Sommaire
Article publié le 08/11/2019 à 11:34 | Lu 513 fois

Epargne : une retraite gagnante grâce aux SCPI

Les sempiternels débats sur les retraites n’en finissent pas d’angoisser les Français. Chacun sait néanmoins instinctivement qu’il faudra travailler plus pour percevoir moins de retraite. Les données démographiques et économiques nous ramènent en effet très rapidement à la réalité de pensions de retraite qui pourraient faire déchanter les plus optimistes de nos compatriotes. L’allongement de la durée de vie qui induit en outre une prise en charge adaptée au cours des dernières années de son existence nécessite également de mobiliser des fonds supplémentaires. Dans ces conditions, comment vivre une retraite sereine en ne se privant pas de tout et en ne recourant pas à la solidarité familiale ? La réponse tient en quatre lettres : SCPI.


Inlassablement, l’actualité nous rappelle que le problème des retraites n’a jamais été réglé et qu’il risque de ne jamais l’être. Cette situation est la résultante de notre système de retraites par répartition issu des orientations prises par le Conseil National de la Résistance à l’issue de la Seconde guerre mondiale. Depuis la fin des années 80, les gouvernements sont confrontés aux mêmes questionnements et aux mêmes choix draconiens : augmenter la durée de cotisation, réduire le montant des pensions ou cotiser davantage. Alors, en fonction des choix politiques, c’est l’une ou l’autre de ces solutions qui est mise en œuvre.
 
Finalement, chaque génération est à peu près certaine de moins bien profiter de sa retraite que la précédente. Il en découle un sentiment de déclassement comme l’a montré le mouvement des gilets jaunes. Dans ces conditions, que faire pour ne pas désespérer de sa future retraite ?
 
Ainsi que le souligne judicieusement Lionel Benhamou l’un des associés-fondateurs de La Centrale des SCPI, la plateforme leader dans la distribution de parts de SCPI (www.centraledesscpi.com) :
 
« En matière de retraite comme dans tous les domaines, mieux vaut compter sur ses propres forces plutôt que sur la bonne volonté d’autrui. Tout attendre d’un système de retraite par répartition à bout de souffle ne peut conduire qu’à de solides désillusions. La seule solution consiste à se forger le plus rapidement possible un complément de retraite personnel. »
 

Le meilleur moyen de se constituer un complément de retraite personnel réside dans l’achat de parts de sociétés civiles de placement immobilier

Le problème est simple : comment percevoir après avoir cessé son activité professionnelle des revenus complémentaires permettant de compléter ses pensions de retraite ? La seule réponse connue à ce jour à cette question - et pour longtemps encore - consiste à être l’heureux titulaire d’une rente. Celle-ci peut d’abord être issue d’un contrat d’assurance-vie en euros. Toutefois, avec le recul des taux d’intérêt à des niveaux historiquement bas, il n’est pas impossible que, d’ici quelques années, les contrats d’assurance-vie en euros ne rapportent plus rien ou presque. Dans ces conditions, espérer une rente à partir de cette source de revenus relèverait du domaine de l’onirisme.
 
Il existe bien évidemment l’immobilier. Néanmoins, à partir d’un certain âge, et même avant, gérer un patrimoine immobilier relève souvent du parcours du combattant. Comme il n’est pas possible de mutualiser suffisamment son patrimoine en raison du montant des investissements, l’immobilier détenu en direct ne constitue pas la meilleure solution pour bénéficier d’une rente une fois l’heure de la retraite sonnée.
 
Ainsi que le rappelle Gregorie Moulinier, l’un de associés-fondateurs de La Centrale des SCPI :
 
« Si vous étiez présent en permanence avec nous dans notre boutique du 15 rue Saint-Roch dans le premier arrondissement de Paris et que vous écoutiez les personnes qui nous appellent au 01.44.56.00.23, vous seriez étonné du nombre d’investisseurs qui souhaitent céder leur patrimoine immobilier pour investir en parts de SCPI. »  

La mutualisation des actifs immobiliers possédés par les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI), le fait que les associés soient entièrement déchargés des contraintes de gestion, la possibilité d’investir dans de nombreux types d’actifs immobiliers, celle d’investir en France mais aussi en zone euro et hors zone euro, sans oublier un rendement attractif conduisent les Français à plébisciter les produits d’épargne immobilière assistée pour préparer leur retraite.
 
Avec un rendement oscillant autour de 6 %, les meilleures SCPI offrent la possibilité de percevoir des revenus complémentaires d’un excellent niveau. Ainsi, 100 000 euros placés sur les meilleures SCPI de rendement permettent de percevoir une rente immobilière mensuelle de 500 euros ou trimestrielle de 1 500 euros et ce sans toucher à son capital. Comparé au rendement des contrats d’assurance-vie en euros, cette performance de 6 % net peut paraître élevée mais elle est totalement accessible à condition de mette en portefeuille des parts des meilleures SCPI. Et cela, c’est le travail de spécialistes.
 

La préparation de sa retraite est une affaire suffisamment importante pour ne pas s’y lancer au hasard

Consultant senior au sein de La Centrale des SCPI, Théo Darroman remarque que « nous sommes en contact avec toutes les catégories socio-professionnelles et avec toutes les tranches d’âges. Ce sont d’ailleurs les plus jeunes qui sont le plus inquiets du niveau de leurs futures retraites. De manière générale, chacun, jeune ou moins jeune, a besoin de conseils personnalisés que nous sommes totalement aptes à donner. »
 
Il faut savoir qu’il existe près de 180 SCPI gérées par 33 sociétés de gestion. Ce nombre important de boucliers patrimoniaux conduit à une infinité de choix possibles pour se constituer un portefeuille de SCPI efficient. A contrario, plus le nombre de SCPI disponibles sur le marché de la pierre-papier est grand, plus le risque de se tromper pour un investisseur agissant seul est élevé.
 
Comme le prix des parts est identique quel que soit la structure par laquelle on passe pour les acheter, mieux vaut être prudent et ne pas se lancer seul dans un projet de la plus haute importance pour son avenir. À partir d’un bilan patrimonial poussé, les consultants opteront pour des préconisations de parts de SCPI réfléchies et sur-mesure fondées sur leur grande expérience de ce placement qui a fait ses preuves sur le long terme.
 
Afin de ne plus être angoissé par le problème des retraites qu’aucun gouvernement ne pourra résoudre sans mesures drastiques pouvant occasionner d’importants mouvements sociaux, il est préférable de prendre sa situation en main et de se constituer son propre complément de retraite.
 
Cela engendre un réel effort d’épargne mais, sur le long terme, cet argent n’est pas perdu. Mieux, il fructifie avec le temps, comme le bon vin. Il fructifiera d’autant qu’il aura été géré intelligemment grâce aux conseils avisés d’hyper-spécialistes des sociétés civiles de placement immobilier, comme la plateforme leader dans le conseil en SCPI : La Centrale des SCPI.
 


 
 Avertissement
L'investissement dans une SCPI n'est pas garanti, tant du point de vue des dividendes perçus que de celui de la préservation du capital. Les SCPI dépendent en effet des fluctuations des marchés immobiliers.

Avant toute décision d'achat de parts de SCPI, faites-vous conseiller par un professionnel afin d'être certain(e) que ce placement correspond à votre profil patrimonial.

Enfin, comme tout investissement immobilier, tenez compte du fait que les SCPI sont des placements de long terme dont la durée de détention minimale ne saurait être inférieure à huit ans.