro 4, étant sorti en 2008. Sylvester Stallone avait alors -déjà- 61 ans. Mathématiquement et fort logiquement, il en a donc dix de plus.
 
Ce qui ne l’empêche pas de repartir en guerre. Cette fois-ci, après la jungle du sud-est asiatique, c’est au tour du Mexique et de ses cartels de servir de décor pour ce nouveau film. De fait, Rambo se rapproche des USA (Trump oblige ?) pour lutter contre le trafic de drogue qui gangrène son pays et pour sauver la fille de l’un de ses amis.
 
L’info provient du site internet Deadline Hollywood, généralement bien informé. Tout comme pour Rambo 4, Sylvester Stallone serait une fois encore, à la réalisation. Pourtant, il y a quelques mois de cela, l’acteur hollywoodien jurait qu’on ne l’y reprendrait pas !

« Le cœur est prêt à le faire, mais le corps dit 'Reste à la maison !' C'est comme les combattants qui reviennent sur le ring pour un dernier round et qui se font tabasser. Il faut laisser la place à quelqu'un d'autre... » indiquait-il alors à la presse.
 
Avec Rocky Balboa (revenu dernièrement en entraineur avec les films Creed et Creed 2 -ce dernier étant en pleine promo) et John Rambo, Sylvester Stallone a créé deux des personnages les plus endurants et les plus symboliques du cinéma. Pour tous les spectateurs, quel que soit leur âge, ces deux noms évoquent la même présence physique, la même voix et la même démarche.
 
« Des vieux déclenchent les guerres, et des jeunes les font. Personne ne gagne. Ceux qui se retrouvent au milieu meurent, et personne ne nous dit jamais la vérité... ». John Rambo